Archive pour la catégorie ‘USA’

Un homme abattu après avoir ouvert le feu à un poste de contrôle près du Pentagone

Vendredi 5 mars 2010

Un homme abattu après avoir ouvert le feu à un poste de contrôle près du Pentagone

© Nouvelobs.com

Un homme, qui avait ouvert le feu jeudi soir à un point de contrôle situé à proximité du Pentagone à Washington, a succombé à ses blessures vendredi matin. Après avoir légèrement blessé deux policiers en charge de la sécurité du complexe stratégique, il avait été grièvement blessé à son tour par les forces de l’ordre.

Le tireur présumé a succombé à ses blessures, a déclaré tôt vendredi matin le médecin légiste.

Le suspect, identifié comme étant John Patrick Bedell, originaire de Californie, s’est dirigé vers le point de contrôle situé à l’entrée de la station de métro du Pentagone, à environ 18h40, heure locale (23H40 GMT), avec l’apparente intention de pénétrer dans le ministère américain de la Défense, sous haute sécurité depuis le 11 septembre 2001.

« Il a juste mis la main à la poche, en a sorti une arme à feu et a commencé à tirer », à une distance d’1,50 mètre seulement, a précisé M. Keevill. « Il s’est approché d’un pas particulièrement décontracté. Il n’y avait aucune réelle émotion sur son visage ». Les forces spéciales ont riposté à l’arme semi-automatique.

Les autorités ignorent le motif de son acte. Mais, selon les premiers éléments de l’enquête, Bedell, 36 ans, aurait eu des sentiments négatifs envers le gouvernement américain et les forces armées après le 11 Septembre, s’interrogeant sur les circonstances de ces attentats.

Dans un message posté sur Internet, un homme utilisant le nom de JPatrickBedell se dit « déterminé à faire triompher la justice » suite à la mort d’un colonel des Marines, James sabow, retrouvé mort dans son jardin en 1991, dont le décès n’a jamais été vraiment élucidé. Selon cet internaute, l’affaire Sabow est « une étape sur le chemin de l’établissement de la vérité sur des événements tels que les destructions du 11 Septembre ».

Le président Barack Obama suit l’affaire de très près, en lien avec le FBI et son conseiller à la sécurité intérieure et à la lutte antiterroriste, John Brennan, a raconté Nick Shapiro, porte-parole de la Maison Blanche.

Les forces de l’ordre ont identifié le suspect comme s’agissant de John Patrick Bedell, un Californien de 36 ans. Elles ont ajouté qu’elles étaient en train d’interroger un second homme, qui pourrait avoir accompagné le tireur.

Après l’attaque, tous les accès au Pentagone ont été fermés, avant d’être rouverts, hormis celui qui se trouve près de l’entrée du métro où a eu lieu l’attaque, a expliqué Bryan Whitman, porte-parole du Pentagone. La station de métro n’a elle pas été rouverte et devrait rester fermée une bonne partie de la journée vendredi, le temps que le FBI termine son enquête sur place.

Depuis le 11 Septembre, la sécurité a été renforcée, et les visiteurs ne pouvaient plus accéder directement au bâtiment du Pentagone depuis le métro. Ils doivent gagner la surface via un long escalator, puis passer une première vérification de sécurité à la sortie de métro, avant une autre une fois passée l’entrée du Pentagone. AP

L’irrésistible expansion de l’Amérique de la haine

Vendredi 5 mars 2010

L’irrésistible expansion de l’Amérique de la haine

© Le Monde


Aux Etats-Unis, le nombre de groupes extrémistes a augmenté de 244 % en 2009.

Le nombre de milices patriotes aux Etats-Unis a explosé en un an, rapporte l’une des organisation de défense des droits de l’homme les plus actives outre-Atlantique, le Southern Poverty Law Center (SPLC). Fondé en 1971 à Montgomery, en Alabama, par le juriste Morris Dees pour défendre en justice les militants des droits civiques, le SPLC publie chaque année un rapport sur les groupes extrémistes américains qui fait autorité.

De 149 « groupes patriotes activistes » en 2008, on est passé à 512 dont 127 milices paramilitaires en 2009, soit une augmentation de 244 %. Et encore ce décompte ne prend-il en considération que les groupes dits « patriotes », impliquant un engagement contre « le nouvel ordre mondial ». En élargissant à tous les groupes professant la haine, le SPLC établit une effrayante carte recensant les 932 groupes qui ont fait preuve d’activisme en 2009.

La « droite radicale américaine » peut être, c’est selon, homophobe, ségrégationniste, « pro-life », antigouvernementale, judéophobe, arabophobe, sinophobe, latinophobe, xénophobe, conspirationniste, anti-socialiste, néo-nazie, une combinaison de certaines de ces phobies ou de toutes à la fois. Surfant, via une rhétorique populiste, sur la colère grandissant dans certains segments de la population américaine en raison des bouleversements politiques, démographiques et économiques récents, les activistes patriotes reviennent sur le devant de la scène. Depuis le siège de Waco en 1993 (86 morts) et l’attentat d’Oklahoma City en 1995 (168 morts), les patriotes s’étaient faits discrets.

LES CONSPIRATIONNISTES ONT LA PAROLE

Pour cette droite très à droite, l’administration Obama cumule les vices, à commencer par son péché originel, celui de la couleur de son président. Taxé de « socialiste », qui pourrait sonner comme « bolchévique » en français, ou de « fasciste », le gouvernement américain concentre les attaques des populistes. Lesquels se retrouvent confortés par l’inquiétude croissante des Américains quant à l’état de leur nation. Dans un sondage publié par le Wall Street Journal et NBC News fin janvier, près de 60 % des Américains disaient leur sentiment que les choses vont globalement mal dans leur pays.

Selon le Guardian, certains médias, dont Fox News, ont redonné voix aux adeptes des théories conspirationnistes, ceux pour qui l’ancien président des Etat-Unis Eisenhower était un agent soviétique ou qui sont persuadés que le gouvernement américain dispose de camps de concentration secrets destinés à la « rééducation » des patriotes. La bataille n’est pas que dans les discours et les idées, note le SPLC, qui rapporte, depuis l’investiture de Barack Obama, les meurtres de plusieurs policiers par des extrémistes de droite, des projets d’assassinat du président par des skinheads, un retour des crimes racistes et des tentatives d’attentat contre le gouvernement ou des populations non blanches.

Antoine Strobel-Dahan

Comment Martin Luther King a été blanchi… Pour ne pas heurter la sensibilités des grands groupes capitalistes

Jeudi 4 mars 2010

Comment Martin Luther King a été blanchi… Pour ne pas heurter la sensibilités des grands groupes capitalistes

© Libertés & Internets

[Des Bassines et du Zèle - 23/02/2010]
Le mémorial de Martin Luther King revu et corrigé pour ne pas heurter les sensibilités des grands groupes privés

Le monument en l’honneur de Martin Luther King qui sera érigé à Washington comprend une statue et un mur où seront inscrites quatorze de ses déclarations.

Apparemment, aucune de ses positions les plus critiques contre le système capitaliste ne figurera parmi ces citations.
Le monument sera construit grâce à des dons, et les généreux donateurs sont essentiellement des grands groupes financiers. Ceci explique cela.

Lire ci-dessous la traduction de l’article de Russell Mokhiber: « »Scrubbing Out King’s Radicalism/ The Corporate Hijacking of the Martin Luther King, Jr. Memorial » », paru le 17 février 2010 dans Counter Punch

Gommer le radicalisme de King: Détournement du mémorial de Martin Luther King, Jr. par les grands groupes privés

Pour Barack Obama, on savait.
Si vous êtes déçu par Obama, honte à vous.
Il a toujours annoncé la couleur.
Il a dit depuis le début qu’il était au service des grands groupes financiers.
Au cours de la campagne, il avait promis de s’opposer à la création d’une caisse d’assurance-maladie universelle.
Promesse tenue. Il a promis la guerre en Afghanistan.
Promesse tenue.
Il a promis de favoriser l’énergie nucléaire
Promesse tenue.
Alors, honte à vous si vous avez été abusé.
Ce n’est pas la faute d’Obama.
C’est votre faute. Les grands groupes privés ont mis le grappin sur le grand espoir des Noirs
Et maintenant ils ne lâcheront pas prise.

Si vous avez été déçu par l’attitude du « Congressional Black Caucus » (Caucus noir du Congrès), honte à vous.

Ce n’est pas la faute du Black Caucus.
C’est votre faute.
Cela fait des années que nous savons le Black Caucus est une filiale qui appartient à 100% au secteur privé américain.
Un article dans le New York Times recensait la semaine dernière les millions de dollars dont les groupes financiers inondaient le Black Caucus et ses sociétés écrans – qui vendent des cigarettes, de l’alcool ou les jeux en ligne – entre autres.

« Les Noirs jouent, les Noirs fument. Les Noirs boivent », explique au Times Elsie L. Scott, présidente de la Fondation du Caucus noir du Congrès. « Et donc, si ces compagnies veulent utiliser une partie de l’argent qu’elles ont gagné grâce à notre communauté et le verser pour de bonnes causes, on le prend ».

Bien entendu que le Caucus noir ne prendra pas parti pour la population des Etats-Unis – qu’elle soit blanche ou noire – qui milite pour une assurance-maladie universelle, une réduction de l’énorme budget militaire, des sanctions contre la criminalité des entreprises et la délinquance en col blanc, ou qui lutte contre les compagnies de malbouffe.
Parce qu’ils sont achetés
Obama est un être humain fait de chair et de sang.
Il a été acheté par les groupes financiers
Et maintenant, il est à leur service.
Les membres du Black caucus sont des êtres humains faits de chair et de sang
Ils ont été achetés par les grands groupes financiers
Et ils sont à leur service.

Mais Martin Luther King est mort et enterré.
Qui va se battre pour défendre Martin?
Qui va exprimer ses craintes vis-à-vis du complexe militaro-industriel?
Qui va exprimer ses craintes sur l’injustice du système d’assurance-maladie?
Sûrement pas Obama
Sûrement pas le Black caucus

En décembre, débutait à Washington la construction d’un monument à la mémoire de MLK au bord du Tidal Basin – juste de l’autre côté du Jefferson Memorial.
Son ouverture est prévue pour l’automne 2011.
Il sera composé d’une statue géante du leader du mouvement pour les droits civiques – que l’on fait actuellement venir de Chine.
Et d’un mur où seront gravées quatorze citations de King.

Et donc, qui décide des citations qui seront inscrites sur le mur?
La fondation pour le monument répond que c’est un comité d’historiens – composé, entre autres, de Maya Angelou, Cornel West, John Hope Franklin, et Henry Louis Gates Jr.
Et ils ont sélectionné quatorze citations de Martin.
Les fonds destinés au monument – plus de 100 millions de dollars – proviennent essentiellement des grands groupes privés ou de leurs fondations.
Mais, apparemment, le comité d’historiens a écarté les critiques les plus virulentes contre le monde de la finance.
Ne figurera donc pas sur le mur:

« De toutes les formes d’inégalités, l’injustice en matière de soins médicaux est la plus choquante et la plus inhumaine ».

Parmi ceux qui ont donné de l’argent à la fondation pour le projet de monument à la mémoire de King (King Memorial Project Foundation) se trouvent les plus grandes compagnies privées d’assurance-maladie.
Des compagnies qui devraient mettre la clé sous la porte si une caisse commune d’assurance maladie publique était créée.
Des compagnies comme United Health et CIGNA – qui ont toutes deux fait un don d’un million de dollars – et Aetna – qui en a donné 100.000.
Ou des compagnies dont les bénéfices baisseraient s’il y avait une caisse d’assurance maladie publique – comme Pfizer – dont la fondation a fait un don d’un million de dollars.
Les fabricants de malbouffe – qui fournissent la communauté noire en diabète et en hypertension artérielle– ont également été généreux – la Fondation Coca-Cola: 2 millions de dollars, McDonald’s: 1 million, la Fondation PepsiCo: 1 million.

Cette citation également n’a pas été choisie pour figurer sur le mur:

« Brûler des êtres humains avec du napalm, remplir les maisons de notre pays d’orphelins et de veuves, inoculer le poison de la haine dans les veines de personnes normalement compatissantes, faire revenir de sinistres champs de bataille couverts de sangs des hommes invalides et affectés de troubles psychologiques, tout cela est incompatible avec la sagesse, la justice et l’amour. Un pays qui, une année après l’autre, continue de dépenser plus d’argent pour la défense militaire que pour les programmes sociaux est proche de la mort spirituelle ».

Et celle-ci non plus:

« Je savais que je ne pourrais jamais plus m’élever contre la violence des opprimés dans les ghettos si je ne m’étais pas d’abord adressé directement au plus grand pourvoyeur de violence dans le monde aujourd’hui – mon propre gouvernement. Il est aberrant qu’un pays et les médias vous encensent quand vous dites: ’soyez non-violent avec Jim Clark’, mais vous injurient quand vous dites ’soyez non violents avec les petits enfants vietnamiens’. Ce n’est pas normal ».

Les entreprises qui continuent de tirer profit des guerres ont donné généreusement à la fondation pour le monument.
Boeing a donné 1 million de dollars.
(Boeing n’a pas honte. Le géant de l’aéronautique militaire fait même diffuser des spots télévisés pour le monument).
General Motors a fait un don de 10 millions de dollars.
General Electric a fait un don de 1,2 millions de dollars.
Northrop Grumman a fait un don de $100,000 dollars.

Cette citation-ci n’a pas non plus été sélectionnée pour figurer sur le mur:

« Je suis persuadé que si nous voulons nous retrouver du bon côté de la révolution mondiale, nous, en tant que pays, devons en passer par une révolution radicale des valeurs … Quand on considère que les machines et les ordinateurs, les profits et le droit de propriété sont plus importants que les êtres humains, les triplés géants du racisme, du militarisme et de l’exploitation économique ne peuvent être vaincus. Une véritable révolution des valeurs nous fera remettre en cause l’équité et la justice de beaucoup de nos politiques actuelles …
La véritable compassion, ce n’est pas simplement jeter une pièce à un mendiant. Une véritable révolution des valeurs permettrait de s’indigner à juste titre du fossé flagrant qui existe entre les pauvres et les riches ».

Ces grands groupes privés qui sont particulièrement doués pour l’exploitation économique ont donné généreusement à la fondation.
BP America, l’Exxon Mobil Foundation, Shell Oil ont donné chacun 1 million de dollars.
La fondation pour Exelon – l’opérateur de centrales nucléaires étroitement lié à Obama – a fait don d’un million de dollars.
Un monopole privé comme Wal-Mart a donné 1 million de dollars.

Ce qui nous amène à poser les questions suivantes:
Le radical Martin Luther King a-t-il été évincé de son propre monument?
Son monument a-t-il été détourné par les mêmes grands groupes qui ont détourné Obama et le Black Caucus?

Russell Mokhiber est rédacteur en chef de Single Payer Action (mouvement pour une caisse de maladie publique).

Wall street et l’élévation d’Hitler – Wall Street and the Rise of Hitler

Lundi 1 mars 2010

Anthony C. Sutton: Wall street et l’élévation d’Hitler – Wall Street and the Rise of Hitler


Bonne qualité, mais reportage pas en entier


Mauvaise qualité, mais reportage en entier

Le professeur Antony C Sutton donne une interview sur l’aide financière et technologique que les USA ont fourni à l’URSS depuis la naissance du régime marxiste en 1917. L’aide s’étend jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale et encore plus perturbant, continua jusque durant la Guerre Froide où les USA fournissèrent l’URSS avec du matériel industriel pour financer la machine de guerre Soviétique qui était entrain de tuer des Vietnamiens du Sud pendant la guerre du Vietnam, des Israéliens durant les conflits variés Arabo-Israéliens aussi bien que des soldats Américains. La guerre Froide est la plus grande farce politique du 20è Siècles, tout ça pour créer un ennemie afin de terrifier le peuple Américain.

Quel homme fascinant et incroyable cet Anthony C. Sutton, il y a des courageux dans le tas au moins. Reportage en anglais.

[Archive] Barack Obama 44è Président du futur Guatemala

Samedi 27 février 2010

Barack Obama 44è Président du futur Guatemala

barak obama

Une victoire hystérique!

La bonne nouvelle c’est qu’on aura pas à voir la face de Sarah Palin! Mon voeu a été exaucé dans un sens, qu’Obama soit élu pour montrer à tous ces types dans le monde qu’il est pareil que tous les autres présidents des USA! Tous ceux qui croient que Obama va changer le monde et faire en sorte que tout s’arrange aux USA, en Europe, en Irak et en Iran et partout ailleurs vont totalement être déçus. Obama est Communiste, son professeur s’appelle Zbigniew Brzezinski, fondateur de la Commission Trilatérale avec David Rockefeller, et à savoir zbigniew brzezinski était le conseiller de Jimmy Carter à l’époque dans les années 70.

« Le plus les choses changent, le plus elles restent pareilles »

Obama a pour projet de construire un gouvernement mondial et l’europe se charge de créer le gouvernement économique mondiale à l’heure où je vous parle. Ils sont tous internationalistes, carrièristes et opportunistes, ils n’ont rien à voir avec le pays qu’ils dirigent. Ils travaillent pour les intérêts du cartel des banquiers internationaux.

Ceux qui tirent les ficelles nous envoient un message, que si c’est Obama qui passe, c’est qu’il est à la fois pire que Hillary Clinton et pire que John Maccain. J’espère que tout s’arrangera dans un sens je ne cherche pas à ce qu’il y ait des morts à cause de la crise alimentaire, économique, ou mondiale, mais il faut pas s’attendre à des miracles, c’est pas parce qu’Obama est noir qu’il va tout changer. C’est incroyable de voir tous ces types dans le monde totalement euphoriques qui pensent que Obama est le messie alors que certains croient qu’il est l’antéchrist. Il est rien du tout, c’est le président du futur Bengladesh.

Croyez ce que vous voulez, le problème c’est que, que Barrack Obama Ben Laden ou Saddam Hussein Obama va rien changer aux USA et dans le monde, il est là pour mettre un terme aux USA tel qu’on les connait.

Comment apporter la démocratie dans le monde « légitimement »

Vendredi 26 février 2010

Comment apporter la démocratie dans le monde « légitimement »

Cela fait un moment que je me renseigne sur ce qu’il se passe en France et aux USA. J’essaye de comprendre la logique des doctrines de la franc-maçonnerie, c’est à dire le culte à Lucifer, qui représente la connaissance, le serpent. Que j’essaye aussi de comprendre les enseignements rose-croix. Et je réalise en fait que beaucoup de gens se plantent complètement sur l’interprétation de ce qu’est Lucifer, Satan, Christ, Maitreya ou le Paraclet. Donc je ne vais pas faire un cour car ce n’est pas l’endroit où il faut en parler.

Au tout début, en Décembre 2006, j’ai découvert les illuminati. Un ami canadien que j’ai rencontré par hasard sur Yahoo! Chat m’a parlé des illuminati et leur désir de contrôler le monde. Je me suis renseigné par moi même, à la base j’étais webmaster je faisais des sites internet et du référencement et j’étais pas du tout incliné à tout ça. Et je savais inconsciemment au fond de moi que nous vivions dans un monde de corruption, de mensonge, de manipulation, et etc… Et quand j’ai entendu toutes ces choses sur les illuminati, la maçonnerie, qu’ils vénèrent Lucifer sans même que je sache ce que c’était, tout ça a développé un sens profond de haine en moi, et de paranoïa, car j’ai toujours soupçonné tout ça. Pendant 6 mois, de Décembre à Mai, je n’ai fait qu’apprendre et visionner tout ce qui était possible et inimaginable sur le Nouvel ordre mondial, les Ovnis, la Franc-maçonnerie, les sionistes (comptez pas sur moi pour en parler sur ce site, j’ai pas que ça à faire, tout le monde est déjà Bien au courant de ce qu’ils font) et le 11 septembre.

Le 11 Septembre est le meilleur tour de magie que j’ai jamais vu à la télé

J’ai réalisé comme beaucoup de gens que le 11 septembre n’était pas un attentat islamique contre l’impérialisme américain, mais un attentat organisé par les services secrets israéliens, européens et américains contre le Monde. WORLD Trade Center (World veut dire Monde en anglais). Et l’attentat du 11 septembre a été organisé longtemps à l’avance, certains documents de British Israel World Federation prouvent définitivement que quelque chose était prévu pour le monde le 17 septembre 2001, et cela déjà dans les années 40 (mais c’est pas tout).

Puis le plus on fait de recherche, le plus on découvre des faits frappants, que George Bush le père et la famille Ben Laden étaient tous d’eux partenaires dans Carlyle Group, une société d’investissement mondiale qui possède un un capital énorme.

Source: Réseau Voltaire

Premier gestionnaire mondial de portefeuilles, le Carlyle Group rassemble le gratin de la politique mondiale. Piloté par l’ancien secrétaire à la Défense Frank Carlucci, il comprend aussi bien George Bush père que les Ben Laden, George Soros, Mikhail Khodorkovsky ou John Major. Il s’est spécialisé dans la prise de contrôle de sociétés d’armement et de médias. Profitant de la présidence d’un de ses anciens cadres, Bush fils, il influe selon ses intérêts sur la politique étrangère des États-Unis. Usant et abusant de ses relations, le groupe réalise 30% de retour sur investissement au risque de se voir régulièrement mis en cause dans des affaires d’initiés et de corruption.

George Bush le père a déclaré le nouvel ordre mondial le 11 Septembre 1990, puis 11 ans plus tard jour pour jour on a le 11 Septembre 2001. Il y a trop de coïncidences. On sait que c’est la CIA qui a formé Al Qaeda, et que Ben Laden est responsable de l’attentat contre l’ambassade américaine en Arabie Saoudite en 1998, mais n’est pas responsable de l’attentat du 11 Septembre, tout ça est vérifiable sur le site du FBI. Ben Laden n’est pas le responsable du 11 Septembre 2001. C’est sur le site du FBI! Ils ne disent pas que Ben Laden est le responsable du 11 Septembre à n’importe quel endroit! Ils sont bien plus honnêtes que leur propre gouvernement dans le fond même s’ils sont complices.

Et on sait ce que veut faire la force américaine depuis la fin de la guerre froide, et c’est apporter la démocratie dans le monde (bien sur c’est une fausse excuse). Mais d’après le paragraphe 3 de la Charte de l’Atlantique,

« Ils respectent le droit des peuples à choisir la forme du gouvernement sous laquelle ils souhaitent vivre; et ils souhaitent voir le droit de souveraineté et l’autodétermination restauré à ceux qui en ont été privés par la force; »

Et les USA font totalement l’inverse de ce que l’ONU demande. Le gouvernement américain, cherchait dans les années 90 une raison valable « d’apporter la démocratie dans le monde« , surtout au moyen orient et en Amérique du sud.

Et il y a déjà eu un attentat au world trade center en 1993, Le 26 février 1993 un camion chargé de 680 kg d’explosif au nitrate se désintégra dans un parking souterrain de la tour Nord (wiki), faisant 6 morts et 1 042 blessés. Puis avec un peu de recherche on découvre que le FBI est le véhicule de cet attentat. Mais il n’y a pas eu assez de victimes pour justifier une quelconque guerre contre le terrorisme. C’est limite miraculeux qu’il n’y ait eu que 6 morts. Sur Voltairenet on peut lire,

Le 26 février 1993, à midi, une voiture piégée explose dans le sous-sol du World Trade Center, à New York, tuant six personnes. La bombe fait trembler les immeubles qui ne tombent pas. Un témoin dira : « J’ai cru qu’un avion avait frappé les tours », tandis que le gouverneur Mario Cuomo déclare à la télévision : « Nous avons le sentiment d’avoir été violés ; nul peuple n’a jamais osé nous faire cela, nous pensions être invulnérables. » Des milliers d’employés sont prisonniers des bâtiments envahis par la fumée et dont l’électricité est coupée. En 1995, sheikh Omar Abdel Rahman, qui vivait tranquillement à Brooklynn sous la protection du FBI, sera condamné à perpétuité pour avoir « inspiré » l’attentat. Il avait également suscité l’assassinat du rabbin d’extrême droite Meir Kahane et entretenait des rapports avec Oussama Ben Laden, au vu et au su de la CIA. Le 26 février 1993, la voiture était garée dans la partie réservée au Secret Service du parking souterrain du World Trade Center

Les Nazis ont utilisé la même technique en incendiant le Reichstag, pour ensuite diaboliser le parti communiste en faisant croire au peuple allemand qu’ils étaient les responsables (en utilisant la presse, les médias), c’est comme gagner le coeur du peuple Allemand, c’était le symbole de la nation, tout comme le WTC était le symbole de l’ancien ordre mondial, et des USA. Puis pour empêcher qu’un tel évènement ne se reproduise, les nazis ont donné plein pouvoir à la Gestapo.

Immédiatement après la proclamation des lois d’urgence du 28 février 1933 pour la défense du peuple et de l’état, officiellement justifiés par l’incendie du Reichstag, la police prussienne prend part, aux côtés de la SA et de la SS à la première grande rafle d’opposant organisée à Berlin dans la nuit du 28 février au 1er mars 1933. Dès ce moment, la Gestapo « pouvait agir sans restriction et sans responsabilité, pratiquer l’arrestation secrète et la détention à perpétuité sans accusation, sans preuve, sans audience. Aucune juridiction ne pouvait s’y opposer, ni ordonner la mise en liberté et réclamer un nouvel examen du dossier».

On pourrait comparer la Gestapo aux Etats-Unis, mais la Gestapo appartenait au parti Nazi, alors les Etats-Unis appartiennent à qui?

La Gestapo a eu plein pouvoir grâce à l’incendie du Reichstag, tout comme les USA ont pu déclarer leur guerre contre terrorisme sans problème après les attentats du 11 septembre. C’est la même technique. Pareil pour les alertes enlèvements à la télé, on vous balance une sirène dans la gueule et on vous dit que le petit Bob s’est fait enlever on sait pas par qui, tout ça pour provoquer des émotions. Parce que le but de ces enlèvements, tout comme pour les problèmes conjugaux, est en fait de disposer un appareil RFID sur les enfants ou les maris violents (et les épouses dans tout ça? épouses violentes). Peut être pas une puce électronique, mais un bracelet électronique, et c’est d’actualité.

Et en gros, ne pensez pas une seconde que les USA ont souffert des attentats du 11 Septembre, les orchestrateurs de ce dernier, qui se trouvent à New York et Washington D.C. ont fait beaucoup de bénéfices, Larry Silverstein est un exemple parmi tant d’autre.

On va apporter la démocratie à votre pays si vous n’aimez pas les USA et Israël

Les pères fondateurs américains, avaient un idéal. Et c’était donner un exemple démocratique mondial multi-culturel. Où toutes sortes de gens pouvaient venir y vivre s’ils voulaient se libérer de la dictature anglo-saxonne ou de leur régime dictatorial. Mais les pères fondateurs seraient affolés de voir ce que sont devenus les USA aujourd’hui.

Le nouvel ordre mondial est en fait apporter la démocratie dans le monde par la force. Et chez nous, en occident, l’un des buts du nouvel ordre mondial est de nous manipuler à croire que ce que fait Israël et les USA, et le Royaume-Uni, la France, et l’OTAN est JUSTE, car ils combattent les terroristes dictateurs en Afghanistan et en Irak. Dans nos médias occidentaux on nous fait croire que nous sommes les plus sophistiqués de la planète et qu’on a atteint l’illumination, qui est de vivre dans une « démocratie » et de vouloir aider les pays du monde à devenir démocratique comme nous. Puis on se rends compte que sans le 11 septembre, ils n’auraient pas pu apporter la démocratie en Irak et en Afghanistan. Par ailleurs la guerre en Afghanistan est une honte, on se bat contre les Talibans, qui eux ont été entrainé par la CIA durant la guerre froide.

N’importe qui, qui a un cerveau, sait que les USA se moquent du régime de tel ou tel pays, ce qu’ils veulent c’est avoir le contrôle total de toutes les ressources de la planète, par la force ou par la pression diplomatique, ou par l’endettement en manipulant les cours de la bourse et la finance.

Puis cette guerre contre le terrorisme n’existerait pas si le gouvernement Américain n’avait pas cette ambition de contrôler les ressources de la planète et certains territoires stratégiques. La France était contre la guerre en Irak en 2003 et j’en suis fier franchement, car cette guerre, qui a provoqué quand même 1 million de morts (c’est pas rien) au total, et le chiffre continu d’augmenter, est le produit des attentats du 11 septembre orchestrés par le Mossad, la CIA, le FBI, et les services secrets européens, et toutes sortes d’agences secrètes dont vous n’avez jamais entendu parler. Il leur fallait une justification pour envahir le moyen orient, et grâce au 11 Septembre, ils ont pu le faire.

Donc le 11 Septembre est un facteur très important de la politique internationale à l’heure actuelle. C’est la clé de voute, la pierre maitresse, du nouvel ordre mondial. Car si vous contredisez la théorie officielle, en fait vous êtes un ennemi de la Démocratie, Israël, vous êtes pour le terrorisme, et vous êtes limite un négationniste nazi qui croit aux petits hommes verts et que les camps de concentration n’ont jamais existé, et que l’homme a jamais marché sur la Lune et etc… On range le 11 septembre avec les camps de concentration… Donc c’est clair, on nous manipule à fond à croire qu’on est victime du terrorisme alors que nous sommes les vrais terroristes. Et tous les médias cherchent à manipuler notre opinion sur la chose, et tout le monde s’en doute, même les plus cons. On peut dire merci au Council on Foreign Relations d’avoir contrôlé l’opinion public et les médias.

Les Américains, et nous aussi par la même occasion, vivent dans une médiacratie. Ceux qui contrôlent la presse, contrôlent l’opinion public, et donc peuvent justifier presque tout et n’importe quoi, la guerre en Irak par exemple.

On ne peut pas faire confiance à l’Union Européenne, à Israël et aux USA

Quand on voit à quel point on manipule les évènements afin de justifier une guerre par ci, une guerre par là, on ne peut pas avoir confiance en notre gouvernement. Et même partout dans le monde on manipule l’opinion public, tout le monde le sait presque, mais les gens ne savent pas jusqu’où ça va. Il serait temps de se réveiller et réaliser à quel point on nous baratine depuis le début à propos du 11 Septembre.

Le Parlement européen a t-il arrêté l’intégration UE-USA ?

Samedi 20 février 2010

Le Parlement européen a t-il arrêté l’intégration UE-USA ?

© Voltairenet par Jean-Claude Paye

Au cours des dernières années, l’accès illégal de Washington aux données bancaires confidentielles des ressortissants européens était devenu à la fois le symbole de la vassalité de l’Union européenne, et la pierre angulaire de l’intégration de l’UE dans l’Empire transatlantique. Cependant, en utilisant les nouveaux pouvoirs que lui confère le Traité de Lisbonne, le Parlement européen a interdit la légalisation de cette pratique. Pour Jean-Claude Paye, il ne s’agit pas d’une simple péripétie parlementaire, ni uniquement d’une question de libertés publiques, mais bien d’un coup d’arrêt donné à un processus qui était publiquement débattu pour la première fois.

parlement-europeen

Le Parlement européen refuse l’accord transitoire

Ainsi, malgré les pressions du Conseil européen, de la Commission et de nombreux Etats membres [5], qui avaient multiplié les promesses tardives pour convaincre les députés, l’assemblée plénière du Parlement européen à Strasbourg a refusé, ce 11 février, de ratifier l’accord « Swift » signé par la Commission européenne avec les autorités états-uniennes [6]. Il s’agit là d’une réaction du Parlement face à une évolution structurelle des relations transatlantiques, qui donne à l’exécutif états-unien une souveraineté directe sur les populations européennes. Si la réaction des députés n’a pas les moyens de remettre en cause le rapport de domination qui préside à ces relations, il marque cependant un cran d’arrêt dans l’exercice de l’hégémonie états-unienne, dans le processus de reconnaissance par les Européens du droit que s’est donné Washington d’organiser leur existence.

Le texte soumis aux députés accordait aux services US le droit de capturer, sur le sol européen, les informations liées aux transactions financières transnationales des ressortissants des pays membres de l’UE. Par une large majorité, l’assemblée a ainsi suivi l’avis de la Commission des Libertés civiles et de la Justice qui, le 4 février, avait demandé à l’assemblée de rejeter l’accord avalisé le 30 novembre 2009 par le Conseil des ministres de l’Intérieur de l’UE [7].

Cet accord permettait aux autorités états-uniennes de se saisir, sur les serveurs de la société Swift placés sur le sol de l’ancien continent, des données financières des citoyens européens. Selon la Commission des Libertés du Parlement, le texte n’offre pas suffisamment de garanties pour la protection de ces informations personnelles transmises à l’administration US. De plus, elle s’était insurgée contre le caractère unilatéral du texte, puisque les Etats-uniens sont les seuls à exploiter ces informations. Les enquêteurs européens n’ont, quant à eux, pas accès aux données US placées sur le serveur situé aux USA.

Un point d’arrêt à l’hégémonie états-unienne ?

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, Swift, société américaine de droit belge a transmis clandestinement, au département du Trésor US, des dizaines de millions de données confidentielles concernant les opérations de ses clients. Malgré la violation flagrante des droits, européen et belge, de protection des données personnelles, ce transfert n’a jamais été remis en cause. Au contraire, l’UE et les USA ont signé plusieurs accords destinés à légitimer cette capture. C’est le dernier de ceux-ci que vient de refuser le Parlement. Cet accord fait suite à une réorganisation du système Swift afin que les données inter-européennes ne quittent plus le sol de l’ancien continent, au lieu d’être envoyées sur un second serveur aux Etats-Unis. Ce changement impliquait que les autorités états-uniennes aient accès directement aux données placées sur les serveurs européens. Ce qui implique la reconnaissance d’un transfert de souveraineté à l’exécutif états-unien.

L’opposition du Parlement à ce transfert unilatéral des données financières des Européens constitue un cran d’arrêt dans le processus de reconnaissance de l’hégémonie US sur les citoyens de l’ancien continent. Cependant, le rapport de domination états-unien reste intact, puisque les Américains n’ont jamais cessé d’avoir accès aux données européennes, même lorsque la violation du droit de l’Union avait été révélée et qu’aucun accord légitimant la capture des informations n’avait encore été signé. C’est encore le cas actuellement. Le nouveau serveur placé sur le sol européen est opérationnel depuis fin 2009 et les autorités états-uniennes y ont directement accès en justifiant leur action par l’urgence de la lutte antiterroriste. On peut supposer que cette situation de fait ne sera pas modifiée par le vote du Parlement européen.

Les conséquences de la réaction du Parlement européen doivent être lues sur un autre plan, celui de l’évolution de l’ensemble des relations USA-UE et notamment du projet de création d’un grand marché transatlantique, véritable acte d’intégration de l’Union européenne dans une structure politique impériale organisée par Washington. Dans ce projet, il est notamment prévu la création d’une assemblée transatlantique destinée à légitimer l’action en cours. A la lumière de la dernière réaction du Parlement, ce dernier objectif pourrait bien ne pas être le long fleuve tranquille espéré tant par les autorités états-uniennes que par la Commission et le Conseil de l’UE.

Cinq pays de l’Otan pour un retrait des armes nucléaires américaines d’Europe

Samedi 20 février 2010

Cinq pays de l’Otan pour un retrait des armes nucléaires américaines d’Europe

© AFP

BRUXELLES — Cinq pays de l’Otan, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, la Norvège et les Pays-Bas, vont réclamer le retrait des dernières armes atomiques américaines en Europe, lançant au sein de l’alliance le débat sur la dénucléarisation, a-t-on appris vendredi auprès du gouvernement belge.

« La proposition que feront le gouvernement belge et les quatre pays en question dans les semaines à venir, c’est d’enlever du sol européen les armes nucléaires d’autres Etats membres de l’Otan », a déclaré à l’AFP le porte-parole du Premier ministre Yves Leterme, Dominique Dehaene.

Seuls les Etats-Unis ont ce type d’armes, les forces de frappe française et britannique n’étant pas déployées, elles, « dans d’autres Etats membres ».

La proposition vise donc bien les plus de 200 bombes atomiques largables d’avion que les Etats-Unis stockent encore dans quatre pays de l’Otan, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et la Turquie, a-t-on confirmé de source proche du gouvernement belge.

« Il s’agit de lancer le débat au sein de l’Otan », a déclaré M. Dehaene.

Il explicitait un communiqué que venait de publier M. Leterme, assurant que « la Belgique est en faveur d’un monde sans armes nucléaires et défend cette position au sein de l’Otan, en préparation de la conférence de révision du Traité sur la non-prolifération en mai à New York ».

« La Belgique, a-t-il ajouté dans ce communiqué, prendra une initiative en ce sens avec l’Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Norvège dans le cadre de la révision du concept stratégique de l’Otan cette année ».

« Le gouvernement belge, a déclaré M. Leterme, veut saisir la chance offerte par l’appel lancé par le président américain (Barack Obama) à un monde sans armes nucléaires ».

Cependant, a-t-il souligné, « des avancées concrètes ne seront possibles que moyennant une concertation sérieuse avec les partenaires de l’Otan et tenant compte des avancées dans les négociations en cours dans le domaine du désarmement ».

En effet, a expliqué M. Dehaene, « il faut situer l’initiative dans le contexte plus large du désarmement, qui doit aussi s’appliquer aux armes conventionnelles et pas seulement atomiques ».

M. Leterme s’est référé à l’appel dans le même sens lancé le matin même par voie de presse par deux anciens Premiers ministres belges, le chrétien-démocrate Jean-Luc Dehaene et le libéral Guy Verhofstadt, et deux anciens ministres des Affaires étrangères, le libéral Louis Michel et le socialiste Willy Claes, qui fut aussi secrétaire général de l’Otan.

« Les armes nucléaires tactiques américaines en Europe ont perdu toute importance militaire », ont écrit ces quatre responsables pour justifier leur demande de retrait.

Il reste, selon des experts, une vingtaine de bombes largables par avion à la base belge de Kleine Brogel (Flandre, nord), et il y en aurait un nombre équivalent en Allemagne, à Büchel (Rhénanie-Palatinat, sud-ouest).

L’Italie et la Turquie en abriteraient chacune environ 90.

Il a été convenu fin 2009 que toute décision de retrait des ogives américaines, qu’a déjà demandé l’Allemagne pour ce qui la concerne, soit prise dans le cadre multilatéral de l’Otan et non unilatéralement.

Les alliés en débattront au sein notamment du Groupe des plans nucléaires de l’Otan, dont seule la France est absente.

La mise à la retraite des bombes américaines ne signifierait cependant ni la fin de la garantie nucléaire américaine, ni la dénucléarisation totale de l’Otan, ont souligné des diplomates alliés.

Quant au nouveau « concept stratégique » que l’Alliance atlantique doit adopter à son sommet à Lisbonne en novembre prochain, il fera référence à la dissuasion nucléaire comme ayant, jusqu’à nouvel ordre mondial, encore toute sa place aux côtés des armements conventionnels.

Le dernier mystère du 11-Septembre bientôt résolu?

Lundi 15 février 2010

Le dernier mystère du 11-Septembre bientôt résolu?

© Slate.fr

Qu’est-ce qui a causé l’effondrement de la Tour Sept du World Trade Center? Le dernier mystère derrière les attentats du 11-Septembre devrait bientôt être élucidé, selon les experts américains qui enquêtent sur l’écroulement de ce bâtiment. La tour de 47 étages, qui était baptisée «Tower Seven», s’est effondrée sept heures après les tours jumelles.

L’écroulement de cette tour, qui n’a pas été frappée par un avion contrairement aux deux autres, a donné lieu à de nombreuses hypothèses et autres théories du complot. Certains affirment qu’elle est tombée suite à une démolition volontaire et contrôlée. Mais le National Institute of Standards and Technology, basé à Washington, devrait plutôt conclure dans son rapport très attendu que ce sont des feux à différents étages de la tour qui ont causé son effondrement. Cela ferait de la Tower Seven le premier gratte-ciel au monde à s’écrouler à cause d’incendies.

Interviewé par la BBC, l’enquêteur en chef de l’institut américain, a déclaré: «Notre hypothèse de travail suggère actuellement que ce sont des feux de bâtiment normaux qui se sont développés et propagés dans les différents étages qui ont entraîné l’effondrement final».

Cette explication reste contestée, notamment par le mouvement 9/11 Truth, un collectif d’associations et d’individus qui remettent en question les versions officielles autour des attentats du 11-Septembre. Des architectes, scientifiques et ingénieurs qui se sont ralliés à ce mouvement soutiennent que l’explication des incendies est impossible, et qu’il a dû y avoir une démolition à l’explosif contrôlée. Le fondateur du groupe, Richard Gage, explique sa pensée:

Le bâtiment Sept est une preuve irréfutable. N’importe quel écolier qui regarde ce bâtiment tomber à la vitesse de la chute libre et de manière symétrique peut se rendre compte que ce n’est pas un phénomène naturel. Les bâtiments qui s’écroulent de manière naturelle suivent le schéma de la moindre résistance, ils ne s’écroulent pas tout droit sur eux-mêmes.

Plusieurs éléments ont encouragé le développement de théories du complot concernant la tour Sept du World Trade Center: tous les débris de métaux du gratte-ciel ont été récupérés pour être fondus, malgré le fait que l’effondrement soit possiblement une première dans l’histoire de l’architecture; la tour était occupée par les services secrets, la CIA et d’autres organes censés coordonner la réponse à une attaque terroriste. Enfin, la destruction de la troisième tour n’a pas été mentionnée dans le rapport de la commission sur le 11-Septembre.

[Lire l'article complet sur bbc.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d’actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Réchauffement climatique : une agence pour le climat pourrait être créée aux États-Unis

Dimanche 14 février 2010

Réchauffement climatique : une agence pour le climat pourrait être créée aux États-Unis

© MaxiSciences.com

États-Unis – Le gouvernement américain a annoncé avoir l’intention de créer une nouvelle agence fédérale consacrée au changement climatique.

Lundi, un site internet dédié au changement climatique rassemblant toutes les données dont dispose l’administration américaine sur le sujet a été mis en ligne. Il s’adresse à la fois aux entreprises, aux chercheurs et au grand public.

La création d’une agence fédérale pour le climat pourrait, comme l’a expliqué le secrétaire au Commerce Gary Locke, aider les entreprises du secteur des énergies renouvelables à se développer en leur fournissant des informations essentielles telles que les caractéristiques des vents pour le secteur de l’éolien. « L’idée est la suivante : plus les entreprises ont d’information sur les énergies alternatives, plus elles peuvent faire de profits, plus elles créeront d’emplois et plus elles répondront aux besoins énergétiques du pays et du monde » souligne-t-il.

Cette agence, qui devra être avalisée par une commission du Congrès, pourrait voir le jour avant le début de l’année fiscale 2011.