Archive pour la catégorie ‘Sectes’

Le fondateur de la secte Moon blessé

Jeudi 24 juillet 2008

Le fondateur de la secte Moon blessé

© Le Figaro

Le milliardaire sud-coréen Sun-Myung Moon, fondateur de la secte « Eglise de l’Unification », a été blessé aujourd’hui dans un accident d’hélicoptère à  côté de Séoul, a annoncé l’agence sud-coréenne Yonhap.
L’hélicoptère médical qui transportait seize personnes a pris feu après avoir effectué un atterrissage d’urgence à  Gapyeong, à  40 km à  l’est de Séoul.

Sectes : le rapport annuel de la Miviludes identifie de nouvelles dérives

Jeudi 3 avril 2008

Sectes : le rapport annuel de la Miviludes identifie de nouvelles dérives

© AFP – Jeudi 3 avril

PARIS (AFP) – Les faux souvenirs induits, la vente multi-niveaux, certaines techniques de coaching en entreprise et le datura font partie de la moisson de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) dans son rapport 2007 publié jeudi.

Il s’agit du 5ème rapport annuel de la Miviludes, au coeur d’une polémique le mois dernier, après les propos de la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon, estimant qu’outre ce travail annuel, « la Miviludes ne fait rien ».

Le rapport fait également le point sur les techniques de lobbying des sectes auprès des organismes internationaux, à  partir de l’exemple de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), et sur le phénomène du satanisme qui concernerait de près ou de loin environ 25.000 personnes en France, dont 80% de moins de 21 ans.

Il pointe aussi le néo-chamanisme et l’usage d’une substance, le datura, plante courante aux fleurs très parfumées et réputée toxique, qui tend à  remplacer l’iboga, inscrit au tableau des stupéfiants.

« Les sectes évoluent mais elles sont toujours là  », estime Jean-Michel Roulet, président de la Miviludes qui souligne qu’à  partir de 2000 elles se sont « engouffrées » dans le domaine de l’accomplissement de soi, les unes dans l’humanitaire, les autres dans les techniques de « recherche de son moi profond ».

Le travail sur la mémoire est une des bases de la psychanalyse, en revanche « le +faux souvenir induit+ résulte de techniques d’autosuggestion ou d’une influence indue qu’exercent certains thérapeutes ». Ceux-ci « manipulent » le patient en l’amenant à  se rappeler des abus -souvent à  caractère sexuel- subis dans la petite enfance qui constituent le « syndrome du faux souvenir induit », dévastateur pour le patient lui-même et pour sa famille.

Le phénomène est apparu aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XXème siècle et « se développe de manière inquiétante en France ».

C’est aussi au nom de la « sujétion de l’individu » que la Miviludes s’est intéressée à  la vente multi-niveaux, qui consiste à  vendre des produits ou services, le plus souvent liés au bien-être, et à  convaincre les acheteurs de devenir vendeurs à  leur tour. Ils n’ont pas de contrat de travail, sont rémunérés au pourcentage, et les plus convaincus finissent par quitter leur travail et ne plus fréquenter que les membres du réseau.

Autre risque d’embrigadement avec l’application au coaching en entreprise de la théorie des « constellations systémiques », inventée par l’américaine Virginia Safir à  partir de l’observation des tribus en pays zoulou: le groupe -en l’occurence l’entreprise- fonctionne comme un corps biologique où chacun a un rôle précis. Une des dérives est de considérer que chacun fait partie du groupe et que c’est au groupe de tout décider pour lui.

Le rapport 2007 consacre un chapitre à  la « stratégie d’influence de la mouvance sectaire à  l’international », notamment auprès de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et particulièrement d’un de ses organismes, le BIDDH (Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme). Plusieurs mouvements -la Miviludes cite la Scientologie, les raéliens et les Témoins de Jéhovah- viennent y dénoncer la lutte contre les dérives sectaires au nom des atteintes à  la liberté religieuse. Toutes les interventions étant publiées, elles ont de ce fait une diffusion et une respectabilité assurées.

Une autre technique est de mettre en cause les acteurs de la lutte contre les dérives sectaires, en visant les personnes elles-mêmes ou en mettant en cause le bien-fondé des subventions dont elles bénéficient.

Ce rapport a été remis mercredi au Premier ministre, dont dépend la Miviludes.

Ministère de l’intérieur VS Sectes en France

Mardi 26 février 2008

Les parlementaires antisectes passent à  l’offensive

parlementaires antisectes o

Face aux Sectes, le ministère de l’intérieur adopte une politique « libérale mais ferme »

sectes politique liberale mais ferme

La directrice de cabinet de Sarkozy sème le trouble par des propos sur les sectes

Jeudi 21 février 2008

La directrice de cabinet de Sarkozy sème le trouble par des propos sur les sectes

© Par Thomas MORFIN AFP

emmanuelle mignon

PARIS (AFP) – Avec des déclarations fracassantes sur les sectes, Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, a déclenché mercredi une polémique qu’un démenti partiel n’a pas réussi à  éteindre.

« En France, les sectes sont un non-problème« , affirme cette proche du président de la République dans un entretien publié par l’hebdomadaire VSD.

Elle y estime aussi qu’ »on peut s’interroger » sur la menace représentée par l’Eglise de Scientologie, considérée comme une secte dans les rapports parlementaires français mais qui bénéficie du statut de religion aux Etats-Unis notamment.

Dans un communiqué, Mme Mignon a voulu mettre les choses au point sur ce dossier hautement sensible.

« Je n’ai jamais tenu les propos qui me sont prêtés par l’hebdomadaire VSD, selon lesquels +les sectes seraient un non-problème en France+ », a-t-elle déclaré.

Le magazine a assuré à  l’inverse que « les propos cités dans l’entretien ont bien été tenus » par l’intéressée.

« Interrogée de manière informelle sur les positions du président de la République dans ce domaine, j’ai rappelé la position constante de Nicolas Sarkozy sur ce sujet », a expliqué Mme Mignon dans son communiqué.

« Soit ces mouvements et ces groupes troublent l’ordre public et abusent de la faiblesse psychologique des personnes, et dans ce cas ils doivent être poursuivis et sanctionnés (…) Soit ils ne troublent pas l’ordre public et respectent les personnes, et ils doivent alors pouvoir exister normalement conformément au principe de la liberté de conscience », a-t-elle conclu.

Dans sa mise au point, la directrice de cabinet du président, qui passe pour son inspiratrice sur les questions liées aux religions, n’évoque cependant pas nommément l’Eglise de Scientologie.

Elle ne revient pas non plus sur les déclarations qui lui sont prêtées concernant la liste des « mouvements sectaires » établie en 1995 par la Commission parlementaire d’enquête sur les sectes, ainsi que sur la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires).

Selon VSD, Mme Mignon aurait ainsi qualifié de « scandaleuse » la liste rédigée par la commission, où figure la Scientologie.

Elle aurait aussi indiqué que le gouvernement veut « transformer » la Miviludes qui, « à  part publier des rapports annuels », « ne fait rien », et « rattacher ce nouvel organisme au ministère de l’Intérieur » plutôt qu’au Premier ministre.

Alors que les positions de Nicolas Sarkozy sur la religion et la laïcité continuent de faire grincer des dents, les propos prêtés à  Mme Mignon ont été vivement attaqués.

Réclamant une « vérification », le numéro un du PS François Hollande a jugé que si ces propos avaient bien été tenus, « ça mettrait en cause la présence même de Mme Mignon à  l’Elysée ». Pour le porte-parole du parti Julien Dray, « l’ensemble du camp laïque va devoir descendre dans la rue ».

Alain Gest (UMP), membre du conseil d’orientation de la Miviludes, a fustigé « une méconnaissance totale » de la question des sectes.

Le souverainiste de droite Nicolas Dupont-Aignan a appelé le chef de l’Etat à  « clarifier la position de l’Etat ».

François Bayrou (MoDem) s’est indigné d’ »une réhabilitation de la Scientologie ». Il a rappelé la visite en 2004 de l’acteur américain Tom Cruise, adepte de ce groupe, à  Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Economie.

Quant à  la Scientologie, pour qui la Miviludes est un épouvantail, elle a salué, sans surprise, le message de l’Elysée. Selon elle, « la France évolue dans le bon sens ».