Archive pour la catégorie ‘Santé’

Roselyne Bachelot rejette les critiques sur sa gestion de la grippe A

Mercredi 24 mars 2010

Roselyne Bachelot rejette les critiques sur sa gestion de la grippe A

© Le Monde

Achat en masse de vaccins, indépendance des experts, information des médecins généralistes, négociations avec les laboratoires : la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a défendu au Sénat, mardi 23 mars, sa gestion de la lutte contre la pandémie de grippe A(H1N1).

La commission d’enquête sur « le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion par le gouvernement de la grippe H1N1″ avait été mise en place à l’initiative des communistes et du Parti de gauche. Elle est présidée par François Autain (Parti de gauche) et son rapporteur est Alain Milon (UMP). Pourquoi 94 millions de doses achetées ? Pourquoi des commandes fermes ? Les experts sont-ils vraiment impartiaux ? Pourquoi les médecins généralistes ont-ils été tenus à l’écart ? Autant de sujets abordés par les sénateurs, lors d’une audition au ton parfois âpre, qui a duré plus de deux heures et demie.

LIENS D’INTÉRÊT

M. Autain a insisté sur l’influence des laboratoires pharmaceutiques et sur les liens d’intérêt des experts. « Ce n’est pas parce qu’un expert va travailler pour un laboratoire que son expertise n’est pas valable ou qu’elle est orientée, a déclaré Mme Bachelot. Les liens d’intérêt ne sont pas forcément des conflits d’intérêt. (…) Nous devons mobiliser les professionnels les plus compétents, et, dans un domaine donné, leur nombre est compté. » Elle a estimé aussi que les expertises étaient toujours rendues « de facon collégiale et plurielle » et que cela représentait « une garantie ».

La ministre a fait le point sur les négociations avec les laboratoires suite à l’annulation de commandes de vaccins. Confirmant les informations rapportées ce matin par Le Figaro, elle a redit qu’un contrat d’indemnisation avait été signé avec le seul laboratoire Novartis, d’un montant de 16 % du contrat initial, et que les négociations « continuent » avec les autres laboratoires, GSK et Sanofi-Pasteur. « Si nous ne parvenons pas à une démarche transactionnelle, nous notifierons à ces laboratoires une indemnisation unilatérale sur les mêmes bases que le contrat Novartis, de 16 % », a dit la ministre. Rappelant que les acquisitions de 94 millions de doses avaient été « dimensionnées de façon a pouvoir proposer la vaccination à l’ensemble de la population », elle a souligné que les laboratoires étaient « en position de force » et demandaient « des commandes fermes ».

Mme Bachelot a par ailleurs listé le nombre de fois où elle a rencontré les médecins généralistes, les pharmaciens et les infirmières, assurant qu’on ne « pouvait pas dire qu’on ne les a pas écoutés ».

[Archive] DITES NON AU VACCIN CONTRE LA GRIPPE A

Samedi 27 février 2010

DITES NON AU VACCIN CONTRE LA GRIPPE A

« La seule manière pour un individu d’attraper la grippe porcine est de se la faire injecter par un vaccin ».

- On Nous Cache Tout – Vaccins, mais alors on nous aurait menti ?
- Grippe Porcine: Les mystérieux cas de 1976
- Grippe porcine : des spots de prévention de 1976
- La Grippe Porcine revient 33 ANS plus tard


Les Vaccins sont inefficaces et dangereux 1
envoyé par Dianequiose-3. – Rencontrez plus de personnalités du web.

Vous pouvez développer le syndrome de Guillain Barré si vous vous faites vacciner contre la grippe porcine.

Certains cas sont apparus simultanément à une maladie rare des globules rouges, la porphyrie. D’autres sont survenus après des événements apparemment non rapportés tels qu’une chirurgie, une piqûre d’insectes ou diverses injections. Des cas ont été décrits durant l’hiver 1976-77 chez des personnes qui avaient été vaccinées contre la grippe porcine, la vaccination commune anti-grippale elle-même étant responsable d’exceptionnels cas

Chronologie de l’épisode H1N1 : 8 mois de gestion chaotique de la grippe A

Lundi 1 février 2010

8 mois de gestion chaotique de la grippe A

© L’express

24 avril 2009 L’OMS annonce une centaine de cas de grippe, due à un nouveau virus, classé A (H1N1), au Mexique et aux Etats-Unis. On évoque alors une porcherie au Mexique, comme lieu de départ de ce nouveau virus.

30 avril La France passe, « par précaution », en phase 5 d’alerte (dit pré-pandémique) du plan national de pandémie grippale. « Bien qu’il n’y ait pas d’épidémie en France, nous avons décidé par précaution de passer en phase 5 de préparation, de mobilisation des services de l’Etat », déclare le Premier ministre François Fillon, à l’issue d’une réunion à Matignon de ministres et experts.

1er mai La ministre de la Santé française, Roselyne Bachelot, annonce les deux premiers cas français, des personnes revenant du Mexique.

26 juin La moitié de la population française est susceptible d’être touchée par le virus de la grippe en l’absence de vaccin selon le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV) du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

16 juillet La France annonce la commande de 94 millions de doses de vaccins. Cette dépense de 880 millions d’euros sera partagée entre l’Etat et l’assurance-maladie. La commande a été effectuée auprès de trois laboratoires : Sanofi, GlaxoSmithKline et Novartis. A raison de deux doses par personne, ces 94 millions de doses permettront de vacciner les deux-tiers des Français. Des parlementaires jugent ce prix élevé et critiquent la gestion des stocks de produits de santé.

26 juillet : la mobilisation contre la pandémie H1N1 « ne sert qu’à nous faire peur », explique le professeur Bernard Debré dans un entretien au Journal du Dimanche.

30 juillet Premier décès en métropole, à Brest, d’une jeune fille qui souffrait d’une maladie grave, compliquée d’une autre infection pulmonaire sévère.

12 août : le ministre de l’Education nationale se déclare « prêt à fermer toutes les écoles » en cas de pandémie de grippe A/H1N1, dans une interview au Figaro.

Fin août : la France reçoit les premiers vaccins en quantités limitées. La ministre de la santé Roselyne Bachelot refuse de donner des précisions sur le nombre de doses fournies « pour des raisons de sécurité ».

27 août Le gouvernement demande aux préfets et syndicats un plan de continuité de l’activité dans les services publics. Livraison des premiers vaccins.

Début septembre La France passe pour la première fois le seuil épidémique, selon le réseau Sentinelles, composé de médecins généralistes. Le Haut Conseil de la santé publique dresse la liste des personnes prioritaires pour la vaccination. Selon Libération, le gouvernement envisage des mesures d’exception en cas de pandémie : généralisation du huis clos, renvoi des mineurs en correctionnelle, allongement des délais d’appel. Les syndicats de magistrats dénoncent un plan liberticide.

20 octobre Début de la campagne de vaccination dans les hôpitaux, dont les personnels sont prioritaires. Un partie d’entre eux est réticente.

11 novembre Un cas « probable »de syndrome de Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux, est signalé après vaccination, par le ministère de la Santé. Cette annonce contribue au climat de défiance vis-à-vis de la vaccination.

12 novembre Début de la campagne de vaccination, gratuite et non-obligatoire, dans des centres de vaccination. Après un début hésitant, la campagne connaîtra pendant un moment un pic d’affluence, avant de ralentir de nouveau.

25 novembre La campagne de vaccination contre la grippe, fondée sur le volontariat, débute dans les collèges et lycées, alors que celle des écoliers du primaire commence dans les centres de vaccination début décembre.

22 décembre 7% de la population est vaccinée, deux mois après l’ouverture des centres, selon les chiffres donnés par la ministre de la Santé.

2010

3/4 janvier La France annonce son intention de revendre à l’étranger une partie de son surplus de vaccins et résilie près de la moitié des commandes, soit 50 millions de doses.

12 janvier La ministre française de la Santé fait face à l’Assemblée aux vives critiques de l’opposition visant la gestion de la pandémie de grippe A(H1N1), qualifiée d’échec.

13 janvier La vague épidémique de grippe H1N1 en France est terminée, annonce le réseau Sentinelles-Inserm, alors que seulement 5,5 millions de personnes sont vaccinées.

Les vaccins contre la grippe A/H1N1 seront vendus en pharmacie a partir du 1er Février.

22 janvier Les centres de vaccination seront fermés le 30 janvier. Les vaccins contre la grippe A/H1N1 seront vendus en pharmacie a partir du 1er Février. Les médecins pourront vacciner dans leurs cabinets.

26 janvier L’OMS est accusée par Le Parisien d’avoir surestimé volontairement le risque de grippe A/H1N en raison de collusion entre certains de ses membres et des laboratoires pharmaceutiques.

Cette maltraitance « ordinaire » qui règne dans les hôpitaux

Jeudi 28 janvier 2010

Cette maltraitance « ordinaire » qui règne dans les hôpitaux

© Le Monde

Humiliation, mépris, culpabilisation, atteintes à l’intimité… Les témoignages extraits de l’étude publiée mercredi 27 janvier par la Haute Autorité de santé (HAS) font froid dans le dos. Collectés par Claire Compagnon et Véronique Ghadi, ancienne militante associative et sociologue de la santé, ils reflètent le malaise de nombreux malades, proches ou professionnels de santé face à la maltraitance « ordinaire » qui règne dans certains hôpitaux. Des vexations plus ou moins douloureuses qui nuisent à la dignité du malade et à la réputation des établissements.

Le rapport, qui se présente comme une étude volontairement subjective, reprend une centaine de récits. Patients, famille, infirmiers… Tous racontent l’attente, l’abandon, l’absurde parfois. « Coralie reste nue sur le brancard dans le couloir du service pendant dix minutes. Je prends une couverture dans la chambre, on me reproche d’avoir défait le lit », raconte une mère. « Il y a des moments où je restais dans le pus et dans mes excréments toute la matinée », décrit un malade.

« UNE CERTAINE BANALISATION DE LA VIOLENCE »

De quoi interpeller les pouvoirs publics. « Face à une certaine banalisation de la violence, il apparaît nécessaire de rappeler au personnel hospitalier, mais aussi aux patients, la nécessité du respect réciproque », estimait le 12 janvier le médiateur de la République Jean-Paul Delevoye. Un « Pôle santé et sécurité des soins, chargé de traiter les réclamations liées aux droits des malades et à la sécurité des soins » été a mis en place début 2009 par le médiateur de la République. En un an d’activité, il a traité près de 4 800 requêtes.

La maltraitance, reconnaît une directrice d’hôpital, « c’est comme les infections nosocomiales, ça ne devrait pas arriver ». Les professionnels parlent des réductions d’effectifs ou du manque de matériel… « Il y a vingt ans, il y avait sept aides-soignantes le matin, alors que maintenant il n’y en a plus que deux ou trois pour des patients plus lourds qu’avant », explique un cadre de santé.

Pour lutter contre ces dérives, un « guide de la bientraitance en établissements de santé » devrait être publié dans l’année. Trois critères de qualité seront par ailleurs intégrés dans la nouvelle procédure de certification des hôpitaux : la gestion des plaintes et des réclamations, la mise en œuvre des soins palliatifs et des droits des patients en fin de vie, la mise en place d’une démarche de bientraitance.

(FR) Reconnaître et comprendre les conflits dintérêts dans la santé – Dr Marc Girard

Lundi 25 janvier 2010

(FR) Reconnaître et comprendre les conflits dintérêts dans la santé – Dr Marc Girard

Grippe A : la Belgique résilie sans indemnité un tiers de sa commande de vaccins

Lundi 18 janvier 2010

Grippe A : la Belgique résilie sans indemnité un tiers de sa commande de vaccins

© Le Monde

Alors que l’épidémie de grippe A est officiellement terminée en France métropolitaine (258 morts en France, 13 554 dans le monde, selon un dernier bilan publié vendredi), l’heure des comptes est arrivée pour plusieurs capitales européennes. Les gouvernements de l’UE tentent de résilier une partie de leurs commandes auprès des laboratoires, avec plus ou moins de bonheur.

La Belgique a obtenu une diminution de « près d’un tiers » de sa commande de 12,6 millions de doses de vaccins contre la grippe H1N1 passée au groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), a indiqué vendredi la ministre de la santé, Laurette Onkelinx. Elle a précisé que cela représenterait une économie de 33 millions d’euros et qu’il n’y aura pas d’indemnité de résiliation.

Au pic de l’épidémie l’an dernier, la Belgique est sortie de la phase épidémique à la mi-décembre, avait commandé à GSK 12,6 millions de doses de vaccins Pandemrix, dont 4,3 millions ont déjà été livrés. Selon l’accord intervenu jeudi, 4 des 8 millions de doses supplémentaires ne seront donc pas livrés.

En Italie, l’association de consommateurs Codacons a annoncé le lancement d’une action collective visant à obtenir le remboursement des vaccins commandés par le gouvernement. « L’action a pour but de faire obtenir aux usagers du service national de santé [plus de 60 millions de citoyens] la somme déjà payée par l’Italie pour l’achat de 24 millions de doses, une somme qui représente un énorme gaspillage, vu la faible adhésion à la campagne de vaccination. » Environ 875 000 doses de vaccins ont été administrées en Italie jusqu’à présent. La demande de remboursement porte sur 186 millions d’euros, a précisé l’organisation.

La France, qui avait initialement commandé 94 millions de doses de vaccin (50 millions au britannique GSK, 28 au français Sanofi Pasteur, 16 au suisse Novartis et 50 000 à l’américain Baxter), a annoncé son intention de résilier des commandes à hauteur de 50 millions de doses. Le gouvernement a déjà résilié une commande de 9 millions de doses auprès de Sanofi, officiellement sans indemnité, et des négociations sont en cours concernant deux autres millions de doses. Mais Roselyne Bachelot a concédé lors d’une séance de questions à la commission des affaires sociales de l’Assemblée qu’il pourrait y avoir des indemnisations.

Chuck Norris : ‘’la Vierge Marie aurait avorté avec Obama »

Samedi 19 décembre 2009

Chuck Norris : ‘’la Vierge Marie aurait avorté avec Obama »

Fluctuat.net

Acteur culte des années 80 et star du web avec ses fameux « facts », Chuck Norris est aussi un militant conservateur pur et dur. Dans une chronique qu’il vient de signer, le spécialiste des arts martiaux suggère que la politique pro-avortement de Barack Obama aurait pu conduire la mère de Jésus à pratiquer l’avortement.

« A l’approche de Noël, je me pose une question : que serait-il arrivé si Mère Marie avait bénéficié de la couverture médicale d’Obama ? Si cette jeune femme, pauvre et non assurée avait profité des fonds fédéraux (via l’Obamacare) et des installations (via le planning familial) pour éviter la persécution ridicule et la possible lapidation en raison de sa grossesse hors mariage ? Imaginez toutes les grandes âmes qui auraient été effacées de l’histoire et l’influence sur le genre humain si leurs parents avaient été aussi progressistes que les sages de Washington. Est-ce que l’Obamacare va se muer en Herodcare pour les enfants à naître ? »

Pour rappel, Hérode 1er le Grand, roi de Judée célèbre pour sa cruauté sans limites, est cité dans la Bible pour avoir fait tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem. Ce dans l’espoir de supprimer le « roi des juifs », dont la naissance lui avait été annoncée…

Si l’interprète de Walker Texas Ranger fait bien rire avec les « Chuck Norris Facts » (« Jésus Christ est né en 1940 avant Chuck Norris », « Chuck Norris fait pleurer les oignons », « La force de gravité c’est ce qui fait que la Terre tient sous Chuck Norris », etc.), Chuck Norris le penseur politique, qui soutient le républicain Mike Huckabee et rêve de devenir président du Texas, est en revanche carrément flippant.

La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière

Mardi 15 décembre 2009

La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière

© Le Monde

Rien ne permet encore d’affirmer que le décès d’un enfant de 9 ans, le 8 décembre, est lié à sa vaccination quatre jours plus tôt avec le vaccin sans adjuvant Panenza. Dans un communiqué publié samedi 12 décembre, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indique que « les éléments disponibles ne permettent pas d’établir l’origine » de cette mort, « ni de se prononcer sur le rôle éventuel de la vaccination ». Les résultats de l’autopsie médico-légale ne sont pas encore disponibles et « d’autres investigations sont en cours, notamment des analyses virologiques et bactériennes », ajoute l’Afssaps.

Ce décès encore inexpliqué intervient alors que des études dans différents pays montrent que la grippe A(H1N1) a un taux de mortalité analogue à celui de la grippe saisonnière. L’édition électronique du Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire (InVS), publiée le 10 décembre, fait état d’une létalité « estimée entre 1/1 000 et 1/10 000, comparable à la létalité de la grippe saisonnière ». L’InVS ajoute cependant qu’ »il est difficile de prévoir l’évolution de l’épidémie et du virus dans les mois à venir ». Cette estimation a été réalisée au moment où la France métropolitaine comptait 91 décès dus à la grippe A. Un nombre qui atteint 139 morts au 11 décembre. « La mortalité la plus forte est retrouvée chez les adultes entre 20 et 50 ans », précise l’InVS.

L’analyse conduite par les autorités sanitaires britanniques, et publiée le 10 décembre sur le site du British Medical Journal, fournit un taux de mortalité de 26 décès pour 100 000 cas cliniques de grippe A(H1N1). Ces données ont été calculées sur les 138 décès identifiés comme liés au virus pandémique et les 540 000 cas de grippe A(H1N1) confirmés entre le 1er juin et le 8 novembre 2009. Par comparaison, le taux de mortalité lors de la grippe espagnole de 1918 était de 2 à 3 % et ceux des pandémies de 1957-1958 et de 1967-1968 tournaient autour de 0,2 %.

« Interprétation périlleuse »

Le taux calculé pour le Royaume-Uni est nettement inférieur (de quatre à quarante fois) à celui avancé pour la France, mais l’InVS reconnaît que dans ses données « l’interprétation de la létalité est périlleuse en raison des nombreux biais affectant le numérateur (nombre des décès) et le dénominateur (nombre des cas). »

Aux Etats-Unis, le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) a fourni ses évaluations pour la période allant d’avril au 14 novembre : 9 820 décès liés à la grippe A(H1N1) sur un total de 47 millions de cas, soit un taux de mortalité de 20 pour 100 000 cas, proche des données britanniques.

Partout dans le monde, le pire semble passé, la France faisant exception dans ce paysage sanitaire. L’Organisation mondiale de la santé signale ainsi le 11 décembre qu’ »à l’exception de la France, où les infections de type grippal continuent de croître », ces dernières ont « atteint ou dépassé le pic épidémique dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest ».

Paul Benkimoun

Grippe A(H1N1) : plus de 3.500.000 personnes vaccinées en France

Mardi 15 décembre 2009

Grippe A(H1N1) : plus de 3.500.000 personnes vaccinées en France

© AFP

PARIS — Quelque 3.582.590 personnes ont été vaccinées en France contre la grippe A(H1N1) depuis le début de la campagne de prévention, le 12 novembre, selon les éléments donnés à la presse par les ministères de l’Intérieur et de la Santé, mardi après-midi lors de leur point de presse.

« Entre vendredi matin et lundi soir, nous avons vacciné plus de 500.000 personnes, malgré une activité (des centres) plus réduite les lundis », a précisé le porte parole de l’Intérieur Gérard Gachet.

Le professeur Didier Houssin, directeur de la Santé, a relevé que « dans un nombre important d’hôpitaux, la vaccination des professionnels de santé a bien progressé, puisque certains arrivent maintenant à une couverture vaccinale de leur personnel qui dépasse 50% ».

« On peut dire qu’on est aujourd’hui au-delà des 400.000″ professionnels de santé des hôpitaux vaccinés, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, « 291.000 élèves de collèges et lycées ont été vaccinés par les équipes mobiles » dans leurs établissements, a indiqué M. Gachet, de même que 33.770 Français résidant à l’étranger.

Si le dispositif de la semaine en cours et du week-end prochain seront « identiques » à celui de la semaine et du week-end passés, selon MM. Gachet et Houssin, celui des vacances scolaires de Noël et du jour de l’An est en cours de préparation.

Il sera présenté dès mercredi (16 décembre) lors d’une conférence de presse que les ministres de l’Intérieur Brice Hortefeux et de la Santé Roselyne Bachelot tiendront en commun à 15H30 Place Beauvau, a annoncé M. Gachet.

Rappel de 800′00 vaccins Sanofi Pasteur pour enfants aux Etats-Unis

Mardi 15 décembre 2009

Rappel de 800′00 vaccins Sanofi Pasteur pour enfants aux Etats-Unis

© Romandie.com

Les autorités sanitaires américaines ont décidé de rappeler 800′000 doses de vaccin Sanofi Pasteur destinés à prémunir nourrissons et enfants contre la grippe H1N1. Le laboratoire a découvert que le vaccin a très légèrement perdu en efficacité.

Les lots concernés sont au nombre de quatre et sont destinés aux enfants âgés de six mois à trois ans. Dans une lettre aux pédiatres, les Centres américains de Contrôle des maladies révèlent que ces lots ont perdu de leur efficacité contre le virus après qu’ils aient été envoyés au mois de novembre.

Le rappel concerne 800′000 doses, dont certaines pourraient déjà avoir été administrées. Toujours selon les CDC, la perte d’efficacité du vaccin est « infime ». Les enfants déjà vaccinés avec l’une de ces doses n’auraient donc pas besoin de l’être à nouveau.

Au moment de leur envoi, les lots remplissaient tous les critères requis par les autorités sanitaires fédérales. Leur perte d’efficacité a été constatée après leur distribution lors de contrôles de routine pratiqués par Sanofi Pasteur. Le laboratoire a alors contacté les CDC pour leur faire part de sa découverte. Les doses concernées étaient toutes destinées aux cabinets pédiatriques.
(ats / 15 décembre 2009 22:12)