Archive pour la catégorie ‘Psychologie’

Le siècle du Soi

Jeudi 21 janvier 2010

Le Siècle du Soi (Vidéo en 4 parties, en anglais)


1/4


2/4


3/4


4/4

Vous devriez sérieusement vous renseigner sur le neveu de Freud, Edward Bernays.

Reportage sur Ivan Pavlov

Mercredi 17 juin 2009

Le chien de pavlov

Comment conditionner quelqu’un en utilisant la technique de Pavlov

Exemple:

Ne fumez pas!

Ne fumez pas!

Ne fumez pas!

fume-pas-serpent

Ne fumez pas!

fume-pas-serpent

Ne fumez pas!

fume-pas-serpent

Ne fumez pas!

fume-pas-serpent

fume-pas-serpent

fume-pas-serpent

Maintenant quand on vous dit « Ne fumez pas! », quand vous lisez cette phrase, qu’est ce que vous faites automatiquement? Vous ressentez et pensez à l’image associée avec cette phrase, ou le son associé avec! Et ça peut totalement changer le sens de la phrase « ne fumez pas! ». C’est la technique que les médias et la presse utilisent pour vous rendre esclave des publicités et vous conditionner dans la société à agir de telle et telle manière.

Deuxième tentative d’expliquer l’homme psychologiquement et logiquement (Suite)

Lundi 27 avril 2009

Tentative (Suite)

Lire la première partie sinon vous allez avoir du mal à comprendre ce qui se passe ici, « Parti 1″, donc on parlait du fonctionnement de l’individu.

On a commencé à décrire ce qu’est l’Âme, l’égo, l’Esprit, l’Inconscient, mais il reste tout un paquet d’autres morceaux dont on ne doute pas lexistence. Avant toute chose, ce « puzzle » est une tentative d’expliquer le Soi.

Parlons donc du Soi! Le Soi est une composition, c’est notre nous total et non pas l’idée de qui nous sommes. Le Soi est la totalité de qui nous sommes, c’est en fait le résultat du « puzzle » en question. Le Puzzle est le Soi, et le but du jeu est de découvrir le Soi, en analysant les divers morceaux qui composent la psyché de l’homme et des autres créatures. Car c’est ce que doit faire l’homme tout d’abord, il doit d’abord savoir qui il est, il doit savoir ce qu’est le Soi. Mais l’homme seul ne peut pas avoir la réponse, il doit tourner son regard vers l’histoire, vers le présent, vers les étoiles et vers la terre, il doit tout observer car tout est la réponse, plein de petits morceaux de réponse partout. Et il y a toutes les réponses sur cette planète, qui sont bien évidemment éparpillées pour notre plus grand bonheur, et peut être le but est de tous nous unifier (par nous même, selon notre volonté) pour partager tout ce qu’on croit dans le fond, tout ce qu’on sait, le faire librement sans jamais avoir peur d’être blessé par les convictions des autres, et leurs manières de vouloir toujours avoir raison.

Il faut devenir plus civilisé. Mais ok, le Soi est la quête. Le but est de savoir comment est composé le Soi, pourquoi il y a le Soi, et pourquoi sommes-nous tous des individus séparés, pourquoi sommes-nous des entités individuelles. Car j’assume, et j’ai peut être tort, que la création, Dieu, ou le Démiurge, ou peu importe quoi ou qui est à la source de l’existence du monde, je suis persuadé que cette chose peut faire tout ce qu’elle veut, alors pourquoi a-t-elle fait un monde pareil plus qu’un autre?

Car quelque chose a bien décidé de la forme des choses, du monde, de ses lois. Je suis persuadé que les choix ont été fait collectivement, mais on peut croire en une entité qui dirige et qui a tout créée, et qu’elle est la source de tout ce qui existe, de notre Soi et des autres Soi. Pour moi, le monde est gouverné collectivement, qu’en fait le chef du monde, n’est pas forcément le créateur, nous sommes les créateurs, et c’est peut être de là qu’est partie la théorie que nous créons le monde. Mais « Nous » ici, veut dire toutes les formes d’énergies qui existent, minérales, végétales, animales, etc… N’importe quoi qui est dans un corps peu importe sa substance ou sa forme, toutes ces énergies créent, et Dieu ne créé pas en fait. Il faut vraiment comprendre ce concept que Dieu ne créé pas, ça ne veut pas dire qu’il ne fait rien, mais ma conviction est que nous sommes ceux qui ont créé tout ce qui existe dans ce monde.

Pour expliquer ma pensée, je vais le faire le plus grossièrement possible et le moins spirituellement possible, et d’une manière très objective, mais vous créez le monde, car vous appartenez à des groupes, ces groupes sont des archétypes, des idéaux de devenir quelque chose de mieux, et vous appartenez à un des milliards de groupes qui existent dans l’espace. Les félins sont des groupes, les mamiphères, les reptiles, toutes ces choses sont des groupes, et à l’intérieur de ces groupes se trouvent d’autres groupes. Les espèces, ou les races, et nous appartenons tous à des groupes et c’est un fait. Vous n’êtes pas séparé du monde et vous n’êtes pas hors de tout ce qui existe. Vous devez vivre dans la réalité.

La réalité est que vous faites partis de tellement de groupes, sauf que tous ces groupes ont la même racine. Même vous, l’individu que vous croyez être, à l’intérieur de vous se trouve plusieurs groupes (les cellules, les organes, etc), et vous êtes aussi une composition de groupes d’individus, qui existent à d’autres degrés d’existence, et en fait l’indivdiu est une composition d’individu, tout comme l’humanité est une composition d’individu, et la terre est une composition d’individu, et le système solaire aussi, et la galaxie aussi et l’univers aussi, et etc…

Tout n’est pas unique, tout est composé. C’est très difficile d’imaginer une chose pareille même si on sait que c’est vrai (je plains sincèrement ceux qui sont arrivés à la conclusion que nous ne sommes pas un seul bloc, mais une composition de minuscules blocs invisibles, parce qu’à leur époque ce genre de pensée était vraiment très au delà de la pensée contemporaine, et surtout que c’est une réalisation très difficile à digérer ), il est difficile de voir ce qui se passe dans notre corps comme il est dur de voir ce qui se passe au delà, simplement parce que nous sommes en charge du groupe qui s’appelle « Humanité » à l’heure actuelle, et ce n’est ni bien ni mal, c’est juste la réalité actuelle, et tout change tout le temps, et nous expérimentons l’humanité et rien d’autre. Nous nous occupons de Adam Kadmon qui est toute l’humanité, tous les individus qui existent physiquement ou métaphysiquement font partis d’un groupe, et nous sommes tous des atomes de Adam Kadmon, qui est l’archétype de l’humanité, la seule chose qui existe dans le fond si on parle d’humains. Tous les humains sont éphémères car ils sont différentes manifestations de cet archétype, Adam, ou peu importe son nom, et nous sommes des morceaux uniques de cette entité.

Sauf que ça va beaucoup plus loin qu’on ne l’imagine. En étudiant les doctrines de la réincarnation, je suis arrivé à la conclusion qu’en fait, Adam Kadmon change perpétuellement, et que chaque êtres humains ne sont pas Adam Kadmon même. Comment expliquer, en fait le corps que vous voyez, les humains que vous voyez, ne sont que des tentatives, des corrections, pas le produit final. Donc, les humains que vous voyez, y comprit vous, ne composent pas l’humanité, mais la chose qui anime les corps que vous voyez, est l’humanité même, pas l’humain biologique, mais la chose qui dirige l’humain biologique, c’est ça l’humanité. En fait, scientifiquement, l’humanité n’est pas biologique, mais la forme que l’humanité emprunte est biologique et nécessaire. Je parle du CORPS que vous avez.

L’humanité est bien sur le corps qu’elle emprunte à un certain niveau, mais ce n’est qu’un véhicule pour l’humanité, un véhicule qui peut disparaitre, changer, ou muter, ou autre. Donc en gros, simplement, l’humanité, nous, a fait en sorte que le corps que nous utilisons soit adapté à la forme d’énergie que nous avons, et que notre forme d’énergie est particulièrement habituée à ce corps pour l’instant. Qu’en fait les corps que vous avez expérimentés ne sont pas vous, mais les véhicules d’expression de l’humanité, donc vos véhicules d’expression. Cependant ces véhicules peuvent disparaitre, et donc cela ne veut pas dire qu’on disparait, mais il faudra trouver ou améliorer d’autres véhicules.

Donc en fait, tout ce qui existe n’est que véhicule pour formes d’énergies. Et ce qui existe n’est PAS l’énergie même, mais le véhicule de l’énergie. Le corps ne produit pas l’énergie de notre existence, mais c’est l’inverse, que l’énergie produit le Corps, et le corps permet l’expérimentation d’une forme d’énergie. Pas forcément l’énergie qui a créée le corps, ce n’est pas forcément elle qui expérimente le corps, mais peut être une « nouvelle » énergie, de la nouveauté, peut être une énergie utilise ce monde pour conditionner une autre forme d’énergie nouvelle qui est nous. Nous utilisons les corps qui sont mis à disposition, mais nous ne sommes pas les corps.

Vous savez tous que, rien ne se perd tout se transforme, mais la transformation ne veut pas dire disparition, ou extinction, ou même fin. La transformation de l’eau fait qu’elle change d’état, mais elle redevient toujours la même chose, et elle change d’état a nouveau. C’est comme un cercle, et chaque morceaux du cercle nous influencent différemment. Mais inévitablement on revient toujours au même endroit qu’avant, on fait le tour du cercle, sauf qu’on ne sait pas la longueur du cercle, et on ne sait pas le cycle en question. On cherche toujours à savoir comment fonctionne l’évolution et pourquoi il y a la naissance et la mort.

Aussi, nous ne sommes pas bloqués à jamais dans ce cercle. Nous savons que le facteur temps, fait que rien n’est éternel, tout change, et nous avec. Ce que vous étiez au début de la création n’a rien à voir avec ce que vous êtes maintenant. Le but n’est pas de redevenir ce qu’on était avant, ou même de rester à jamais qui nous sommes maintenant, le but est d’être tout ce qu’on veut être, car c’est notre opportunité. C’est une sacré opportunité que de faire une chose pareille, vous vous en rendez compte j’espère?

Donc, tout pour dire dans le fond, que nous sommes tous une forme d’énergie qui se spécialise, et pour qu’elle se spécialise elle doit vivre plusieurs fois les mêmes expériences, ça va de soi. Donc c’est nous, les béta testeurs, les courageux dans l’histoire. Nous venons ici, pour essayer, pour aider, pour améliorer les choses, pour rendre la vie plus facile. Mais c’est un cycle, tout ceux qui sont « mort » attendent de revenir ici, et tout ceux qui vivent appréhendent l’au delà et les gens peuvent être très négatif au sujet de la mort, et qu’on soit d’un côté ou de l’autre, l’appréhension est grande j’imagine, naître et mourir ne sont pas des choses faciles, mais c’est nécessaire. Jusqu’à ce qu’on ait surpassé la peur, et l’appréhension, et autres choses de la sorte, jusqu’à ce qu’on comprenne le sens de tout ça, consciemment, en étant vivant, pas dans l’au delà.

Car j’assume que dans l’au delà il y a une forme d’internet, mais cet internet ne tue pas la diversité, ni l’individu, c’est comme maintenant quand vous visitez un site web, il est impossible pour nous de savoir comment certains individus sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui, que ça soit dans ce monde ou dans l’autre. Donc il est impossible de s’associer avec eux d’une façon permanente, nous sommes individuels et il faut réellement l’accepter comme un fait. Il n’existe aucune « Rapture », réunification, pour l’instant, nous sommes tous unifiés avec l’humanité, pas avec Dieu. Car Dieu est au delà de tout ce qui se passe ici, Dieu est la même chose depuis le début, totalement inchangeable, certainement, c’est ma conviction depuis un certain moment.

MAIS. Encore une fois on s’égare, donc notre tentative ici est d’expliquer l’homme, le Soi, mais le Soi est une chose bien plus complète qu’on l’imagine. C’est tout ce qu’on expérimente, ce qu’on ressent, qu’on l’oublie ou pas. Voila pourquoi c’est pas facile, car il y aura toujours des détails scientifiques, philosophiques, et religieux qui nous échapperont.

Donc le Soi est une composition. C’est une composition de plein de choses, et ces choses ne sont pas forcément évidentes pour nous. Je ne suis pas un expert de l’écriture, je suis jeune, je fais de mon mieux, donc ne me demandez pas l’impossible pour l’instant. J’aimerais pouvoir répondre à un maximum de ces questions, mais j’ai ma croyance, j’ai pas la solution, et ma croyance est pas la vôtre.

Vous êtes une composition de plein de choses. Et je vais devoir remettre l’explication à plus tard encore une fois malheureusement. Je sauve cet article, mais je recommencerais à expliquer la nature humaine une autre fois.

Deuxième tentative d’expliquer l’homme psychologiquement et logiquement

Dimanche 26 avril 2009

Deuxième tentative d’assembler et de structurer les morceaux psychologiques qui composent la psyché de l’homme pour découvrir le fonctionnement de son Esprit

Inutile de rappeler que ce n’est absolument pas facile à faire, mais je pense que j’ai le droit d’essayer, sans essayer, comment on peut être sur de notre compréhension et notre connaissance. Comment savoir si notre pensée est valide ou pas si on ne teste jamais, si on essaye jamais d’expliquer, si on cherche pas. Voila aussi un des aspects de la nature humaine, qu’il existe une minorité qui doute sur cette planète, comparée à la majorité, et cette minorité ne se satisfait pas des réponses scientifiques, et philosophiques et religieuses actuelles, en fait cette minorité cherche une réponse plus cohérente et facile à comprendre pour tous. Personnellement je suis très convaincu que la vérité est explicable même pour un animal, qu’en fait ce n’est pas fataliste, la vérité n’est pas seulement accessible à l’homme, elle est accessible à tout ce qui existe, et je crois sincèrement que ce sont nos expériences objectives qui nous aident à découvrir cette vérité.

Le langage n’est ni la manière ni l’outil avec lequel on expliquera la réalité. La réalité est quelque chose qui se vit, pas quelque chose qui s’explique. Il est impossible d’expliquer la réalité d’un autre pays, par exemple, quand vous voyagez, et que vous allez en Chine ou Venezuela ou Russie, ou autres charmants pays dans le genre, vous arrivez sur place, vous êtes émerveillés de toute l’activité qui se passe dans le pays, des différences de cultures, d’attitudes, de comportements, et vous voulez bien sur communiquer tout ça à ceux qui sont restés dans votre bon vieux pays natal. Donc vous les appelez et vous leur racontez que c’est fantastique il y a des motos partout, les gens sont cool ou autre, et que c’est extraordinaire et vous êtes surexcités en leur racontant tout ça, et eux ne comprennent pas, ils ne peuvent pas comprendre. Pour la simple raison que vous voyagez et pas eux. Donc il est impossible de communiquer une expérience par le langage, ou alors il faut être un excellent orateur et avoir des capacités intellectuelles vraiment hors normes, et tout le monde n’est pas comme ça.

Le langage est très important pour les psy, car pour eux c’est la base même de l’éducation, et les psy sont convaincus que l’éducation a beaucoup à voir pour certains problèmes du comportement chez certaines personnes. Le langage est juste la manière de communiquer et d’exprimer des choses basiques que l’homme peut expérimenter en commun. Pour expliquer le monde spirituel de l’homme avec le langage il faudrait des définitions plus poussées, beaucoup plus de mots, et de verbes, et de nuances, et il faudrait que tout le monde sache où se trouve ces nuances là dans leur Esprit, pour qu’ils comprennent, pour ensuite qu’ils adoptent les nouveaux mots ou autres concepts.

Qu’en fait notre langage actuel, est peut être la clé pour exprimer la vérité ça c’est clair, mais le langage ne permettra jamais à l’homme d’expliquer ce qu’il croit être la réalité, car sa sensation, sa croyance, est si tellement éloignée de celles des autres, que les autres ne peuvent pas comprendre nos motivations et idéaux. Que vous, vous voyagez là, et eux voyagent ici, et quand vous parlez de vos expériences mutuellement, l’autre vous emmerde, et vous emmerdez l’autre, car ni l’un ni l’autre ne peut comprendre les sensations d’une certaine expérience que vous avez vécus, simplement parce que l’autre ne l’a pas vécu. Généralement l’homme est déçu et blessé de voir que les autres ne comprennent pas, mais c’est comme ça pour nous aussi, combien de fois des gens nous ont parlé et on a rien comprit et on les a ignoré, alors qu’ils avaient énormément de choses à dire. Mais parce qu’on fait aucun effort, parce qu’on se renseigne pas, parce que notre observation intérieure de la réalité objective extérieure n’est pas suffisamment développée, alors les histoires et aventures des autres nous emmerde! Car on fait aucun effort pour comprendre des choses simples, rien que le fait, admettre que cet individu qui nous raconte son expérience, revient de quelque part, et donc il faut porter attention à ce qu’il dit et toujours se dire qu’il faut écouter car nous on a pas voyagé mais lui oui, donc il a beaucoup à dire, et nous peu à dire, et c’est un fait.

Donc quelqu’un qui expérimente la réalité ou la vérité, généralement ça ne se fait pas par accident, mais je pense après de longues heures de méditations de réflexions, et avec du temps, et des années de patience, on peut en expérimenter un bout; La réalité est incommunicable par le langage, c’est quelque chose que vous devez expérimenter. Vous ne pourrez jamais communiquer intégralement à 100% les sensations ressenties lors d’une de vos expériences intérieurse invisibles aux autres, mais vous pouvez leur donner une ombre, un morceau, un bout de celle-ci.

C’est comme ça tout le temps avec moi par exemple, pour tous ceux qui ont lu le site et qui me connaissent un peu, j’étais quelqu’un de très très impulsif, partiellement à cause du fait fataliste qu’il est impossible de communiquer notre niveau de compréhension aux autres. Et que les autres nous traitent d’une manière qui n’est pas adéquate avec qui nous sommes. Et que si on cherche à totalement faire comprendre quelque chose à quelqu’un, on devient névrosé, parce qu’il est impossible de faire comprendre quelque chose pour quelqu’un à sa place.

Et si je peux approfondir, je peux dire que cette impulsivité, était largement basée sur l’ignorance, dans un sens car, une simple petite récapitulation peut tout faire rentrer dans l’ordre. Le simple fait de savoir, que personne ne peut comprendre personne à 100%, et que personne ne sera jamais compris totalement, et qu’il ne faut pas attendre des autres qu’ils nous comprennent totalement, car si vous attendez cela c’est attendre l’impossible. Aussi les gens pourraient mieux comprendre les autres, ça c’est clair, mais ils ne pourront jamais totalement comprendre les autres. C’est une bataille de nuances fantastique.

Donc être énervé parce que les autres ne nous comprennent pas, est définitivement humain, et ce n’est pas une erreur ni même un bug, mais c’est essentiel, c’est une étape dans la vie d’un homme ou d’une femme. Car la première leçon est simple, à part les besoins naturels, les autres ne peuvent pas comprendre ce dont vous avez réellement besoin. Et même si Einstein de baladait dans une rue au Pakistan les gens ne pourraient pas une seconde imaginer de quoi Einstein a besoin pour satisfaire son Esprit ou son Âme. Donc même si l’exemple est extrème, il est impossible de savoir ce que les autres ont besoin pour leur Esprit, et il est impossible de savoir totalement ce qui se passe dans l’Esprit de quelqu’un, à moins de faire une psychanalise et d’étudier des heures avec le patient, et de chercher et de fouiller et de comprendre le plus honnêtement possible le patient, comme si on cherchait à se comprendre soi même, franchement il est très difficile de comprendre totalement ce qui se passe dans l’Esprit des gens.

Et il est encore plus difficile de savoir ce qui se passe dans les Esprits de la minorité. A l’heure actuelle il est très simple de savoir ce qu’il y a dans les Esprits de la majorité: corruption, ambitions, désirs, égoïsme, mais dans l’Esprit d’un homme libre, ou même d’un ignorant tout frais tout neuf, qu’est ce qui peut se passer. Qu’est ce qui se passe dans l’Esprit de tous les gens qu’on rencontre? Sur quoi les gens se basent pour avoir des motivations, pour avoir des plaisirs? Quelles genres de récompenses les gens recherchent! Qu’est ce que veulent les gens dans le fond, mis à part le fait qu’ils veulent de l’argent et la sécurité, l’isolement et la paix, dans le fond qu’est ce qu’ils veulent? Comment est-ce que les gens perçoivent leurs survies?

De toute façon votre Job n’est pas de savoir tout ça dans le fond. Dans le fond ce que vous devez chercher, c’est ce dont VOUS, vous avez besoin. Il faut réfléchir à ce que vous voulez, il faut imaginer ce que vous voulez devenir, et il faut l’atteindre le mieux possible et le plus lentement possible car aucun changement brutal n’est définitif, donc prenez votre temps. Vous devez savoir ce qu’il faut pour votre Esprit. Par exemple, la musique, je ne peux pas vivre sans musique, mon Esprit a définitivement besoin de musique, je pourrais vivre sans mais je me sentirais mal, notre Esprit est drogué à un certain niveau. L’air, la nourriture, l’eau, ce sont des drogues pour votre corps, mais l’Esprit a besoin de se droguer aussi, car sans ça on arrive à aucune compréhension, sans l’art, sans la musique, il n’y aurait rien pour satisfaire notre Âme. Ce sont des drogues pour l’Âme, et vous avez désespéremment besoin de ces drogues, et la plupart du temps il faut se fabriquer ses drogues soi même. Il ne faut pas compter sur les autres pour vous amener ce dont vous avez besoin.

Pour moi Internet est une drogue pour mon Esprit, dans un sens, mais je peux très bien m’en passer, car Internet est juste une connexion de tout ce qui existe, le jour ou Internet disparait, ça ne veut pas dire que l’information disparait, dans le fond Internet est un drogue car c’est rapide, on est pas obligé de prendre une douche, de s’habiller, et de décoller pour allé à une bibliothèque, ou un musée en particulier, tout est là disponible sur internet, et vous pouvez apprécier les merveilles du monde avec une attitude de pouilleux, tout cela chez vous, avec votre ordinateur. Je trouve ça énorme.

Donc ok! On s’égare on s’égare, ce qu’on va essayer de faire est simple, on va prendre tous les termes psychologiques, conscience, égo, inconscient, subconscient, etc, je vais faire un dessin de comment je vois la chose, je vais expliquer pourquoi je vois la chose ainsi, et vous me donnez vos opinions et autres. Je ne suis pas un expert mais j’adore réfléchir à comment fonctionne l’homme et pas forcément le cerveau, car on vit mieux en sachant cela, tout devient compréhensible, et donc c’est mieux que de ne pas savoir ce qui se passe, je préfère largement être au courant à ma manière de comment fonctionne l’homme, plutôt que de ne rien savoir et dire Amen à chaque fois que j’entends de la bouillie psychologique sur le comment et pourquoi l’homme est comme ça. Aussi la psychologie est divisée en différents centres d’études et de recherches, et je ne suis pas entièrement d’accord avec la pensée moderne des psychologues, loin de là, mais il ne faut pas négliger les efforts qui ont été fournis pour aboutir aux formes de théories psychologiques qu’on a la chance d’apprécier aujourd’hui en quelques clics.

L’homme, où se situe-t-il?

01

02

03

04

Logiquement c’est intuitif et vous devriez comprendre la séquence du dessus, il faudrait faire un graphique bien plus complet et large pour que vous ayez l’image totale de la hiérarchie qui a permit notre « Existence ».

Les deux premiers logos sont l’énergie et la matière, le ciel et la terre, le spirituel et le matériel, cette fameuse dualité. Il y a aussi la théorie comme quoi la matière serait une forme d’énergie, alors là la dualité est différente, ce serait une dualité entre deux types d’énergies. Une énergie qui est intelligente et une énergie qui ne l’est pas. Ces deux énergies fusionnées donnent naissance à l’Esprit du monde, au Démiurge.

Ce Démiurge crée le monde selon les principes des deux premiers logos. Le but du monde peut être, le but de l’Esprit du monde, est peut être la victoire de la vie sur la matière n’importe où. Peut être le but du jeu pour le Démiurge est d’utiliser l’énergie du père et de la mère pour en faire quelque chose, et ce quelque chose est le monde que vous observez, avec ses lois, ses éléments, ses principes.

D’un point de vu psychologique et philosophique, le Démiurge, le Monde, le Créateur, est en fait le fils de Dieu, et pas Dieu lui même. Et c’est là que c’est fascinant, Dieu ne crée pas. Quelque chose d’autre s’en occupe, pas Dieu lui même, mais le Démiurge. Le Démiurge est un sujet bien plus complexe qu’on ne l’imagine, car c’est l’opérateur, l’administrateur, le chef de ce monde.

A partir de ce Démiurge arrive donc la création, et dans cette création arrive tout ce qu’on connait déjà d’un point de vu matérialiste. Matérialistiquement parlant, notre existence dépend du temps, du lieu, et des choses. Donc n’importe quoi qui existe dans l’univers est plus ou moins selon cette hiérarchie, qu’il ne faut pas négliger: Univers > Galaxie > Amas d’Etoiles > Système Solaire > Planète > Forme de Vie > Individu. Ce que vous êtes en fait, vous saviez déjà combien vous étiez petit, mais en vous aussi se trouve tout un univers aussi complexe, et c’est ça qu’on va essayé de découvrir.

Il faut d’abord vous situer dans l’univers dans lequel vous vivez, il faut visualiser tout ça et reconnaître que c’est vrai, et que c’est la réalité, et qu’il faut donc penser par rapport à cela car ce sont les faits. Il y a une hiérarchie dans l’espace, et sans cette hiérarchie dualiste nous n’existerions pas. Vous êtes le produit du temps et de la patience, avant l’arrivée de l’humanité ou de n’importe quelle forme de vie animale, végétale, minérale, il y avait les géants, les planètes, les Titans, et ces choses sont vivantes et sans les planètes, les étoiles, il n’y aurait même pas les éléments pour faire la vie.

Voila la situation externe à l’heure actuelle si on peut dire.

Maintenant la situation sur Terre, est aussi hiérarchisée. Tout ce qui existe, existe grâce aux autres et par rapport aux autres, c’est une forme de symbiose, et c’est une seule vie manifestée à différents degrés, et sous différentes formes. Il n’y a qu’une seule Vie dans l’Espace. Dans cette Vie dirons-nous, déjà on a du mal à définir ce qu’est la Vie, mais on assume que la Vie est mouvement, et que les choses bougent d’elles mêmes ou pas, peu importe où il y a un mouvement il y a une forme d’intelligence, et la vie est intelligence on le reconnait. Donc théoriquement tout vie, mais comme on vit pas suffisamment longtemps on peut pas observer l’évolution de tout ça. Mais théoriquement tout est en vie. Mais la vie n’est pas forcément la Conscience même car on peut théoriser que certaines plantes ou minéraux ne sont pas Conscients de ce qu’ils font, et on peut dire que la Vie n’est pas la Conscience, mais sans la Conscience il n’y aurait pas de Vie.

La Conscience est quelque chose de difficile à situer parce que, est-ce que c’est un produit de la vie? Ou est ce que c’est la vie même? Ou est-ce que c’est la racine de la vie? Ou est-ce que c’est quelque chose de totalement à part? Qu’est ce que la Conscience, quelle définition devrions-nous donner à la Conscience pour réorienter notre Esprit dans la bonne direction.

La Conscience est pour moi la cause de l’existence de tout. Que c’est la racine de tout ce qu’on pourra trouver. C’est la chose la plus éloignée qui soit, et la plus difficile à attraper, car il faut la chercher, elle ne se manifeste pas d’elle même. Vous croyez que la Conscience c’est le fait de dire qu’on existe, qu’on pense, qu’on sait, c’est faux, la Conscience n’a rien à voir avec l’Intellect, ce n’est pas la même chose, contrairement à vous la Conscience n’a pas besoin de prouver son existence car elle existe, elle n’a pas besoin de prouver quoi que ce soit, tout est déjà là. Votre Intellect par contre lui il cherchera toujours à influencer votre égo (la conscience du présent), alors que la Conscience est la chose la plus évidente qui soit, mais qui est la plus difficile à définir. Sans conscience il n’y aurait aucune direction, aucun achèvement, aucune volonté, aucune existence, rien. Sans intellect il n’y aurait aucune souffrance, aucun malheur, une vie paisible sans problèmes. Car l’intellect est peut être la chose qui différencie l’homme à l’animal, l’intellect de l’homme est le produit des capacités de l’Esprit et des acquis et expériences d’un individu. L’intellect change d’un individu à un autre. L’Esprit ne change pas, nous possédons tous le même Esprit, les mêmes outils, à part les infirmes et autres victimes de maladies ou de dégénérations de naissance.

La Conscience n’est pas l’Intellect, et il y a énormément d’exemple. Vous allez remarquer que tout cela est un magnifique puzzle, et qu’il faut embriquer les pièces les unes dans les autres, et il y a des pièges!

Maintenant ce que nous cherchons à comprendre c’est comment fonctionne l’individu psychologiquement en utilisant les termes et autres que nous avons, et je vais essayer de clarifier les termes en question car il y a trop de confusions, et de connotations populaires qui sérieusement sont totalement fausses.

Tentative

Premièrement il faut définir l’individu. L’individu fait parti d’un tout, et n’est pas auto-suffisant. Être un individu dans ce monde, veut dire survivre individuellement. Certaines formes de vie sont indépendantes, d’autres vivent en communautés, d’autres sont dans des clubs privées, et d’autres sont communistes sans vouloir être méchant, mais ce sont des systèmes de vie différents qu’il ne faut pas juger, car on pourrait vraiment vous juger et vous comparer aux animaux et dire à quel point vous êtes mal en point avec la nature, et votre place dans la nature. Donc ne jugez pas les autres formes de vie, car elles sont bien plus stables et intégrées que nous! Nous sommes les nouveaux, pas les dieux. Nous ne sommes pas des dieux mais c’est notre destin que de diriger ce monde d’une manière juste, et nous y arriverons.

L’individu fait parti d’un tout, le problème d’être un individu est la solitude, et la diversité n’est pas là pour une mauvaise raison, nous sommes née seul et sommes seul, tout ce qui existe n’est pas nous, et donc il y a une variété de choses qui ne sont pas nous, et nous ne pouvons pas expérimenter ces choses, la seule chose qu’on peut expérimenter est nous. Ce qui limite beaucoup, d’un point de vu objectif, on est limité matériellement. Mais spirituellement il n’y a aucune limite pour imaginer tout ce qu’on ne peut pas voir. Donc l’individu ne peut pas se sentir seul s’il sait qu’à la racine de son individualité il y a la source, qui elle est collective et androgyne, et cette source, qui est l’humanité même, est aussi une entité individuelle et surtout un archétype, n’importe quelle forme de vie est un archétype, un désir de devenir, et il existe des milliards d’archétypes, et des entités comme nous travaillent au service d’un ou de plusieurs de ces archétypes, mais nous faisons partis de la race humaine, mais cela n’empêche pas qu’on peut rendre service aux autres créatures, qui sont exactement comme nous, juste elles ont pas envies d’expliquer tout ça et de se prendre la tête! Les créatures préfèrent vivre et profiter, les réflexions elles en ont mais pas des réflexions comme celles de l’homme, plutôt des réflexions pour survivre.

Il y a très peu de différences entre la survie de l’homme et la survie de n’importe quelle autre créature, à part que l’homme donne une signification spirituelle à sa survie, et cherche désespéremment à accentuer que sa survie est la chose la plus importante qui soit, l’homme a très conscience de la mort plus que n’importe quelle autre créature, car l’homme est au courant de plein de détails que la plupart des animaux ne regardent pas. Et sa mémoire est faites qu’il vit avec toute sa vie, consciemment ou inconsciemment.

On pourra voir ça comme ça: L’homme cherche à être rassuré quant au sujet de sa propre « extinction ». Est-ce que la mort est synonyme d’extinction? Non car cette humanité évolue et je suis persuadée que d’une manière ou d’une autre c’est grâce à nous, et qu’il y a donc une banque de données quelque part, pour certains c’est leur philosophie, sauf que moi je vous le dis, on est la banque de données, on ne peut pas disparaitre totalement. Certes ce corps et cet esprit disparait et c’est normal.

Mais avant tout on va clarifier les termes.
L’Esprit, dans beaucoup d’articles je parle de l’Esprit. L’Esprit est très difficile à expliquer, mais c’est un facteur biologique, du à la forme particulière de vie que nous sommes, l’homme, et nous savons que l’homme a un gros cerveau, et que l’Esprit est largement influencé par le cerveau et ses capacités. Donc on peut dire que les animaux ont aussi un Esprit, et que toutes formes de vie ont un Esprit. L’Esprit n’est pas l’Âme, cependant on peut dire que l’Âme est une nuance de l’Esprit. Sauf que le cerveau de l’homme fait que l’homme a un Esprit plus sophistiqué que les autres formes de vie qui ont négligées cette zone là. Et c’est ça qui est intéressant, c’est le cerveau de l’homme qui fait qu’on a un Esprit particulier.

Il est dit que l’Esprit retourne à Dieu qui l’a donné en premier lieu, car votre Esprit, votre Corps dans le fond, est un cadeau fait par le bon Dieu pour vous, et ce n’est pas vous, c’est un outil, que vous empruntez. Mais votre Conscience est si désespéremment convaincue que vous êtes ce que vous ressemblez que vous ne pouvez même plus vous libérer du matérialisme. Vous n’êtes pas ce corps, cet ombre, vous êtes quelque chose de bien plus subtil et bien plus réel que cette chose éphémère.

L’Esprit est donc un outil, pas qui nous sommes. Le contenu de l’Esprit nous différencie tous ça c’est clair, mais sérieusement sommes-nous uniques? Croyez-vous une seconde que ce que vous pensez là, personne dans l’univers n’y a jamais pensé auparavant? En plus on est au courant que l’univers est sérieusement infini donc il y a bien d’autres gars au delà, qui ont les mêmes réflexions, et ils aboutissent différemment aux mêmes théories c’est inévitable. Donc ce que vous pensez, n’est pas nouveau, mais nécessaire pour vous, c’est à propos de votre évolution dans ce monde en tant qu’entité individuelle, qui survie désespéremment dans l’obscurité et le froid pour atteindre la lumière et les radiations de chaleurs.

Vous êtes là pour découvrir le fait que vous êtes immortel et qu’on a besoin de vous en tant qu’entité individuelle, et que tout le monde doit y passer, parce que le projet est à propos de nous rendre plus « smart », plus sophistiqué, plus spécialisé, plus au courant du monde qui nous entoure. Et jours après jours on évolue, donc l’humanité évolue, donc tout le monde évolue, et ainsi de suite, jusqu’à la fin, si fin il y a, on peut survivre longtemps si on est intelligent.

Il faut réellement assumer qui nous sommes une fois pour toute. On continue sur la signification des mots,

La Conscience, encore une fois c’est très difficile à définir. La Conscience n’est pas l’Esprit, mais sans Conscience il n’y aurait pas d’Esprit. En fait le combat de l’homme spirituellement, est aussi de retourner à la source, au commencement de comment tout ça a commencé et à quoi ça ressemblait avant tout ça, pour comprendre vraiment la Conscience. En fait la Conscience telle qu’on la connait aujourd’hui, est plutôt la Préconscience ou l’Inconscience, mais pas la Conscience. Si la Conscience est la racine de toute chose, habitant à tous les endroits, temps, lieu, choses de l’univers, alors elle est fixe, elle ne bouge pas. La Conscience est peut être Dieu, mais est-ce que cette Conscience est omniprésente, omniactive, comme on aime le croire? On aimerait comparer notre forme de Conscience avec celle de Dieu, mais est-ce que ça l’est vraiment?

Il y a énormément de questions, et vous trouverez chacun votre réponse, mais je vais donner mon opinion dessus. Je crois (je ne sais pas), et donc ce que je crois change continuellement, mais je crois là maintenant, qu’en fait notre Conscience individuelle, notre Esprit individuel, est le sens de perception du Démiurge, et le Démiurge, ou les Démiurges, s’il y a plusieurs créations, sont les sens de perception de Dieu, peut être. On ne sait pas qui est Dieu, car à chaque fois que vous remontez quelque part, il faut expliquer la découverte toujours par autre chose, et autre chose, à l’infini, jusqu’à la source. Et la source est si eloignée qu’il est impossible pour notre petit Esprit limité de comprendre totalement la Conscience divine à la racine de la création, des créations, de tout, de l’existence même.

Maintenant l’Âme. L’Âme est encore une chose vraiment vraiment difficile à décrire, l’Âme est en fait un concept humain, ce n’est pas une certitude, mais c’est au choix de l’individu d’y croire ou pas. Avant tout il faut expliquer ce qu’est l’égo, car trop de gens confondent l’égo, l’âme et l’esprit.

L’égo, est la Conscience du présent de l’individu, c’est le peu qu’il sait sur le moment, ses sensations du moment, raison du moment, et donc l’égo change continuellement. L’égo est litérallement la conscience du présent, ce que nous expérimentons quotidiennement. Et il ne faut pas confondre le SOI avec l’égo, car le SOI est quelque chose de bien plus complet que l’égo, par exemple il y a énormément de choses que vous avez vécu dans votre vie, qui font de vous qui vous êtes aujourd’hui, mais vous ne vous en rappelez pas, donc vous êtes inconscient de ces facteurs. Nous sommes tous influencés par le monde extérieur, et notre conscience du présent est limité, par contre pour compenser il y a l’inconscient, qui est toutes les choses que nous avons sensoriellement expérimentées, et spirituellement expérimentées, mais dont on ne s’en rappelle pas.

L’inconscient est votre vous secret, c’est tous les détails qui font qui vous êtes aujourd’hui, c’est une équation pas très compliqué. Par exemple certains moments, certains paysages, certaines rencontres, etc, ont déclenchées des sensations en vous, que vous avez gardées toute votre vie même si vous ne vous rappelez plus comment vous avez eu ces sensations. L’inconscient est toutes les informations sur qui nous sommes, en tant qu’entité individuelle dans ce monde physique.

Par ailleurs l’inconscient influence beaucoup l’égo, et l’égo a du mal à savoir pourquoi il sent ce qu’il sent, car il a oublié ou il ne sait pas comment analyser tout ça et retracer la source de ses émotions et sensations, l’intellect peut l’aider à faire ça à un degré matérialiste, mais l’égo seul ne peut pas savoir la vérité sur qui nous sommes entièrement, car les faits sont là, il est limité, et même si on l’entraine, et je conseil qu’il faut l’entrainer, il n’atteindra jamais le fameux but de tout savoir tout connaitre tout le temps. C’est impossible l’Esprit humain ne peut pas faire une chose pareille, aucun Esprit ne peut faire une chose pareille. Mais il est possible de scruter les profondeurs de l’Esprit et du Corps, et du monde avec l’Âme.

Et on retourne sur l’Âme. L’Âme ou anima, comme dans « anima-tion », est l’idée que les efforts et expériences et achèvements et mérites et idéaux et archétypes d’un homme ou d’une créature survivent après la mort. Qu’après la mort nous sommes toujours un individu, et que nous avons aussi donc un corps après la mort, car seul le corps permet la séparation de nous depuis le tout, et s’il y a une perfection, une évolution, c’est vraiment et seulement grâce à ce principe de séparation du tout, nous sommes individuel même après la mort, comme des atomes, et chaque atomes composent l’humanité. Certains atomes vivent dans l’Espace et d’autres attendent leurs tours. Ces atomes sont des Âmes, ce sont des séries d’égos, d’esprits, qu’un individu a expérimenté, qu’une forme d’énergie particulière a expérimentée, et nous sommes une forme d’énergie qui utilise ce corps. Et c’est un fait, et notre énergie est particulièrement intelligente même s’il y a meilleur!

L’Âme est donc le produit de toutes vos vies. Car notre énergie a toujours existée, mais l’existence a peu ou rien à voir avec la mémoire, surtout la mémoire des circonstances et conditions d’un monde pareil. Nous n’allons pas rester ici pour toujours il est inutile de se rappeler ce genre de choses. Le langage change tout le temps, les religions, la culture, les tendances, les modes, pourquoi vouloir renaitre avec tout un tas d’informations extrèmement inutiles? Car on a pas forcément besoin de tout ce qu’on a accumulé avec notre Esprit. D’où le proverbe, l’Esprit retourne à Dieu qui nous l’a donné en premier lieu. Votre Esprit n’est pas votre Âme, et faire la distinction entre les deux, est difficile, car les deux fonctionnent pareil, mais les deux ne servent pas le même but. L’Âme a son siège au paradis alors que l’Esprit a son siège dans le monde physique, sur Terre.

L’Esprit que vous avez maintenant n’est pas adapté aux conditions et circonstances du monde invisible qui réside après l’au delà, mais votre Âme est une forme d’Esprit qui est parfaitement conditionnée pour vivre au delà, et c’est cette chose qui se réincarne, et qui prend différentes apparences, et qui rencontre différents Esprits, sur son passage, et c’est la seule chose qui existe, qui a vécue, et elle est immortelle. Et il y a un plan dans l’univers, par rapport à notre Âme.

L’Âme est aussi quelque chose de subtil, en tout cas beaucoup plus subtil que l’Esprit.

En fait je m’attendais pas à ce que ça soit autant, donc je vais refaire un autre article pour décrire la suite.

Les conseils de Bernard Werber pour une vie réussie ?

Vendredi 29 août 2008

Les conseils de Bernard Werber pour une vie réussie ?

La Dissonance Cognitive, 2

Dimanche 3 août 2008

La Dissonance Cognitive

Je voudrais revenir sur le sujet de la dissonance cognitive et approfondir un petit peu la dessus.

La dissonance cognitive est une théorie très puissante développée à  partir de 1957 par Léon Festinger, un psychologue social américain. C’est une théorie extrêmement féconde et elle a donné lieu à  des centaines d’expériences, qui constituent un véritable programme scientifique dans le domaine de la psychologie. Disons tout de suite que, malgré ses résultats étonnants, elle ne cherche pas à  juger les êtres humains, mais plutôt à  comprendre comment ils agissent et réfléchissent.

(…)

Une liberté plutôt illusoire:
La déclaration de liberté, « affirmation d’une valeur fondamentale de notre type de société » (Beauvois), est vraiment dotée d’une puissance presque magique, qui fait en sorte que la personne s’« approprie » son comportement, s’en croit à  l’origine ou responsable, même s’il lui est imposé ; en faisant une attribution intrinsèque, elle pense avoir à  l’intérieur d’elle-même les qualités qui seraient la cause de ce comportement. Le conférencier fait remarquer qu’il s’agit toutefois d’une liberté illusoire : des expériences ont démontré que le fait de déclarer quelqu’un libre de faire ou non une action ne change aucunement le nombre de personnes qui la font ; ça ne change que l’orientation du motif pour lequel on croit agir. Comme le disent Joule et Beauvois : « L’homme n’est déclaré libre et responsable que pour mieux rationaliser des conduites de soumission qui échappent à  sa liberté et à  sa responsabilité. » C’est la soumission librement consentie.

Source: http://www.sceptiques.qc.ca/

Dissonance cognitive

Source: http://www.meirieu.com/

Il nous est tous arrivés de nous laisser piéger : au supermarché, nous voyons, écrit en gros sur l’emballage d’un produit, « 20% de réduction »… et, pour ne pas rater l’occasion, nous achetons sans regarder de plus près. Arrivés chez nous, nous découvrons, en tout petits caractères, au-dessous de l’offre qui nous a attiré : « Valable sur l’achat de trois produits du même type dans les quinze jours »… et, bien sùr, dans l’immense majorité des cas, nous jetons l’emballage après consommation, négligeant de faire valoir nos droits. Le même principe est utilisé dans l’organisation des magasins : de grands panneaux affichent des offres mirobolantes, et, si nous regardons de plus près, nous voyons qu’elles ne concernent qu’un tout petit nombre de produits. Il nous arrive alors de résister et de quitter les lieux sans rien acheter, mais il nous arrive aussi de ne pas tenir compte de la deuxième information et, confiants dans l’affichage géant qui nous a impressionné, d’acheter les yeux fermés.

Le phénomène est bien connu en psychosociologie sous le nom de « dissonance cognitive ». Il a d’abord été étudié à  propos des comportements politiques aux Etats-Unis : on a observé que les partisans d’un candidat ne croyaient jamais les révélations sur les agissements malhonnêtes de leur candidat ; ils récusaient des informations gênantes, même avérées, en mettant en cause l’honnêteté et la bonne foi des informateurs ; souvent, même, ils les censuraient mentalement… et faisaient comme s’ils n’avaient rien entendu ! Les chercheurs ont fait l’hypothèse qu’en réalité ils n’entendaient pas : ce qui venait contredire leurs convictions premières était systématiquement refoulé.

Les spécialistes de la docimologie – l’étude des notes à  l’école – ont fait des constatations du même ordre : il suffit qu’on annonce à  des enseignants que les devoirs qu’ils ont à  corriger émanent de très bons élèves pour qu’ils ne voient pas certaines erreurs et laissent passer des approximations ou une mauvaise présentation ; inconsciemment, ils ne veulent pas faire mentir les collègues qui ont évalué les élèves avant eux. De même, si on leur annonce que les copies émanent d’élèves en grande difficulté, ils mettent l’accent sur ce qui justifient ce jugement et considèrent ce qui pourrait le démentir comme une « exception qui confirme la règle »… Évidemment, il s’agit là  d’un résultat statistique et bien des enseignants s’astreignent à  regarder les copies de près… comme bien des consommateurs s’astreignent à  lire les étiquettes en totalité !

Face aux échéances électorales qui s’annoncent, espérons que les électeurs, loin de se contenter des grandes affiches, regarderont précisément les étiquettes, étudieront la composition des propositions et, même s’interrogeront à  l’avance sur les contre-indications. La méfiance est ici une vertu démocratique.

Brehm (1956) : Liberté de choix illusoire

Vendredi 1 août 2008

Brehm (1956) : Liberté de choix illusoire

© Psychoweb

Le sentiment d’être libre dans ces choix et ses actes, est un sentiment fort dont nous n’aimons pas nous départir. Croire que le monde est juste, que nous contrôlons nos actes et que notre pensée est inviolable, est encore ce qui nous permet de vivre plutôt que de survivre.

De nombreuses expériences ont déjà  montré combien tout s’effondre autour de nous lorsque l’on perd ces croyances.. Paradoxalement, cette liberté de choix est une des plus puissantes contraintes que nous ayons : plus on se sent libre d’avoir effectué un acte, ou un choix, plus on va plier notre esprit pour qu’il reconnaissent en l’acte, sa volonté propre.

C’est ce qu’a pu mettre en évidence le psychologue social Brehm en 1956, en testant des étudiantes recrutées sous le prétexte d’une étude Marketing (vente de produits). L’expérimentation se déroulait en trois phases :

Phase 1 : Les étudiantes devaient classer des produits d’utilisation courante (8 objets), du plus au moins attractif.

Phase 2 : l’expérimentateur disait aux étudiantes qu’elles recevraient en cadeau l’un des objets. Dans une 1ère condition, elles avaient le choix entre deux objets qu’elles avaient bien classé, et qui étaient donc à  peu de chose près, également attractifs pour elles (dissonance forte), dans la 2ème condition, elles avaient le choix entre deux objets inégalement attractifs (dissonance faible). Le choix leur était donné de choisir entre un des objets qu’elles avaient particulièrement bien noté, et un autre auquel elles avaient une faible note. Dans la dernière condition (il s’agit de la condition contrôle, dans laquelle Brehm n’imposait aucune dissonance), elles recevaient d’office un objet bien côté.

Phase 3 : l’expérimentateur effectuait quelques jours après, auprès de ces mêmes étudiantes, un nouveau test de classement des 8 objets.

Dans cette expérimentation, l’auteur mettait à  l’épreuve les hypothèses suivantes : – Lorsque l’individu est placé devant un choix face à  deux éventualités, cela entraîne une dissonance. Lorsque le choix est effectué, l’individu va entamer un processus de réduction de dissonance qui le conduira à  considérer l’éventualité choisie comme étant plus désirable et à  déprécier l’éventualité rejetée ; – La dissonance sera d’autant plus importante que les deux éventualités au départ étaient également désirables.

Et c’est bel et bien ce qu’il se passa : dans le cas où l’étudiante devait faire un choix entre deux objets également attractifs, elles exerçait un changement d’attitude, justifiant leur choix, en préférant l’objet qu’elle avaient choisit et en dévalorisant l’objet non choisi. Ainsi, d’attractivité égale au départ, ils se retrouvaient très distinctement côtés dans le second classement. Dans la deuxième condition, il y’avait également un surclassement de l’objet choisi, mais bien moindre que dans la première condition. Aucune différence, par contre, quand l’objet était donné sans choix.

L’interprétation est donc simple : le sujet va surévaluer l’intérêt de l’objet qu’il a choisi, afin de mettre en accord ses actes (qu’il ne peut plus changer, une fois que le choix est opéré) et son système de valeur.

C’est un comportement classique : chaque fois que l’on achète un produit, par exemple, une voiture, on hésite avant de choisir, toutes les options nous paraissent égales, on ne sait laquelle prendre, après tout, plusieurs d’entre elles ont l’air bien… Et l’on a tendance à  se satisfaire et justifier notre choix, une fois celui-ci effectué. C’est une tendance générale que d’acheter son produit et de le trouver encore mieux une fois acheté.

Selon Brehm, la dissonance vient du fait que lors du choix, on s’enlève les moyens de faire autre chose : c’est le fait de choisir l’un plutôt que l’autre qui entraîne une dissonance : on choisis l’objet A, de ce fait, on entre en dissonance avec l’objet B que l’on ne peut alors plus choisir, et on renforce notre choix par de nouvelles justifications en faveur de notre choix. Il est probable, qu’ayant les moyens de prendre les deux objets, aucune différence n’eut été remarquée.

Source : Connaissances générales

Dissonance Cognitive

Vendredi 1 août 2008

La Dissonance Cognitive

© Wikipedia

La dissonance cognitive est un concept de psychologie élaboré par Leon Festinger au début des années 1950. Elle fait suite à  son étude d’une secte ufologiste qui croyait que les extraterrestres viendraient les chercher bientôt en raison d’une fin du monde imminente.

Selon cette théorie, l’individu en présence de cognitions (« connaissances, opinions ou croyances sur l’environnement, sur soi ou sur son propre comportement » [1]) incompatibles entre elles, éprouve un état de tension désagréable (appelé l’état de dissonance cognitive). Dès lors cet individu fera preuve de stratégies visant à  restaurer un équilibre cognitif. Ces stratégies sont appelées « modes de réduction de la dissonance cognitive ». Une de ces stratégies (inconscientes) de réduire la dissonance cognitive consiste à  oublier ce qui ne cadre pas avec ses références antérieures (processus dit de rationalisation). En 2007 il a été mis en évidence chez des singes capucins[2].

(…)

La rectification d’idées acquises est plus pénible pour un individu que l’apprentissage d’idées nouvelles pour lesquelles il ne possède pas encore de modèle. Ce phénomène avait déjà  été signalé par Jean Piaget dans ses travaux. Carl Rogers l’admettait également. Les exemples abondent dans l’histoire : Héliocentrisme vs. Géocentrisme, Darwinisme vs. Créationnisme, etc. Il est à  remarquer que religions et systèmes totalitaires (sans qu’il soit question ici de les comparer directement) marquent une préférence pour enseigner leurs points de vue dès la prime jeunesse, en tant que modèle primal.

(…)

Plus l’investissement et l’engagement de la personne lui ont coùté, moins elle est prête à  y renoncer. C’est ainsi que:

Plus un apprentissage a été difficile, malaisé ou même humiliant, moins l’individu est prêt à  remettre en cause la valeur de ce qui lui a été enseigné. Cela signifierait en effet qu’il a investi pour rien. Là  encore, les exemples sont légion, surtout en informatique : attachement presque affectif à  un système d’exploitation ou à  un éditeur de texte, par exemple, en dépit de leurs défauts manifestes.

(…)

Un message visant par exemple à  modifier le comportement d’un grand nombre de personnes (la cible) ne peut être considéré accepté que lorsque toute dissonance cognitive a disparu chez les éléments de la cible. Il est fréquent qu’un risque de rejet subsiste par dissonance cognitive, lorsqu’une contradiction existe entre le message et des convictions ou des habitudes fortements ancrées chez des individus. Par exemple avec le message suivant : « l’alcool au volant est un danger mortel, dans le cadre de la Sécurité routière », il y a dissonance cognitive si le sujet comprend le message tout en étant dépendant de l’alcool sans un désir de se détacher de cette dépendance.

Pour réduire cette dissonance, la cible peut soit éviter le message, soit l’interpréter pour diminuer la portée du message, jusqu’à  remettre en cause sa crédibilité.

Pour faire accepter le message, la solution peut être de crédibiliser le message en s’appuyant sur des personnes de confiance (médecins, experts…), ou sur des faits avérés.

(…)

Des faits contredisant l’opinion qu’un enfant a sur lui-même le placent devant une dissonance cognitive : selon que l’enfant a une bonne ou mauvaise image de soi, il pourra attribuer un échec ou une réussite à  l’environnement extérieur au lieu de s’attribuer à  lui-même le résultat. Pour réduire la dissonance cognitive, l’enfant va ainsi chercher des excuses plutôt que de remettre en cause ses convictions.

Dissonance cognitive et changement d’attitude

© PsychoSocial

La dissonance cognitive est une influence qui se manifeste non sur le comportement mais sur les attitudes (pensées) : elle se situe à  un niveau intra-individuel. L’individu est influencé par lui-même.

Attitude = structure mentale qui renvoie à  notre position, notre évaluation à  l’égard d’un objet quelconque et qui nous prédispose à  agir d’une certaine façon par rapport à  l’objet en question. Les attitudes ne sont pas observables directement.

(…)

Dissonance cognitive : Présence simultanée d’éléments contradictoires dans la pensée de l’individu. Cette dissonance est souvent le résultat d’un désaccord entre attitudes et comportements.

La dissonance cognitive entraîne chez l’individu un état de malaise, une tension psychologique désagréable. L’individu met donc en place une stratégie permettant de réduire cette tension :

- Stratégie de rationnalisation : Réduire la dissonance tout en conservant attitudes et comportements.
Ajouter des éléments consonants : justifier le comportement dissonant en ajoutant un élément.
Minimiser l’importance des éléments dissonants.

- Modification d’un des éléments dissonants : l’individu peut changer de comportement ou d’attitude. L’élément le moins résistant au changement est l’attitude.

Expérience de Festinger et Carlsmith

Objectif : Provoquer un changement d’attitude en provoquant un changement de comportement impossible à  justifier par un élément externe.

- Les participants doivent réaliser une activité ennuyeuse (enrouler un fil autour d’une bobine) et dire aux participants qui suivent que l’activité était intéressante.
- Les participants sont payés soit 20$, soit 1$ pour donner cette information.
- On interroge ensuite les participants sur l’intérêt réel qu’ils ont porté à  la tâche.

Les sujets peu payés ont jugé l’activité plus intéressante que les sujets bien payés.

dissonance cognitive

La punition ou menace de punition peut jouer le même rôle que la récompense.

Soumission, dissonance cognitive et changement d’attitude

Le changement d’attitude fait suite à  un changement de comportement. Néanmoins, dans la situation expérimentale, le comportement n’est pas choisi. Ainsi, le facteur de soumission à  l’autorité réapparaît.

soumission

Pour changer les attitudes des individus, il faut leur imposer des comportements contraires à  leurs attitudes tout en préservant une illusion de liberté (remarque personnelle : je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est ce qu’on toujours fait les politiques avec nous…).

L’importance majeure de l’égo

Lundi 7 juillet 2008

L’importance de l’égo

extravagant

Si vous avez lu les articles que j’avais fait sur l’égo dans la rubrique psychologie, c’est parce qu’à  une période dans mon évolution spirituelle je me considérais humaniste (un peu trop à  gauche [même si on devrait dire à  droite spirituellement parlant]), c’est d’ailleurs sur cette optique que j’ai créé le site internet, pour me donner une image d’humaniste, sans même vraiment l’être en fait. Ensuite je suis passé dans cette période où je me considérais en tant que gnostique, mais après avoir comprit ce qu’est la bible je ne me considère pas vraiment gnostique, en plus je ne pense pas que le monde est la création d’un dieu inférieur.

J’en suis au point de réaliser qu’il y a des conséquences si on croit aux mauvaises choses. Par exemple vous pouvez savoir beaucoup de choses, aucun soucis là  dessus, mais après c’est à  vous de décider ce qu’il faut croire et ne pas croire, et si vous croyez aveuglément sans trop même savoir comment croire et ne pas croire, alors vous allez avoir du boulot pour vous rétablir mais on peut tous y arriver il vous faut douter et analyser votre personne le plus objectivement possible comme si vous observiez quelqu’un d’autre.

Ce que vous croyez est votre business et pour vous seul. Voila l’importance majeure de l’égo, la faculté d’être ce que nous voulons être sans être influencé. L’égo est comme son créateur, c’est une éponge qui absorbe et analyse l’information à  sa manière. L’égo n’est pas naturellement influençable, mais peut être influencé avec certaines techniques dites occultes. L’égo fonctionne pour soi même tout le monde le sait, et son opposé est l’esprit communautaire qui est renfermé dans le cerveau droit, alors que l’égo est enfermé dans le cerveau gauche. L’égo est positif ou négatif, c’est vous qui décidez. L’égo humain fonctionne et s’identifie par rapport à  ses expériences traumatiques, ses problèmes et ses désirs. Et ce n’est pas naturel, sachez que nous ne sommes pas naturellement aussi mal en point, je ne suis pas prêt de croire qu’on est tous mal foutu de naissance, d’ailleurs ceux qui croient que l’homme est un mutant hybride débile qui n’apprends jamais, il est très possible que vous soyez ce que vous croyez mais ne pensez pas que ça s’applique à  tout le monde.

L’égo peut être quelque chose de dévastateur quand la peur s’empare de lui. La peur et la haine sont intimement liées. Par exemple dans un climat d’angoisse et de stresse l’égo peut agir totalement différemment que quand il est dans un climat de paix, chez lui par exemple avec sa famille et ses proches. L’égo n’a pas de conscience propre, il est ce qu’il est parce que nous sommes ce que nous sommes, c’est à  dire, inconscient.

L’homme a cette capacité remarquable à  analyser les choses avec son cerveau gauche, et par conséquent son égo, et il parle aux autres comme s’il parlait à  lui même, parce que l’égo ne parle et n’entends que ce qu’il aime.

Il ne faut pas éradiquer l’égo, car c’est grâce à  l’égo que nous analysons et comprenons le monde, et c’est grâce à  l’égo aussi que la spiritualité existe. La spiritualité est le produit de l’égo et de son opposé, la parfaite symbiose entre les deux. Quand l’égo a une conscience, et qu’il est vraiment conscient que ce qu’il fait est bien ou mal par rapport au plan divin, alors vous avez officiellement une vie. Vous pouvez ensuite continuer le bien ou le mal que vous faites, c’est à  vous de voir. Vous pouvez ressentir certains désirs à  martyriser des gens qui vous déplaisent, vous pouvez aussi passer votre temps à  aider les autres qui ont besoin de vous, cela dépend du but que vous vous êtes attribuer dans la vie. Tous les concepts comme le temps, l’argent, la politique, et autres sont tous renfermés dans le cerveau gauche, c’est l’égo qui analyse tout ça.

Vous pouvez aussi prendre conscience de l’opposé, qu’il n’y a ni frontières, ni temps, ni politiques, ni argents, c’est aussi vrai. Mais l’égo s’identifie par rapport aux autres en premier lieu, et si les autres s’identifient par rapport à  l’argent, les médias ou la politiques alors l’égo s’identifie à  des choses qui n’existent pas.

L’égo est un peu comme un mouton par moment, surtout quand il est inconscient et quand on lui enlève sa capacité à  penser. Parce que nous humains, nous sommes totalement incapable de penser par nous-même, quelqu’un, quelque chose, pense pour nous, et tout le monde s’accorde sur ce fait, tout le monde sait que nous n’avons pas contrôle sur ce que nous pensons quand nous faisons parti de la majorité.

Je respecte les fous, les extravagants, les scientifiques, les acteurs, les gens qui font des choix dans la vie, et ceux qui se posent des questions. Je respecte ceux qui s’identifient au delà  des barrières communes de la majorité. Je pense qu’il est important d’exprimer son égo, mais sachez que si vous vous exprimez vous subirez des conséquences car personne n’a raison, mais comment pouvons nous manquer cette opportunité de se confronter à  d’autres idées quand nous en avons la possibilité. Chez les morts personne ne débat.

Je respecte beaucoup Aleister Crowley pour avoir développé le concept de, « Fait ce que tu veux dans la vie. Si tu veux te droguer, fait le! Si tu veux changer, fait le! Si tu veux devenir une star, fait le! Si tu veux manger de la merde, fait le! ». Aleister Crowley n’a pas dit ça actuellement, c’est juste une version abrégée de sa philosophie.

Soyez vous-même les grands! Et pour être soi-même il faut d’abord vous aidez vous-même à  vous comprendre. Et l’égo est remarquable dans ce domaine. Si vous êtes du genre à  ne pas regarder les faits ou les vérités concrètes qui ‘font mal’, il est vrai que la majorité ne peut pas entendre la vérité, vous n’aurez jamais la chance d’expérimenter ce que c’est d’avoir un moment spirituel propre pour soi même. C’est quelque chose de très personnel, la spiritualité, et personne ne peut comprendre ma spiritualité, ou la vôtre! Mais cela ne veut pas dire que nous devons tous agir comme des robots! De quoi avez-vous peur? Qu’on vous morde parce que vous ne marchez pas droit? Les gens sont con et ils observent, mais ils n’ont pas de jugements, il ont de la haine et du mépris, donc n’ayez pas peur! S’ils étaient intelligents alors cette société n’existerait pas! Soyez unique, soyez original, soyez vous même et exprimez votre égo unique à  tout le monde!

Méditation sur le Cerveau

Dimanche 6 juillet 2008

Après avoir un peu médité sur le cerveau

Ma technique de méditation est simple, faire le vide tout en me posant des questions pertinentes sans même savoir d’où elles viennent, tout le monde à  ce don. J’ai découvert quelque chose qui me laisse blanc et qui va vous bluffer peut être si vous ne le savez pas déjà .

Saviez-vous qu’il y a un cerveau maître et un cerveau esclave? Le cerveau est une combinaison de deux cerveaux qui fonctionnent totalement différemment (voir article plus bas). Je suis fasciné par cette découverte, donc comprenez mon excitation.

Source: wiki

Les hémisphères cérébraux sont les parties droite et gauche du cerveau. Ce sont deux structures quasi symétriques qui sont reliées entre elles par des fibres nerveuses appelées les commissures, dont principalement le corps calleux). Du fait de la décussation des voies nerveuses, chaque hémisphère reçoit des informations sensorielles et commande les réponses motrices de la moitié opposée (dite controlatérale) du corps.

cerveau

Saviez-vous que quand vos deux yeux regardent à  ‘gauche’, vous utilisez votre cerveau droit, et si vos deux yeux regardent à  ‘droite’ alors vous utilisez votre cerveau gauche.

Saviez-vous aussi, que nous avons un oeil directeur, une oreille directeur, un bras directeur et une jambe, un pied directeur, voir même un poumon directeur.

Tout est inversé, par exemple le coeur est la propriété du cerveau droit et non pas du cerveau gauche. Aussi quand vous observez avec vos yeux vous utilisez les deux cerveaux, mais saviez vous qu’il y a un cerveau esclave et un cerveau maître.

Je n’arrête pas d’auto-analyser tout ce que je pense et de tracker d’où vient l’information. Il est vraiment possible d’être le maître de son cerveau et de l’utiliser plus comme un outil que comme un morceau de soi.

Je suis quasi-convaincu que l’information n’est pas conservé dans le cerveau. Les psychologues vous diront que l’information est partout dans le cerveau et que même si on vous enlève des morceaux du cerveau vous ne perdrez pas vos informations. Ce qui me laisse à  croire que le cerveau est juste l’ordinateur qui contrôle le corps, et que donc toutes les connexions du corps calleux ne sont pas des réseaux d’informations, c’est du câblage, des connecteurs, des fils électriques. L’électricité qui passe dans ces fils et la manière d’utiliser les deux cerveaux ne relève pas du domaine physique, mais quantique, nous sommes en fait quelque chose de minuscule (énergie) et nous alimentons l’ordinateur, et nous pouvons même l’influencer, et donc nous influencer par la suite.

Je réalise qu’en fait tout ce qui est physique est influençable, mais pas la manière dont nous archivons l’information, la manière dont nous la percevons aussi, et le pourquoi nous payons plus attention à  certaines choses qu’à  d’autres, n’est pas dans le cerveau. Après maintes analyses, j’ai complètement réalisé qu’il y a un cerveau derrière l’existence même de notre cerveau, et ce cerveau est mille fois plus puissant que le cerveau physique que nous avons.

Ce cerveau qui est à  l’origine de la forme et du câblage de notre cerveau physique, a une manière unique de percevoir la réalité physique et cette manière n’est pas changeable, elle est assignée, c’est l’esprit. Les esprits peuvent à  leur manière aboutir aux mêmes conclusions avec différentes approches et il n’y a pas d’esprit suprême, à  par Dieu, si dieu existe, son esprit dépasse le nôtre.

Par conséquent je suis quasi-certain que nous avons beaucoup à  apprendre sur comment fonctionne notre cerveau, car nous aboutirons petit à  petit au quantique et à  la spiritualité. La science disparaîtra naturellement car nous connaîtrons tout du cerveau à  un moment dans l’histoire et nous aurons toujours cette éternelle question, mais comment le cerveau est ce qu’il est aujourd’hui, qui est le grand architecte derrière ce magnifique ordinateur qu’est le cerveau humain? Et si nous trouvons la réponse alors finalement mon rêve deviendra réalité.