Archive pour la catégorie ‘ONU’

Ban Ki-moon salue les nouvelles institutions européennes

Samedi 21 novembre 2009

Ban Ki-moon salue les nouvelles institutions européennes

© 7sur7

Le chef de l’ONU Ban Ki-moon a émis vendredi l’espoir que l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne renforcera l’action de l’Union européenne (UE) dans les domaines de la paix, la sécurité, les droits de l’homme et le développement durable, thèmes chers à l’ONU.

« Le secrétaire général salue la nomination d’Herman van Rompuy comme premier président de l’UE et de Catherine Ashton au poste de Haut représentant aux Affaires étrangères », indique son service de presse.

« Avec la prochaine entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, il espère que le processus d’intégration de l’UE, qui a déjà apporté paix, sécurité et prospérité au continent, renforcera encore le soutien de l’Union européenne aux efforts mondiaux en faveur de la paix, la sécurité, les droits de l’homme et le développement durable », ajoute-t-il.

L’Union européenne a désigné jeudi le Belge Herman Van Rompuy pour devenir son premier président, et la Britannique Catherine Ashton pour diriger sa diplomatie.

Discours à  l’ONU sur l’environnement

Vendredi 29 août 2008

Discours à  l’ONU sur l’environnement

Discours d’Ahmadinejad à  l’ONU en Français

Jeudi 5 juin 2008

Discours d’Ahmadinejad à  l’ONU en Français


Discours d'Ahmadinejad à l'ONU en Fr 1/2
envoyé par souleimanealqanouni


Discours d'Ahmadinejad à l'ONU en Fr 2/2
envoyé par souleimanealqanouni

L’Inde doit avoir sa place au Conseil de sécurité de l’ONU, plaident Londres et Delhi

Dimanche 17 février 2008

L’Inde doit avoir sa place au Conseil de sécurité de l’ONU, plaident Londres et Delhi

© AFP

brown singh

NEW DELHI (AFP) €” Le Premier ministre britannique Gordon Brown et son homologue indien Manmohan Singh ont plaidé lundi pour que l’Inde dispose d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, reflet de la puissance économique du géant asiatique.

« Les institutions internationales, si elles veulent rester crédibles, ne peuvent pas ignorer des pays comme l’Inde et la Chine« , a déclaré M. Singh au cours d’une conférence de presse avec M. Brown, qui achevait une visite de deux jours à  New Delhi.

« Vous ne pouvez pas régler des problèmes mondiaux si des pays comme l’Inde ne sont pas sur la haute marche », a-t-il ajouté.

« Un pays d’un milliard d’habitants, qui a l’économie à  la croissance la plus rapide au monde, qui est prêt à  assumer sa position dans le monde, doit avoir sa place au Conseil de sécurité de l’ONU, quand il se réformera », a renchéri le chef du gouvernement britannique.

Arrivé dimanche soir de Shanghaï, M. Brown avait plaidé dès lundi matin en faveur d’une évolution « radicale » des organisations internationales nées après la Seconde Guerre mondiale et qui ne tiennent pas compte du poids de la Chine et de l’Inde.

L’ONU, le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale doivent se métamorphoser, s’adapter au « nouvel ordre mondial (…) créé par le boom économique asiatique », a-t-il lancé.

« Nous pouvons et nous devons faire plus pour que nos institutions internationales soient plus représentatives. Je soutiens des changements au sein du FMI, de la Banque mondiale et du G8 qui soient le reflet de l’essor de l’Inde et de l’Asie », a promis M. Brown.

La Grande-Bretagne, tout comme la France, avait déjà  soutenu le projet de hisser l’Inde au rang de membre permanent du Conseil de sécurité aux côtés de l’Allemagne, du Japon ou du Brésil.

M. Brown s’était aussi déjà  déclaré favorable à  une proposition du président français Nicolas Sarkozy d’élargir le G8 à  la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Mexique et le Brésil, pour former un G13.

« Les règles du jeu et les institutions internationales de l’après-guerre étaient faites pour la Guerre froide et pour un monde de 50 Etats. Elles doivent être radicalement réformées pour s’adapter à  la mondialisation, à  un monde de 200 Etats et qui voit émerger un marché unique mondialisé », a martelé M. Brown.

Lorsqu’il était le ministre des Finances de Tony Blair, Gordon Brown s’était rendu en Chine et en Inde, les pays plus peuplés de la planète et aux croissances les plus fortes au monde.

Cette fois, son voyage officiel visait aussi à  doper les échanges bilatéraux.

La Grande-Bretagne est le quatrième partenaire commercial de l’Inde qui est elle-même son deuxième investisseur avec 1,3 milliard d’euros en 2007, grâce à  la communauté d’origine indienne au Royaume-Uni.

Les échanges bilatéraux « augmentent maintenant de 20% par an (…) et j’espère que des contrats d’une valeur de 10 milliards de livres seront signés dans les prochains mois », a déclaré M. Brown.

Car dorénavant, Londres et New Delhi sont « des partenaires égaux », a assuré celui dont le pays fut la puissance coloniale de l’Empire des Indes britanniques jusqu’à  la Partition et l’indépendance sanglantes d’aoùt 1947. Le Britannique s’est d’ailleurs incliné devant le mémorial du Mahatma Gandhi, l’un des pères de l’indépendance.

Au cours de cette visite, New Delhi a apparemment mis de côté ses différences de vue avec Londres sur la réduction des émissions de gaz à  effet de serre. Car M. Brown souhaitait convaincre l’Inde de signer l’accord international sur le climat adopté à  Bali en décembre dernier. Les discussions sur le changement climatique ont été « utiles », a simplement commenté M. Brown.

L’ONU s’inquiète du niveau des fraudes dans ses missions de maintien de la paix

Mardi 29 janvier 2008

Sic

onu news

L’ONU dénonce le désastre humanitaire oublié dans lequel sombre le Nord-Kivu

Samedi 12 janvier 2008

L’ONU dénonce le désastre humanitaire oublié dans lequel sombre le Nord-Kivu

onu desastres nord kivu

La 62ème Session de l’Assemblée des Nations Unies

Jeudi 27 septembre 2007

Du 25 Septembre jusqu’au 3 Octobre 2007

batiment onu new york

Autant savoir ce que dise les Maîtres du Monde lors d’un rassemblement de loups. Certains sont bon, d’autres mauvais. Vous avez entendu ce que Nicolas Sarkozy demande? Il appèle à  la fondation du Nouvel Ordre Mondial du 21ème siècle… Lors de cette assemblée?… Hum… C’est pas une coincidence… Donc qu’est ce que les autres politiciens ont à  dire! Donc voici les grandes phrases de la 62ème assemblée des Nations Unies, avec les noms, sources, et documents.

Source: General Assembly UN Web Site 25 Sept – 3 Oct

25 Septembre 2007

- Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations unies, le 25 Septembre 2007, PDF (FR) 102 Ko,

… Les prochaines années nous placeront, c’est certains, devant un nombre impressionnant de défis. Ces problèmes ne s’arrêtent pas aux frontières. Et aucun pays, qu’il soit grand ou petit, riche ou pauvre, ne pourra les régler seul …

… La paix au Moyen-Orient est indispensable à  la stabilité de la région et du monde. Ce qu’il faut , nous le savons: que la violence cesse, qu’il soit mis fin à  l’occupation, qu’un Etat palestinien en paix avec lui-même et avec Israel soit créé et qu’une paix globale s’instaure, à  l’échelle régionale, entre Israel et le monde arabe. …

… L’irak est désormais un problème mondial …

… Nous devons redoubler d’efforts pour que les armes de destruction massive et les technologies connexes cessent de proliférer, et surtout pour qu’elle ne tombent pas entre les mains de terroristes. …

… Notre but ultime demeure l’élimination totale des armes de destruction massive. Si nous échouons, c’est nous que ces armes risquent un jour de détruire. …

- Nicolas Sarkozy appèle à  un Nouvel Ordre Mondial du XXIème siècle, le 25 Septembre 2007, Sarkozy représente la France.

- George Bush, Président des USA, En anglais (si vous avez une version française, merci de nous la communiquer), télécharger le document PDF ANGLAIS, 21 Ko,


Parti 1/2


Parti 2/2

Lisez le commentaire de Felipe Perez Roque et ce qu’il a à  dire sur George Bush et son speech du 25 Septembre pour mieux comprendre.

- Mahmoud Ahmadinejad, En Français!


Discours d’Ahmadinejad à  l’ONU 1/2

Discours d’Ahmadinejad à  l’ONU 2/2

26 Septembre 2007

- Mr Felipe Perez Roque, Ministre des relations extérieurs de Cuba, le 26 Septembre 2007, PDF (FR) 390 Ko,

… Par ailleurs, plusieurs de nos pays, toujours du Sud, continuent à  êtres victimes d’inadmissibles actes d’agression de la part des puissants de toujours, motivés, essentiellement, par un appétit insatiable pour les ressources stratégiques. Les guerres de conquête et la proclamation et l’application de doctrines basées sur la guerre préventive — qui n’excluent cependant pas l’utilisation de l’arme nucléaire y compris contre des Etats qui ne la possède pas, et l’utilisation de prétextes tels que le supposé combat contre le terrorisme, la prétendue promotion de la démocratie ou ledit changement de régime dans des pays unilatéralement qualifiés de voyous — constituent aujourd’hui la plus grave menace pour la paix et la sécurité dans le monde.

L’agression et l’occupation illégale de pays, l’intervention militaire et contraire au droit international et aux buts et principes de la Charte de Nations Unies, le bombardement de populations civiles et la torture sont toujours des pratiques quotidiennes. Sous le couvert de la démocratie et de la liberté, on essaie de consacrer le pillage des ressources naturelles du Tiers monde et de contrôler des zones d’une important géostratégique croissante. Voilà  le projet de domination impériale qui tente d’imposer par le fer et par le feu la superpuissance militaire la plus importante que l’humanité ait connue. …

… Lorsqu’un petit pays défend son droit à  l’indépendance, on l’accuse d’être un Etat voyou, lorsqu’une puissance agresse un pays, on dit qu’elle « le libère ». …

… Un jour comme aujourd’hui, il n’est pas inutile de rappeler les mots prononcés par le président Fidel Castro devant cette Assemblée générale en octobre 1979.

 » Disons adieu aux armes et consacrons-nous comme des personnes civilisées aux problèmes les plus écrasants de notre époque. Voilà  la responsabilité et le devoir le plus sacré de tous les hommes d’Etat du monde. C’est en outre la prémisse indispensable de la survie de l’humanité « . …

… La pauvreté ne diminue pas. L’inégalité entre les pays et à  l’intérieur des pays s’accentue.

1 100 000 000 de personnes n’ont pas accès à  l’eau potable. 2 600 000 000 de personnes n’ont pas accès aux services d’assainissement, plus de 800 millions de personnes sont analphabètes, 115 millions d’enfants en age d’être scolarisés dans le primaire ne vont pas à  l’école et 850 millions de personnes souffrent de la faim. 1% des personnes les plus riches du monde possèdent 40% de la richesse alors que 50% de la population mondiale dispose d’à  peine 1% de la richesse. Tout ceci se passe dans un monde où l’on dépense un billion en armes et autre en publicité. …

… Pourquoi des sommes aussi colossales sont-elles gaspillées dans l’industrie de mort et ne sont-elles pas utilisàŽËœes pour sauver des vies? …

Cependant, le comportement scandaleux et grossier du Président des Etats-Unis, hier matin dans cette salle, m’oblige à  prononcer maintenant quelques mots au nom de Cuba.

A l’aide d’un language grossier et d’un ton arrogant, le Président Bush a insulté et menacé une dizaine de pays. Il a donné des ordres à  l’Assemblée Générale d’une manière autoritaire et ferme. Il a également jugé une vingtaine de pays, faisant preuve d’une arrogance jamais constatée dans cette salle.

Ce fut un spectacle offensif. Le delirium tremens du gendarme mondial. L’ivresse du pouvoir impérial, accompagnée de la médiocrité et du cynisme propres à  ceux qui menacent avec des guerres où ils ne risqueront pas leurs vies.

Le Président des Etats-Unis n’a pas le droit de juger aucune nation souveraine de cette planète. Posséder des armes nucléaires puissantes n’accorde aucun droit sur les droits des peuples des autres 191 pays ici représentés.

Le président Bush a parlé de la démocratie, mais nous savons qu’il ment. Il a pris le pouvoir grace à  la fraude et les mensonges. Au lieu de l’écouter hier, nous aurions préféré d’entendre une allocution du Président Albert Gore, à  propos du changement climatique et des risques qu’il représente pour notre espèce.

Il a parlé de paix, mais nous savons qu’il ment. Nous nous rappelons très bien des menaces qu’il a lancé contre plus de 60 pays qu’il a traité de « recoins obscurs de la planète ». Des menaces visant à  les effacer de la planète moyennant des attaques préventives et inattendues. Bush est un guerrier particulier car, depuis l’arrière-garde, il envoie les jeunes de son pays tuer et mourir à  des milliers de kilomètres de leurs côtes.

Il a parlé des droits de l’homme, mais nous savons qu’il ment. Il est le plus grand responsable de la mort de 600 000 civils en Irak. Il a autorisé les tortures à  la base de Guantanamo et Abu Ghraib. Il est le complice de l’enlèvement et de la disparition de personnes, de vols secrets et de prisons, clandestines.

Il a parlé de la lutte contre le terrorisme, mais nous savons qu’il ment. Il a garantit l’impunité des groupes terroristes les plus détestables qui, depuis Miami, ont tramé des actes terroristes contre le peuple cubain.

Le Président Bush à  fortement critiqué le nouveau Conseil des Droits de l’Homme. Il saigne; Il rumine son impuissance. La honte le martyrise car, alors que Président des Etats-Unis, son pays n’a pas eu la moindre opportunité d’en devenir membre, et ce à  cause du vote secret. Cuba, par contre, a été élu membre fondateur avec plus de deux tiers des voix.

Il a parlé de la coopération, du développement et de la prospérité pour le reste du monde, mais nous savons qu’il ment. Il est devenu le politicien le plus egoiste et le plus irresponsable que l’on n’ait jamais connu. Dans un monde où 10 millions d’enfants de moins de 5 ans vont mourir à  cause des maladies qui peuvent être prévenues, ses propositions misérables et démagogiques d’hier deviennent une très mauvaise blague.

Le Président Bush n’a pas l’autoritée morale ni la crédibilité nécessaires pour juger quelqu’un. Il devrait, en tout cas, être jugé par ses crimes.

L’arrogance et l’hypocrisie ont des limites. Le mensonge et le chantage ont des limites. Cuba rejette et condamne chacun des mots cyniques prononcés hier par le Président

… On pourra nous reprocher d’être des rêveurs, mais nous luttons avec la conviction que les rêves d’aujourd’hui sont les réalités de demain. …

27 Septembre 2007

Rien d’intéressant pour le 27 Septembre.

28 Septembre 2007

- General Emile Lahoud, Président Libanais, document .PDF FR 270 Ko,

Mr. Le président

Il y a un an, j’ai évoqué à  cette même tribune, les brutalités exercées par Israel contre mon pays, à  travers une guerre atroce de 33 jours. J’avais même émis le souhait que malgré leur amertume et les souffrances qu’ils ont engendrées chez les Libanais, ces événements puissent creuser un chemin vers une paix au Moyen Orient, basée sur l’initiative de paix arabe, adoptée au cours du sommet arabe de Beyrouth en 2002…

Mr. Le Président,

Les Nations unies ont toujours accordé au Liban une attention particulière, qui s’est manifestée clairement à  travers toutes les résolutions de l’ONU relatives au Liban. Tout en réaffirmant leur engagement à  l’application de ces résolutions, les Libanais souhaitent que cette application se fasse de manière équitable et sur des bases stables.
Comme vous le savez désormais, le tribunal spécial pour le Liban, chargé de juger les assassins de l’ancier Premier ministre Rafic Hariri, a fait l’objet d’une controverse au Liban en raison des circonstances de son adoption. Nous avions expliqué tout cela en détais dans les lettres que nous avions adressées au secrétaire général des Nations unies et nous avions demandé que des copies de ces lettres soient remises aux représentants des pays membres du Conseil de Sécurité et d’autres gardées comme documents de référence aux Nations unies. Nous l’avons fait parce que nous pensons que la justice internationale doit être renforcée. Dès les premières secondes qui ont suivi l’attentat haineux contre M.Hariri, nous avons réclamé que toute la vérité soit faite sur cet odieux crime. Mous avons même été les premiers à  demander au secrétaire général de l’ONU de mettre en place une commission internationale impartiale pour les investigations.
Aujourd’hui, nous pensons que le meilleur moyen de dépasser la controverse sur le tribunal spécial est d’organiser un procès juste, impartial et transparent destiné à  faire toute la lumière sur ce crime. C’est à  ce moment-là  seulement que les Libanais pourront dire que le tribunal spécial est juste.

Mr Le Président,

Le Liban est à  la veille de la tenue d’une élection présidentielle démocratique au cours de laquelle il est censé faire son choix de façon libre et démocratique. Hélas, certaines parties internationales tentent d’intervenir dans les affaires internes libanaises, contrairement aux règles internationales. De telles interventions peuvent susciter la haine et augmenter la tension sur la scène libanaise. Ce qui pourrait avoir des répercussions négatives non seulement sur le processus d’élection présidentielle mais aussi sur la sécurité des Libanais. …

… Le cout élevé en pertes humaines et en blessés payé par l’armée libanaise au cours de ces affrontements confirme l’objectif du Liban de combattre le terrorisme. Le Liban est et restera un pays attaché aux valeurs démocratiques, qui aspire à  la paix et à  la justice. …

Mr Le Président,

Dans un monde qui est quotidiennement le thtre d’événements sanglants sous l’étiquette de « conflit des civilisations » et qui est profondément divisé entre l’Est et l’Ouest, je m’adresse à  la communauté internationale comme un homme d’expérience. A partir de cette tribune, je la presse d’empêcher l’effondrement du Liban. Un tel effondrement serait un coup terrible porté à  la modération et une victoire pour tous ceux qui privilégient l’usage de la force. Le Liban reste « un message unique dans le monde », où les religions et les cultures coexistent positivement et pacifiqueemnt et peuvent vivre ensemble, comme l’avait souligné le défunt Pape Jean Paul II.

En Tant que citoyen du Liban, ce petit pays qui a survécu malgré les secousses, je vous demande de ne pas céder devant l’adversité et d’appuyer ce qui est juste et vrai. Un dernier regard à  ce Moyen orient en flammes, où le feu dévore tout sur son passage devrait vous pousser à  réfléchir rapidement aux choix que vous ferez. Sinon, il sera peut-être trop tard.

Merci

1 Octobre 2007

- Ms. Tzipi Livni, vice premier ministre et ministre des affaires étrangères, document pdf (ANGLAIS) 120 Ko, pas de traduction en français,

Mr. President,
Families of the Israeli hostages,
Distinguished Delegates,
Ladies and Gentlemen,

Three thousand years ago, the people of Israel journeyed from slavery in Egypt to independence in the land of Israel.

The Bible tells us that on their voyage to liberty, they made a crucial stop; the giving of the Ten Commandments at Mount Sinai.

As the General Assembly gathers this year, the Jewish people recall that historic journey by marking the festival of Sukkot.

And every year, at this time, our people remember that the long march to freedom requires the acceptance of humanity’s basic values.

For sixty years, since the rebirth of our State in our ancient homeland, with Jerusalem at its heart, we have not lost sight of this principle.

The core values of tolerance, co-existence and peace that lie at the heart of every democracy must be protected within societies and promoted between them. This is the calling of our generation. …

… Israel may be on the front lines of this battle, but it is not our fight alone. This is a global battle.

To notion that this battle was a local one – limited to isolated regions – collapsed in this city with the twin towers on a September morning six years ago.

Today it is clear that the extremists are engaged in a bloddy war against civilians and communities, against hearts and minds, in every corner of the world.

And it is clear too, that the Middle East conflict is not a cause of this global extremist agenda, but a consequence of it.

… This battle is global not just because it targets civilians everywhere, but also because the extremists have taken aim at the fundamental pillars of every modern society: democracy, tolerance and education. …

No responsible state disagrees that Iran is the most prominent sponsor of terrorism. It is a major source of instability and conflict in Iraq, Lebanon, Palestine and across the entire Middle East and it is the enemy of Arab-Israeli co-existence.

None disagrees that Iran denies the Holocaust and speaks openly of its desire to wipe a member state — mine — off the map.

But there are still those who, in the naem of consensus and engagement, continue to obstruct the urgent steps which are needed to bring Iran’s sinister ambitions to a halt.

… Unfortunately, in our region, we see children’s television programs in which a Mickey Mouse puppet teaches the glory of being a suicide bomber and a seven year old girl sings of her dreams of blood and battle. …

- Mr. Mourad Medelci, Ministre des Affaires Etrangères Algériennes, document PDF (FR) 423 Ko,

Monsieur le Président,

Le monde est, de nos jours, confronté à  de nouvelles formes de séstabilisation ainsi qu’à  de multiples menaces qui mettent en péril la paix et la sécurité internationales. C’est le cas, en particulier, du terrorisme qui est par essence attentoire au droit élémentaire à  la vie et n’épargne aucune région du monde sans distinction de race, de sexe ou de religion. Il commande, de ce fait, une mobilisation internationale résolue et appelle, de la part de la communauté internationale, une réponse collective, ferme et solidaire, seule garantie d’efficacité et de durabilité.

C’est pourquoi mon pays, qui a longtemps souffert des affres d’un terrorisme abject qu’il a combattu seul et auquel il a payé un lourd tribut dans l’indifférence internationale dans les années 1990, ne peut qu’apprécier la prise de conscience, chaque jour plus grande, des dangers véhiculés par ce phénomène et la nécessité de le prévenir et de l’éliminer.

Convaincue de cela, l’Algérie a appuyé la Stratégie antiterroriste mondiale de l’ONU, adoptée en septembre 2006 par l’Assemblée Générale, et appelle à  un engagement des Etats membres pour sa mise en oeuvre immédiate en précisant que la lutte contre le terrorisme ne devrait pas se reposer uniquement sur la force mais elle devrait également intégrer le traitement des causes sous-jacentes de ce phénomène à  travers notamment la résolution juste et équitable des conflits et notamment le conflit du Moyen orient.

Au delà  des mesures à  mettre rapidement en oeuvre pour contrecarrer ce phénomène dévastateur, l’urgence se fait également ressentir quand à  la nécessité de la conclusion d’une convention générale contre le terrorisme international, comprenant une définition claire du concept du terrorisme, dissociant clairement ce dernier de la luttle légitime des peuples contre l’occupation, en évitant de faire l’amalgame entre ce phénomène et toute religion, civilisation ou sphère géographique données.

2 Octobre 2007

- Mr. Maxime Bernier, Ministre des Affaires Etrangères du Canada, document PDF (FR) 68 Ko

3 Octobre 2007

Aucun documents en français disponible.

Selon l’Onu, le terrorisme se finance en Afrique de l’Ouest

Jeudi 27 septembre 2007

Selon l’Onu, le terrorisme se finance en Afrique de l’Ouest

© Reuters, Par Daniel Flynn – Mercredi 26 septembre

ban ki moon et rice
Ban Ki Moon, huitième Secrétaire général des Nations unies, avec Condoleezza Rice, Secrétaire d’État des États-Unis

DAKAR (Reuters) – L’Afrique de l’Ouest devient un terrain privilégié par les activistes de tous bords pour financer leurs opérations, grâce au trafic de drogue, d’immigrés clandestins ou de médicaments contrefaits, estiment des experts réunis par l’Onu à  Dakar.

Depuis deux ans, les cartels sud-américains utilisent des pays d’Afrique occidentale pour faire transiter leur drogue destinée à  l’Europe, ont-ils dit.

« Il y a un lien entre le financement du terrorisme et les activités de ces trafiquants de cocaïne dans certains pays d’Afrique occidentale et centrale », a déclaré Amado Philip de Andres, directeur adjoint de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) pour l’Afrique de l’Ouest.

« Ces réseaux, extrêmement organisés et bien financés, non seulement soutiennent le terrorisme, mais trafiquent des armes à  partir de pays qui sortent à  peine de la guerre. Ils trafiquent de la cocaïne, ce qui est lié aux activités de passage d’immigrés clandestins », a-t-il ajouté.

Parmi deux Colombiens arrêtés ce mois-ci en Guinée-Bissau, l’un était un membre des Farc, a ajouté de Andres. Malgré une tentative pour les extrader, les deux Colombiens ont été libérés, à  cause de pressions venues de « groupe d’intérêts » en Guinée-Bissau, a-t-il affirmé.

Le groupe Al Qaïda au Maghreb islamique (ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat), se livre depuis longtemps à  des trafics et extorsions en Mauritanie, au Mali et au Niger.

Les enquêtes sur certains attentats, comme ceux de mars 2004 à  Madrid, ont mis au jour des liens entre les groupes islamistes et la contrebande de drogue, ont encore déclaré ces experts.

DIAMANTS ET VIAGRA

Pendant les dix ans de guerres civiles entre la Sierra Leone et le Liberia, les diamants de contrebande ont servi indirectement à  financer Al Qaïda et le Hezbollah.

Le processus de Kimberley, lancé en 2003 pour surveiller l’origine des diamants et empêcher le financement de groupes rebelles, a depuis fermé cette possibilité.

Certains réseaux criminels ou terroristes se sont tournés vers le trafic de médicaments contrefaits.

« Au Nigeria et en Côte d’Ivoire, des laboratoires clandestins produisent massivement du faux Viagra. Ces médicaments sont ensuite utilisés pour blanchir de l’argent et pour financer le terrorisme », a déclaré de Andres.

Certains candidats à  l’émigration économique, ne pouvant payer aux passeurs des sommes avoisinant les 20.000 dollars (14.000 euros), prennent le risque de passer de la drogue pour leur compte en échange d’un transport vers l’Europe.

« Nous luttons contre la déstabilisation de l’Afrique de l’Ouest à  travers certains Etats, qui n’ont pas les moyens de combattre le terrorisme, son financement, et plus spécifiquement le trafic de drogues en provenance d’Amérique latine », a déclaré Amado Philip de Andres.

Objectifs du Millénaire de l’ONU

Dimanche 2 septembre 2007

Objectifs du Millénaire : progrès sans précédent et retards inacceptables, selon un nouveau bilan des Nations Unies

Le 9 Juin, je pense qu’il n’y a pas de ©, et voila l’introduction de l’article, que vous devez lire par la suite:

drapeau onu

Le rapport des Nations Unies sur la mise en oeuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement, publié aujourd’hui, note des progrès sans précédent dans la lutte contre la pauvreté au niveau mondial, notamment en Asie, mais attire l’attention sur des retards inacceptables qui persistent, notamment en Afrique sub-saharienne. Chaque jour, près de 30.000 enfants dans le monde meurent de maladies que l’on pourrait soigner facilement, soit 11 millions par an….

Source: Centre de Nouvelles de l’ONU. Vous trouverez aussi dans l’article un rapport en format .PDF [... qui constitue l'évaluation la plus récente des progrès accomplis et des progrès à  réaliser pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (ODM) avant le sommet des Nations Unies qui aura lieu du 14 au 16 septembre prochain à  New York, indique un communiqué de l'ONU... ], téléchargez le rapport en français (44 pages)

Objectifs du Millénaire pour le développement, 2005

Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par un groupe d’experts sur les indicateurs relatifs aux objectifs du Millénaire pour le développement. Ce Groupe, coordonné par le Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies, a été créé en réponse au vœu de l’Assemblée générale de voir évaluer périodiquement les progrès vers la réalisation de ces objectifs. Le Groupe est composé de représentants des organisations internationales (liste ci- après) qui comptent au nombre de leurs activités l’établissement d’une ou plusieurs des séries d’indicateurs statistiques définis comme permettant de suivre ces progrès. Plusieurs statisticiens nationaux et experts extérieurs ont également apporté leur concours pour le rapport.

- Organisation internationale du travail
- Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture
- Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture
- Organisation mondiale de la santé
- Banque mondiale
- Fonds monétaire international
- Union internationale des télécommunications
- Commission économique pour l’afrique
- Commission économique pour l’europe
- Commission économique pour l’amérique latine et les caraïbes
- Commission économique et sociale pour l’asie et le pacifique
- Commission économique et sociale pour l’asie occidentale
- Programme commun des nations unies sur le vih/sida
- Fonds des nations unies pour l’enfance
- Conférence des nations unies sur le commerce et le développement
- Fonds de développement des nations unies pour la femme
- Programme des nations unies pour le développement
- Programme des nations unies pour l’environnement
- Convention-cadre des nations unies sur les changements climatiques
- Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés
- Programme des nations unies pour les établissements humains
- Fonds des nations unies pour la population
- Union interparlementaire
- Organisation de coopération et de développement économiques
- Organisation mondiale du commerce