Archive pour la catégorie ‘Karma’

Cause et effet

Dimanche 14 juin 2009

Cause et effet

Un homme fut interviewé alors qu’il avait 85 ans, lors d’un sondage sur la longévité et comment l’acquérir, et on lui a posé la question comment il a pu vivre si longtemps, et il répondit, « Eh bien ! J’avais une entreprise avec laquelle j’ai fais 10 millions. Puis j’ai vendu la compagnie. Le racheteur a fait 300 millions avec, et il est mort. Son successeur a triplé la somme, et il est mort. Et parfois je sorts aussi et je fais du jogging dans un parc. ». Selon cette logique, et s’il est vrai qu’il n’y a rien après la mort, alors il y a très peu d’intérêts d’essayer de tout avoir, parce que ce sera oublié à jamais. Et le riche et le pauvre iront dormir dans le même oubli. S’il y a quelque chose par contre, au-delà de ce monde, il est donc évident que peu importe ce que ça peut être, ça n’est pas la fortune. Nous ne pouvons pas la prendre avec nous. Peu importe n’importe quelle philosophie que nous suivons, tout finit, aussi loin que les possessions sont concernées, le moment où nous partons de cet endroit. Sous de telles conditions, pourquoi ce trafic infernal de fortune existe ? Pourquoi cette volonté infinie de tout vouloir sacrifier, de baigner le monde dans le sang, d’essayer de satisfaire les ambitions d’individus possédant des intégrités incertaines, alors que tout finit par l’obscurité. Dans le but de maintenir un faux but, nous avons frustrés les droits naturels de l’individu d’être heureux. Dans le but d’être heureux, il est nécessaire que nous soyons disciplinés. Socrate démontra très clairement que la grande règle de la vie est dans ce qui n’est pas trop et dans les choses qui sont assez. Trop posséder, est devenir un esclave aux possessions. Manquer la nécessité, est d’être un esclave à la privation. D’avoir assez, est de libérer la vie de tout le stresse venant d’attitudes et d’actions complètement irraisonnables. Et libérer l’esprit, pour qu’il puisse contempler les valeurs au-delà du niveau de la fortune.