Archive pour la catégorie ‘HAARP’

Séisme en Chine, fruit d’un vaste complot mondial ?

Mardi 10 juin 2008

Séisme en Chine, fruit d’un vaste complot mondial ?

© Chines-Informations.com

Source d’informations infinie, internet est également un nid à  rumeurs et théories plus ou moins douteuses. L’une d’elle présente le séisme du 12 mai en Chine comme une attaque militaire d’envergure orchestrée par les puissants de ce monde… Petite tentative de description.

Information ou désinformation, telle est la question

Année 2008, on pourrait penser, grâce aux progrès de la technologie, l’existence d’internet, et l’omniprésence des médias, qu’il est facile de suivre l’évolution de nos sociétés. A priori c’est le cas, l’ère que nous vivons étant sans conteste celle de l’information…

Mais en creusant plus profond au delà  de la surface, on se rend compte rapidement qu’il est compliqué de nos jours d’obtenir une information certifiée fiable… Information ou désinformation, telle est la question…

On a pu le constater avec la couverture controversée en Occident des émeutes au Tibet, ou l’usage des médias à  des fins de propagandes dans de nombreux pays «moins démocratisés» : la frontière entre l’information et la communication est des plus indécises, et le traitement d’un même sujet varie du tout au tout selon les intérêts et visions politiques des journalistes (et ceux qui les utilisent).

Le séisme, fruit d’une conspiration ?

Des thèses contradictoires s’opposent donc logiquement à  travers journaux télévisés, reportages radio ou articles écrits… Mais c’est bien sur internet que cette jungle médiatique est la plus impitoyable et difficile à  cerner.

Il n’est pas nouveau que de nombreux sites traitent de l’actualité avec un regard décalé, et parlent d’une conspiration internationale où le gouvernment américain aurait le beau rôle, soutenu par les magnats financiers de ce monde. C’est à  travers cette idée qu’une information circule actuellement sur la toile, et fait état d’une responsabilité de l’armée américaine dans le séisme du 12 mai en Chine…

Le programme HAARP, thème de choix pour la théorie du complot

Le tremblement de terre ne serait rien d’autre, selon la théorie défendue par ces différents médias indépendants, qu’une attaque de l’armée américaine dans le cadre de son programme HAARP. Ce projet aurait pour but, selon ces médias, de permettre la maîtrise des conditions climatiques, et rendrait ainsi possible l’attaque d’un territoire par le déclenchement d’une catastrophe naturelle de type séisme, ouragan, tsunami…

Bref, le programme HAARP est un thème privilégié pour les adeptes de la «théorie du complot» international. Officiellement pourtant, il est censé constituer en une étude de la ionosphère et de son influence sur les ondes radios, les systèmes de navigation par satelitte…

Si sur certains points, les arguments des «théoristes du complot» pourraient valoir une attention plus approfondie, il faut admettre que bien souvent ils n’offrent pas de preuves tangibles pour soutenir leurs affirmations. A leur décharge, on pourrait admettre que 70 ans auparavant, l’idée de la création de la bombe atomique n’aurait pas semblée plus crédible aux yeux du grand public…

Mais malheureusement, ils passent plus de temps à  désigner les coupables du doigt que de présenter les preuves irréfutables qui devraient aller avec. Les récentes idées sur le séisme au Sichuan vont dans ce sens : Etats-Unis, FMI, ONU, OMC ou encore les «Sionistes» de toutes les grandes institutions mondiales sont mis en cause, mais au delà  des accusations, peu d’élements concrets sont offerts au public…

Si l’ouverture d’esprit reste de nos jours une qualité essentielle, la prudence face à  tout ce qui peut se dire sur le net est donc tout autant indispensable. Comme le disait une célèbre série télévisée : «ne faites confiance à  personne, la vérité est ailleurs…»

N.J. pour Chine Informations

Rapport CBC sur HAARP

Vendredi 6 juin 2008

Rapport CBC sur HAARP

Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves photographiques

Vendredi 6 juin 2008

Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves photographiques

© Alter Info, Global Research

Par Global Research
Le 3 juin 2008

Note de l’éditeur du site Global Research

Les photographies suivantes, une courtoisie de Epoch Times, ont été prises peu de temps avant le tremblement de terre.

Ces images sont complémentaires aux séquences vidéo de sources chinoises antérieurement postées sur Global Research.

Ils soulèvent d’importantes questions quant aux causes sous-jacentes du tremblement de terre du Sichuan, qui requièrent une enquête scientifique.

sichuan 1

sichuan 2

sichuan 3

sichuan 4

Vidéos: 10 minutes avant le tremblement de terre de Sichuan:

30 minutes avant le tremblement de terre de Sichuan:

Les vidéos ont été supprimés par Youtube rapidement :-(

Traduit par Dany Quirion pour Alter Info

Source: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=9170

Article original des deux vidéos prises peu de temps avant le tremblement de terre: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=9103

REVEILLEZ VOUS ! HAARP

Jeudi 5 juin 2008

REVEILLEZ VOUS ! HAARP

Source: http://youtube.com/user/conspirationniste

HAARP: La guerre climatique

Jeudi 5 juin 2008

HAARP: La guerre climatique

Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par le Pentagone

© Mondialisation.ca, par Michel Chossudovsky

« HAARP est une arme de destruction massive, capable de déstabiliser des systèmes agricoles et écologiques au niveau mondial. »

« « La guerre climatique » est susceptible de menacer l’avenir de l’humanité, mais elle a été exclue des rapports du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2007. »

haarp

Rarement reconnu dans le débat sur le changement climatique mondial, les conditions météorologiques dans le monde peuvent maintenant être modifiées dans le cadre d’une nouvelle génération d’armes électromagnétiques sophistiquées. Les États-Unis et la Russie ont développé la capacité de manipuler le climat à  des fins militaires.

Des techniques de modification de l’environnement ont été appliquées par l’armée US pendant plus d’un demi-siècle. Le mathématicien étasunien John von Neumann, en lien avec le Département de la Défense des États-Unis, a débuté ses recherches sur la modification des conditions météorologiques à  la fin des années 1940, au plus fort de la Guerre Froide, et il prévoyait des « formes de guerre climatique encore inimaginables. » Pendant la guerre du Vietnam, les techniques d’ensemencement des nuages ont été utilisées à  partir de 1967 dans le cadre du projet Popeye, dont l’objectif était de prolonger la saison des moussons et de bloquer les voies d’approvisionnement ennemies le long de la route de Ho-Chi-Minh-Ville [NDT : À l'époque de la guerre du Vietnam, Ho-Chi-Minh-Ville était connue sous le nom de Saigon].

L’armée US a développé des fonctionnalités sophistiquées qui permettent de modifier les conditions climatiques de manière sélective. La technologie, qui est actuellement perfectionné dans le cadre du programme HAARP, High-frequency Active Auroral Research Program [En français : Recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales], est un appendice de l’Initiative de Défense Stratégique, « la Guerre des Étoiles. » D’un point de vue militaire, HAARP est une arme de destruction massive, qui opère à  partir de l’atmosphère externe et qui est capable de déstabiliser des systèmes agricoles et écologiques partout dans le monde.

La modification des conditions météorologiques, selon le document de l’US Air Force intitulé AF 2025 Final Report, « offre aux combattants de guerre un large éventail d’options possibles pour faire échec ou pour contraindre un adversaire, » des capacités, dit-on, de déclencher des inondations, des ouragans, des sécheresses et des tremblements de terre: « La modification des conditions météorologiques va devenir un élément de la sécurité intérieure et de la sécurité internationale et elle pourrait se faire de manière unilatérale… Elle pourrait avoir des applications offensives et défensives et pourrait même être utilisé comme moyen de dissuasion. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur terre ou de modifier la météo spatiale … de même que la création de conditions météorologiques artificielles sont une partie d’un ensemble intégré de technologies [militaires]. »

En 1977, une Convention Internationale a été ratifiée par l’Assemblée générale des Nations Unies qui interdit, « un usage militaire et toute autre forme d’utilisation hostile des techniques de modification environnementale ayant des effets étendus, durables ou graves. » Elle a défini « les techniques de modification environnementale » comme « toute technique pour changer, grâce à  une manipulation délibérée des processus naturels, la dynamique, la composition ou la structure de la terre, y compris ses biotes, sa lithosphère, son hydrosphère et son atmosphère, ou de l’espace intersidéral. »

Bien que le fond de la Convention de 1977 a été réaffirmé dans la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) signée au Sommet de la Terre à  Rio en 1992, le débat sur la modification météorologique à  des fins militaires est devenue un tabou scientifique.

Les analystes militaires sont muets sur le sujet. Les météorologistes n’enquêtent pas sur cette question et les écologistes se concentrent sur les émissions de gaz à  effet de serre en vertu du Protocole de Kyoto. Il n’est pas non plus question de la possibilité que les manipulations climatiques ou environnementales fassent parties d’un agenda militaire ou des service de renseignement, alors qu’il est tacitement reconnu qu’elles font partie du débat plus large sur les changements climatiques sous l’égide de l’ONU.

Le Programme HAARP

haarp2

Créé en 1992, HAARP, basé à  Gokona en Alaska, est un réseau d’antennes de forte puissance qui transmettent par ondes radios haute fréquence, d’énormes quantités d’énergie dans l’ionosphère (la couche supérieure de l’atmosphère). Leur construction a été financée par l’US Air Force, l’US Navy et l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense [Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA)]. Exploité conjointement par le Laboratoire de recherche de l’Air Force et le Bureau de la recherche navale, HAARP constitue un système de puissantes antennes capable de créer «des modifications locales contrôlées de l’ionosphère». Selon son site Internet officiel, www.haarp.alaska.edu , HAARP sera utilisé « pour induire un petit changement localisé dans la température de l’ionosphère afin que les réactions physiques puissent être étudiées par d’autres instruments située sur le site ou à  proximité du site de HAARP. »

Mais Rosalie Bertell, la présidente de l’Institut international des affaires de santé publique [International Institute of Concern for Public Health],a déclare que HAARP fonctionne comme « un gigantesque appareil qui peut causer d’importantes perturbations dans l’ionosphère, ce qui crée non seulement des trous, mais de longues incisions dans la couche protectrice qui empêche les radiations mortelles [en provenance de l'espace sidéral] de bombarder la planète. »

Le physicien Dr Bernard Eastlund l’a appelé « le plus grand appareil de chauffage de l’ionosphère jamais construit. » HAARP est présenté par l’US Air Force en tant que programme de recherche, mais les documents militaires confirment que son objectif principal est « d’induire des modifications ionosphériques » en vue de modifier les conditions météorologiques et de perturber les communications et les radars.

Selon un rapport de la Douma d’État russe: « Les plans étasuniens visant à  réaliser des expériences à  grande échelle sous le Programme HAARP [et] de créer des armes capables de rompre les lignes de communication radio et les équipements installés sur les engins spatiaux et les fusées, provoquent de graves accidents dans les réseaux d’électricité et dans les oléoducs et les gazoducs et ils ont un impact négatif sur la santé mentale de régions entières. »

Une analyse des déclarations émanant de l’US Air Force nous fait penser à  l’impensable: les manipulations clandestines de phénomènes météorologiques, des communications et des réseaux d’électricité comme arme de guerre mondiale, permet aux États-Unis de perturber et de dominer des régions entières. La manipulation météorologique est l’arme préventive par excellence. » Elle peut être dirigée contre des pays ennemis ou des « pays amis » à  leur insu et être utilisée pour déstabiliser les économies, les écosystèmes et l’agriculture. Elle peut également déclencher des ravages sur les marchés financiers et les marchés de produits. La perturbation dans l’agriculture crée une plus grande dépendance de l’aide alimentaire et des grains de céréales de base importés des États-Unis et d’autres pays occidentaux.

HAARP a été élaboré dans le cadre d’un partenariat anglo-étasunien entre Raytheon Corporation qui possède les brevets de HAARP, l’US Air Force et la compagnie British Aerospace Systems (BAES).

Le projet HAARP est l’un des nombreux projets de collaboration dans le domaine des systèmes d’armement entre les deux géants de la défense. Le projet HAARP a été lancé en 1992 par Advanced Power Technologies Inc (APTI), une filiale de la société Atlantic Richfield (ARCO). APTI et ses brevets HAARP ont été vendus en 1994 par ARCO à  E-Systems Inc. E-Systems Inc, engagé par contrat pour la CIA et le Département de la défense des États-Unis, est équipé du « Doomsday Plan [NDT : le plan de l'Apocalypse], » qui « autorise le Président à  gérer une guerre nucléaire. » Le tout a été par la suite acquis par Raytheon Corporation, une compagnie qui compte parmi les plus importants fournisseurs de renseignement dans le monde. La compagnie British Aerospace Systems (BAES) a été impliquée dans le développement plus sophistiqué du réseau d’antennes HAARP, dans le cadre d’un contrat signé en 2004 avec l’Office de la Recherche Navale [Office of Naval Research].

L’installation de 132 émetteurs de fréquence élevée a été confiée par BAES à  sa filiale étasunienne, BAE Systems Inc. Selon un reportage publié en juillet par Defense News, le projet a été entrepris par la division de Guerre Électronique de BAES. En septembre, elle a reçu de l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) la principale récompense pour la réalisation technique de la conception, la construction et l’activation du réseau d’antennes HAARP. Le système HAARP est pleinement opérationnel et à  bien des égards, il éclipse les systèmes d’armes stratégiques conventionnels existants. Bien qu’il n’existe pas de preuve formelle de son utilisation à  des fins militaires, les documents de l’US Air Force laissent entendre que HAARP fait partie intégrante de la militarisation de l’espace. Par ailleurs, il est vraisemblable que les antennes ont déjà  été soumises à  des tests d’essai.

En vertu de la CCNUCC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a pour mandat « d’évaluer les informations scientifiques, techniques et socioéconomiques utiles pour la compréhension des changements climatiques. » Ce mandat comprend une guerre écologique. « La géo ingénierie » est reconnue, mais les applications militaires implicites ne sont ni l’objet d’analyse politique ni l’objet de recherche scientifique dans les milliers de pages des rapports du GIEC et des documents connexes, qui pourtant sont appuyés sur l’expertise et les contributions de quelque 2500 scientifiques, décideurs et écologistes. « La guerre climatique » est susceptible de menacer l’avenir de l’humanité, mais elle a été exclue des rapports du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la paix en 2007.

L’article original anglais est publié dans la revue The Ecologist de décembre 2007.
Il est aussi publié sur le site en anglais: http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7561

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info.

HAARP : Science ou désastre?

Mercredi 4 juin 2008

HAARP : Science ou désastre?

© Bellacio

Par, Luc Mampaey, attaché de recherche au GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité)

Sur un site du département américain de la défense (DoD) à  Gakona, en Alaska, l’U.S. Air Force et U.S. Navy ont entrepris, en 1993, de faire construire une station de recherche sur les propriétés de l’ionosphère d’une puissance jusqu’ici inégalée : c’est le programme HAARP, High Frequency Active Auroral Research Program.

Pure recherche scientifique affirment les militaires ; étape supplémentaire et risquée dans les tentatives militaires de manipuler l’environnement à  des fins hostiles, rétorquent quelques scientifiques et des organisations écologistes ou pacifistes.

A première lecture, rien ne distingue pourtant HAARP des installations de recherches ionosphériques déjà  en fonctionnement. Sauf le gigantisme des puissances évoquées, et le contrôle exclusivement militaire du projet. D’où les inquiétudes et la perplexité qu’il suscite, amplifiées encore par la langue de bois, ou les silences, des autorités militaires. HAARP n’est-il que la partie émergée de nouveaux projets militaires, préludes à  une nouvelle course aux armements? HAARP risque-t-il de provoquer des dommages irréversibles ou majeurs à  l’environnement? Ou bien n’y a-t-il vraiment aucune raison de s’inquiéter?

Les modifications de la biosphère à  des fins militaires, ou à  d’autres fins hostiles, sont interdites par une Convention de 1977, dite la Convention ENMOD. Pourtant, le concept de Environmental Warfare fait bien partie du langage et des manuels militaires. Depuis le début des années 90 cependant, alors que se développe aux Etats-Unis une Revolution in Military Affairs (RMA) sensée adapter les forces armées à  leurs missions du 21ème siècle, les références aux techniques de modifications environnementales se multiplient.

http://www.entrefilets.com/haarp.htm

Le rapport complet est téléchargeable en PDF sur le site. C’est bien expliqué, mais il faut des connaissances en physique pour comprendre l’explication.

Plus loin sur la même page : « Mais un jour de mars 2004, l’envie leur a pris d’essayer quand même. « …

C’est fini de faire joujou avec nos vies?

Certains pensent que les dessins qui apparaissent très rapidementdans les champs de blé sont dùs aussi à  des « jeux » avec l’électromagnétisme. On dirait, pour les Tintinologues, le Pr Tournesol qui s’amuse avec son sifflet géant…

Mais pendant que les « chercheurs » jouent dans le bac à  sable en poussant des cris de gosses émerveillés… les militaires qui les financent, prélèvent ce qui peut leur servir à  tuer – en douce?

Commentaire sur un forum, d’un météorologue Suisse : http://www.asma-meteo.ch/forum/view…

En Suisse, si nous réunissons tous les emetteurs radio ( GSM,TV,Radio, ) qui sont de forte puissance, on aurait bien plus de puissance que toutes les antennes réunies sur la photo du lien cité… et pourtant la météo n’a pas changé ! A MOINS QUE SE SOIT LA CAUSE DU RECHAUFFEMENT OBSERVE CES DERNIERES ANNEES !

Le réchauffement climatique… evidemment il est amorcé, evidemment on peut faire beaucoup pour le freiner. Vous trouvez pas que politique rime bien avec climatique. Les taxes ça ne refoidira pas le climat, mais bien autre chose.

Et que dit l’UE à ce sujet? Un rapport du Parlement Européen, datant de 1999 écrit ceci :

24. considère que le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), en raison de son impact général sur l’environnement, est un problème d’une portée mondiale et demande que ses implications juridiques, écologiques et éthiques soient examinées par un organe international indépendant avant la poursuite des travaux de recherche et la réalisation d’essais ; déplore que le gouvernement des États-Unis ait à  maintes reprises refusé d’envoyer un représentant pour apporter un témoignage sur les risques que comporte pour l’environnement et la population le projet HAARP financé actuellement en Alaska, durant l’audition publique ou à  l’occasion d’une réunion subséquente de sa commission compétente ;

Le rapport :
ICI (126 KO-PDF)

1999… 2008. Des nouvelles?

Séisme en Chine, fruit d’un vaste complot mondial ?

Mercredi 4 juin 2008

Séisme en Chine, fruit d’un vaste complot mondial ?

© Chine-Informations.com

Source d’informations infinie, internet est également un nid à  rumeurs et théories plus ou moins douteuses. L’une d’elle présente le séisme du 12 mai en Chine comme une attaque militaire d’envergure orchestrée par les puissants de ce monde… Petite tentative de description.

Information ou désinformation, telle est la question

Année 2008, on pourrait penser, grâce aux progrès de la technologie, l’existence d’internet, et l’omniprésence des médias, qu’il est facile de suivre l’évolution de nos sociétés. A priori c’est le cas, l’ère que nous vivons étant sans conteste celle de l’information…

Mais en creusant plus profond au delà  de la surface, on se rend compte rapidement qu’il est compliqué de nos jours d’obtenir une information certifiée fiable… Information ou désinformation, telle est la question…

On a pu le constater avec la couverture controversée en Occident des émeutes au Tibet, ou l’usage des médias à  des fins de propagandes dans de nombreux pays «moins démocratisés» : la frontière entre l’information et la communication est des plus indécises, et le traitement d’un même sujet varie du tout au tout selon les intérêts et visions politiques des journalistes (et ceux qui les utilisent).

Le séisme, fruit d’une conspiration ?

Des thèses contradictoires s’opposent donc logiquement à  travers journaux télévisés, reportages radio ou articles écrits… Mais c’est bien sur internet que cette jungle médiatique est la plus impitoyable et difficile à  cerner.

Il n’est pas nouveau que de nombreux sites traitent de l’actualité avec un regard décalé, et parlent d’une conspiration internationale où le gouvernment américain aurait le beau rôle, soutenu par les magnats financiers de ce monde. C’est à  travers cette idée qu’une information circule actuellement sur la toile, et fait état d’une responsabilité de l’armée américaine dans le séisme du 12 mai en Chine…

Le programme HAARP, thème de choix pour la théorie du complot

Le tremblement de terre ne serait rien d’autre, selon la théorie défendue par ces différents médias indépendants, qu’une attaque de l’armée américaine dans le cadre de son programme HAARP. Ce projet aurait pour but, selon ces médias, de permettre la maîtrise des conditions climatiques, et rendrait ainsi possible l’attaque d’un territoire par le déclenchement d’une catastrophe naturelle de type séisme, ouragan, tsunami…

Bref, le programme HAARP est un thème privilégié pour les adeptes de la «théorie du complot» international. Officiellement pourtant, il est censé constituer en une étude de la ionosphère et de son influence sur les ondes radios, les systèmes de navigation par satelitte…

Si sur certains points, les arguments des «théoristes du complot» pourraient valoir une attention plus approfondie, il faut admettre que bien souvent ils n’offrent pas de preuves tangibles pour soutenir leurs affirmations. A leur décharge, on pourrait admettre que 70 ans auparavant, l’idée de la création de la bombe atomique n’aurait pas semblée plus crédible aux yeux du grand public…

Mais malheureusement, ils passent plus de temps à  désigner les coupables du doigt que de présenter les preuves irréfutables qui devraient aller avec. Les récentes idées sur le séisme au Sichuan vont dans ce sens : Etats-Unis, FMI, ONU, OMC ou encore les «Sionistes» de toutes les grandes institutions mondiales sont mis en cause, mais au delà  des accusations, peu d’élements concrets sont offerts au public…

Si l’ouverture d’esprit reste de nos jours une qualité essentielle, la prudence face à  tout ce qui peut se dire sur le net est donc tout autant indispensable. Comme le disait une célèbre série télévisée : «ne faites confiance à  personne, la vérité est ailleurs…»

N.J. pour Chine Informations