Archive pour la catégorie ‘Espace’

Iran: lancement avec succès du premier satellite de fabrication locale

Dimanche 17 août 2008

Iran: lancement avec succès du premier satellite de fabrication locale

© AFP

fusee iran

TEHERAN (AFP) – L’Iran a lancé dimanche avec succès son premier satellite de fabrication locale, a déclaré le porte-parole du gouvernement Gholamhossein Elham, a rapporté l’agence Fars.

Le satellite a été mis en orbite à  l’aide d’un lanceur également de fabrication locale.

« Le second lancement de la fusée Safir (ambassadeur), porteuse du premier satellite Omid, a été effectué avec succès », affirme un communiqué de l’état-major des forces armées iraniennes, reproduit par l’agence officielle Irna.

« Le président (Mahmoud) Ahmadinejad a assisté au lancement du satellite de communication Omid (espoir) à  la station de lancement spatiale de l’Iran et ce satellite a été lancé vers l’espace sous l’ordre et avec le message du président », a déclaré M. Elham.

« Ce second essai de lancement a atteint tous ses objectifs », ajoute le communiqué de l’état-major.

Lors de sa visite cette semaine en Turquie, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, avait déclaré que l’Iran allait lancer ce premier satellite.

« Avec l’aide de Dieu, nous allons lancer le premier satellite iranien de communication avec un lanceur iranien vers l’espace », avait-il déclaré lors d’une rencontre avec les Iraniens séjournant en Turquie, a rapporté l’agence Isna.

La télévision iranienne a montré dimanche des images présentées comme celles du lanceur Safir en position verticale. Les images ne montrent cependant pas de lancement.

En revanche, la chaîne locale Al-Alam de langue arabe a diffusé une animation présentant le lancement et la séparation du satellite.

Sur les photos publiées par les agences iraniennes et prises dans un entrepôt, on voit la fusée avec deux parties distinctes. La partie haute de la fusée longue de deux à  trois mètres est séparée de la partie basse, sur ces images.

Les responsables iraniens insistent régulièrement sur les succès technologiques du pays pour souligner que les sanctions imposées depuis trois décennies n’ont aucun effet sur les progrès de l’Iran.

La première fusée iranienne avait été lancée le 4 févier dernier et avait atteint une altitude de 200 km, selon Ahmad Talebzadeh, chef de l’Agence spatiale iranienne.

M. Talebzadeh avait affirmé à  l’époque que le lanceur comprenait deux parties, précisant que la première partie s’est séparée au bout de 100 secondes alors que la seconde partie a poursuivi sa trajectoire jusqu’à  une altitude de 200 km.

Après le lancement de cette première fusée, le président Ahmadinejad avait annoncé que l’Iran allait lancer prochainement le satellite Omid, de construction locale, vers l’espace.

La France avait réagi à  l’annonce de ce premier lancement en affirmant que l’engin, qui semble être dérivé du missile balistique Shahab-3, « ne dispose pas de capacités extra-atmosphériques ».

Les Etats-Unis, la Russie et la France, qui critiquent le programme balistique iranien, avaient averti que le lancement de la fusée ne ferait qu’isoler davantage Téhéran.

A l’époque, la télévision iranienne avait montré les images du lancement, notamment de ce qui est présenté comme la phase de séparation du premier étage de l’engin avec le second.

Beaucoup d’argent derrière la propagande du réchauffement climatique

Jeudi 22 mai 2008

Beaucoup d’argent derrière la propagande du réchauffement climatique

© Polemia

Encore un professeur qui remet en cause le prétendu « consensus » de la responsabilité de l’homme dans le changement climatique.

Dernier en date à  avoir dénoncé le mythe d’un « consensus » sur la responsabilité de l’homme dans le réchauffement climatique, un professeur de physique à  la retraite s’en est pris, dans un discours prononcé hier, aux énormes intérêts financiers alimentant la propagande du changement climatique qui ne cadre pas avec la véritable science.

Howard C. Hayden, professeur émérite de physique à  l’université du Connecticut, a déclaré devant un auditoire de Pueblo West qu’il avait été incité à  s’exprimer franchement au retour d’un séjour à  New York où il avait appris que des panneaux d’affichage alarmistes sur les effets à  long terme du réchauffement de la planète s’achetaient 700.000 dollars par mois.

« Il y a quelqu’un qui est prêt à  dépenser d’énormes sommes d’argent pour nous faire peur à  propos du réchauffement climatique », a déclaré Hayden. « Derrière la propagande pour le réchauffement de la planète il y a une question de gros sous. »

Hayden a fait remarquer que le réchauffement se manifestait dans l’ensemble du système solaire, soulignant le fait que ce sont des causes naturelles et non humaines qui sont à  l’origine du changement climatique, un phénomène qui s’est produit tout au long de l’histoire.

« Oui, la calotte glaciaire s’amincit… sur Mars », a-t-il annoncé. « Sur Mars, la calotte glaciaire est en train de fondre et des petites collines disparaissent » et on observe également des tendances au réchauffement sur Jupiter, sur Saturne et sur Triton.

Rappelant le fait que l’activité humaine est seulement responsable de 3% des émissions de CO2 sur terre, Hayden a précisé que le taux de CO2 dans l’atmosphère augmente et baisse depuis 400.000 ans.

« Nous sommes au niveau le plus bas des 300.000 dernières années », a-t-il ajouté. « A cours de la période jurassique, nous avions de très hauts niveaux de CO2. »

Et Hayden de conclure : « Environ 97% du CO2 de l’atmophère ont pour origine des sources naturelles, et non humaines », ajoutant que la question du réchauffement de la planète est mise en avant, non pas par des groupes de défense populaires, mais par des entreprises géantes qui sont là  pour tirer profit de la vente de concepts tels que la recherche et le commerce du CO2.

Comme nous l’avons signalé l’année dernière, au cours de la réunion secrète de la Commission trilatérale de mars 2007 les élites se sont rassemblées pour formuler une politique sur la meilleure manière d’exploiter l’alarmisme à  propos du réchauffement planétaire afin d’augmenter les impôts et avoir le contrôle du mode de vie des Occidentaux.

Au cours de cette causette, Peter Sutherland, président européen de la Commission trilatérale, membre du Bilderberg et président de la British Petroleum, s’adressant à  acolytes, a lancé un « cri de guerre universelle afin que le monde aborde d’une seule voix la question du réchauffement de la planète ».

Lui faisant écho le général Lord Guthrie, directeur de NM Rothschild & Sons, membre de la Chambre des Lords et ancien chef d’état-major de la Défense à  Londres, a exhorté les éminences grises de la Trilatérale à  « aborder d’une seule voix la crise du réchauffement planétaire et à  imposer des règles s’appliquant au monde entier ».

(…)

Dans son excellent article intitulé « L’hystérie du réchauffement planétaire sert de prétexte à  un gouvernement mondial », Daniel Taylor montre que l’exploitation du phénomène naturel du « réchauffement de la planète » était la marotte du Club de Rome et du CFR [Council on Foreigh Relations].

« Dans un rapport de 1991 intitulé La première révolution mondiale et publié par le Club de Rome, groupe de réflexion mondialiste, on trouve la déclaration suivante : A la recherche d’un nouvel ennemi pour nous unir, il nous est venu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine etc. feraient l’affaire… Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine… Le véritable ennemi, donc, c’est l’humanité elle-même.

« Richard Haass, actuel président du CFR, a déclaré dans son article A l’ère du mondialisme il faut changer la souveraineté d’Etat qu’il fallait créer un système de gouvernement mondial et éliminer toute souveraineté afin de combattre le réchauffement planétaire, en même temps que le terrorisme. De plus, si le système international doit fonctionner, les Etats doivent être préparés à  céder leur souveraineté à  des organismes mondiaux, dit Haass. La mondialisation implique par conséquent non seulement que la souveraineté devienne plus faible dans la réalité, mais qu’il est nécessaire qu’elle devienne plus faible. Il serait judicieux que les Etats affaiblissent leur souveraineté pour se protéger eux-mêmes. »

The fact that global warming hysteria is being pushed by governments that have been caught lying to the public on a regular basis, along with elitists whose stated goal is to push fearmongering as a means of increasing taxation and control over our lives, emphasizes the reality that, allied to the its phony scientific foundation, global warming is just the latest hobby-horse on which control freaks have piggy-backed their agenda to dominate and rule.

Le fait que l’hystérie du réchauffement planétaire soit appuyée par des gouvernements qui se sont fait prendre régulièrement en train de mentir au public, ainsi que par des élites qui ont pour objectif déclaré de promouvoir l’alarmisme comme moyen pour augmenter les impôts et contrôler notre existence, met en relief la réalité selon laquelle, allié à  un fondement scientifique trompeur, le réchauffement planétaire n’est que le dernier dada sur lequel les fanas du contrôle ont harnaché leur programme pour dominer et gouverner.

Paul Joseph Watson
http://prisonplanet.com/articles/march2008/…
11/03/08
Traduction de l’américain par René Schleiter
Correspondance Polémia
21/03/08

Une supernova photographiée au moment de son explosion

Jeudi 22 mai 2008

Une supernova photographiée au moment de son explosion

© Reuters

super nova blow

WASHINGTON (Reuters) – Des astronomes révèlent dans la dernière livraison de la revue Nature avoir pour la première fois pu prendre en photo une supernova au moment même où commençait son explosion.

Par chance, ils ont localisé un jaillissement de rayons X alors qu’ils observaient une autre partie d’une galaxie et ont réussi à  orienter à  temps une série de télescopes dans la bonne direction.

« Depuis des années, nous rêvions de voir une étoile au moment même de son explosion », a déclaré Alicia Soderberg, de l’université de Princeton, dans le New Jersey, qui a dirigé l’équipe internationale d’astronomes.

« Nous nous trouvions au bon endroit au bon moment, avec le bon télescope, le 9 janvier dernier, et avons assisté à  l’histoire », a-t-elle ajouté.

Une supernova est une étoile massive mourante, de taille bien plus grande que notre Soleil. Tout d’abord elle explose, puis se contracte et s’effondre jusqu’à  former une sphère extrêmement dense et refroidie. Parfois, il en résulte une étoile à  neutrons, parfois un trou noir.

Généralement, on ne localise les supernovas que des jours, voire des semaines après l’explosion initiale.

L’équipe de Soderberg a observé l’explosion d’une supernova, baptisée 2008D, dans l’une des spires de la galaxie NGC 2770, située à  88 millions d’années lumière de la Terre.

Maggie Fox, version française Eric Faye

Animation 3d d’une Super Nova

Détection de 50% de la matière intergalactique, jusqu’ici introuvable

Mercredi 21 mai 2008

Détection de 50% de la matière intergalactique, jusqu’ici introuvable

© AFP

galaxie

WASHINGTON (AFP) €” Après une recherche étendue, une équipe d’astronomes a finalement détecté environ la moitié de la matière dite « normale » ou baryonique se trouvant entre les milliards de galaxies de l’univers, selon des travaux publiés mardi.

« Nous pensons que nous voyons les fils d’une structure formant la colonne vertébrale de l’univers », explique Mike Shull, un astronome de l’Université du Colorado à  Boulder (ouest), un des co-auteurs de cette étude qui paraît dans l’Astrophysical Journal daté du 20 mai.

« Ce que nous confirmons en détail avec cette découverte c’est que l’espace intergalactique qui nous paraît être intuitivement vide est en fait le réservoir de la plus grande partie de la matière normale dans l’Univers », ajoute-t-il.

Cette matière, à  ne pas confondre avec la matière dite « sombre », représenterait environ 5% de l’univers soit cinq fois moins que la matière sombre (quelque 25%). Les 70% restant seraient formés par l’énergie du vide.

Cette équipe d’astronomes a utilisé la lumière émise par 28 quasars, des coeurs brillants de galaxie très lointaines encore dotées d’un trou noir en leur centre.

Tels des torches dans le brouillard, ces quasars ont permis d’observer cette structure, appelée formation intergalactique, et qui ressemble à  une toile d’arraignée quasiment invisible.

L’équipe d’astronomes a utilisé le spectrographe d’image du télescope spatial Hubble et FUSE, un satellite d’observation de la Nasa dédié à  la spectroscopie haute résolution avec les rayons ultraviolet.

Ils ont pu ainsi trouver l’empreinte spectrale d’hydrogène et d’oxygène hautement ionisé formant la matière de cette toile intergalactique.

Leurs travaux représentent l’observation la plus détaillée à  ce jour de ce à  quoi ressemble la formation intergalactique à  environ quatre milliards d’années-lumière de la Terre. Une année-lumière correspond à  la distance parcourue par la lumière dans le vide en une année, soit 9.460 milliards de km.

Sonder cette vaste toile cosmique sera l’objectif clé du « Cosmic Origins Spectograph » ou COS, un nouvel instrument scientifique que les astronautes de la navette spatiale américaine installeront sur Hubble lors de la dernière mission d’entretien et de réparation prévue début octobre.

« Nous nous attendons à  ce que le COS permette de découvrir considérablement plus de matière baryonique », estime Mike Shull.

« Notre but est de confirmer l’existence de cette toile cosmique en cartographiant ses structures, en mesurant la quantité de métaux lourds qui s’y trouve et les températures, ce qui donnera un éclairage sur la manière dont se sont formées les galaxies au cours du temps », précise cet astronome.

La matière baryonique est formée de protons, de neutrons et d’autres particules sub-atomiques qui forment la matière ordinaire tel l’hydrogène, l’oxygène, l’hélium et les autres éléments lourds. La matière baryonique forme les étoiles, les planètes, les lunes ainsi que la poussière et les gaz interstellaires d’où naissent les étoiles.

Changements climatiques sur Jupiter ?

Vendredi 4 avril 2008

Changements climatiques sur Jupiter ?

© Paul Joseph Watson, Prison Planet
Le 16 novembre 2006

Les humains pourraient-ils être responsables des changements climatiques sur les autres planètes du système solaire, ou le soleil en serait-il le grand responsable ?

Aujourd’hui, Kofi Annan a fortement critiqué les sceptiques du réchauffement climatique comme étant des « déphasés » et des « attardés », mais comment les activités humaines pourraient-elles arrêter les changements climatiques quand toutes les preuves démontrent clairement que le soleil lui-même, et non les activités humaines, réchauffe le système solaire en entier ?

« Le chef de l’O.N.U. a déploré « un manque effrayant de leadership » dans la mise en place des prochaines étapes pour réduire les émissions globales. « Nous devons commencer par être plus courageux politiquement », a-t-il plaidé, exhortant les centaines de délégués des quelque 180 nations membres du Traité sur le Climat de 1992 de l’O.N.U. », a rapporté Forbes.

Mais comment pouvons-nous ignorer le fait que presque la totalité des planètes de notre système solaire éprouve simultanément des changements climatiques et des modèles météorologiques volatils. Ceci ne nous suggère-t-il pas que ces réchauffements climatiques sont un cycle naturel résultant de la nature évolutive du soleil ? Al Gore peut-il nous expliquer ce fait ?

- Spatial.com : le réchauffement de l’atmosphère de pluton intrigue les scientifiques
Dans ce qui semble n’être qu’un renversement des annonces du mois d’aoùt, les astronomes ont révélé, aujourd’hui, que Pluton subissait un réchauffement de son atmosphère mince, même si cette planète s’éloignait du soleil sur son orbite longue et bizarrement formée.

- Spatial.com : une nouvelle tempête sur Jupiter présage des changements climatiques
Les dernières images pourraient fournir des preuves que Jupiter est au beau milieu de changements globaux qui pourraient modifier les températures par plus de 10 degrés fahrenheit sur différentes parties de cette planète.

- Current Science & Technology Center : réchauffement global sur Mars ?
Une étude des calottes glacières sur Mars peut démontrer que la planète rouge éprouve une tendance au réchauffement. Si Mars et la Terre sont en train de subir un réchauffement global, alors il y a peut-être un plus grand phénomène qui est en train de se produire dans le système solaire qui provoque des changements dans leurs climats globaux.

- United Press International : la NASA examine une tempête monstre sur Saturne
La NASA a révélé que son vaisseau spatial Cassini a découvert une tempête ressemblant à  un ouragan au pôle sud de Saturne, d’un diamètre de presque 5000 miles, ou l’équivalent de deux tiers du diamètre de la Terre.

- Science Agogo: réchauffement global détecté sur Triton
Il ne doit pas y avoir beaucoup de pollution industrielle sur la surface de la plus grosse lune de Neptune, néanmoins, les choses se réchauffent. « Au moins depuis 1989, Triton a subi une période de réchauffement climatique », confirme l’astronome James Elliot, professeur aux Sciences terrestres, atmosphériques et planétaires de l’Institut de technologie du Massachusetts. « Concernant le pourcentage, c’est considéré comme une très forte augmentation ».

- Associated Press : une étude révèle que le soleil se réchauffe
Les radiations solaires qui atteignent la Terre sont 0,036 pour-cent plus chaude qu’en 1986, quand l’actuel cycle solaire commençait, a rapporté un chercheur dans une étude qui doit être publiée ce vendredi dans un journal scientifique. La découverte est basée sur une analyse des satellites qui mesurent la température de la lumière solaire.

- London Télégraph : la vérité sur le réchauffement global – le soleil est à  blâmer
Le réchauffement global a finalement été expliqué : la Terre se réchauffe parce que le soleil produit plus de lumière qu’à  n’importe quel moment dans les 1000 dernières années, selon la nouvelle recherche.

La simple réalité est qu’à  travers les âges, la Terre s’est balancée allègrement entre des climats chauds, humides et stables, à  des climats froids, secs et venteux, bien avant que le premier baril de carburant fossile ne brùle. Les changements que nous observons présentement ne sont qu’une simple promenade dans un parc en comparaison des combats que notre planète a pu endurer dans le passé.

Ceci n’est pas une défense pour les cartels pétroliers ou les destructeurs néo-conservateurs, qui auraient toutes les raisons du monde d’ignorer le réchauffement global, qu’il soit fabriqué par l’homme ou pas.

Ce n’est pas, non plus, un démenti des faits que la terre est, présentement et graduellement, en train de se réchauffer, mais comment pouvons-nous réconcilier le réchauffement global qui est en train de se produire dans les lieux les plus éloignés du système solaire avec l’argumentation qu’il puisse être provoqué par l’activité humaine? Les gaz d’échappements de nos voitures ont-ils réussi à  quitter l’atmosphère terrestre et à  se glisser dans un trou noir jusqu’à  Triton?

L’affirmation selon laquelle le réchauffement climatique puisse être fabriqué par l’homme est tellement renforcée d’une manière oppressive dans l’opinion populaire, surtout en Occident, que le simple fait d’exprimer le moindre petit doute à  ce sujet est semblable à  démentir l’holocauste dans certains cas. Le lavage de cerveaux, forgé par l’intermédiaire de la télévision, les journaux et les grands cerveaux de ce monde, est tellement insipide que les sceptiques sur le réchauffement climatique doivent porter une étoile jaune métaphorique et discuter de leurs doutes seulement à  voix basse et dans des cadres conciliants ou être dénoncés, harangués et injuriés par une armée de supposés bienfaiteurs qui croient vertueusement secourir notre bonne vieille terre en recyclant une bouteille de vin ou en mettant leurs papiers dans une boîte à  déchets séparée.

Répandant la peur au sujet d’une fin du monde imminente provoquée par le climat pour aussi s’accaparer les couvertures de nouvelles et les problèmes écologiques importants comme la GM food, la chimère maladive du clonage scientifique et l’usurpation ainsi que les abus des sociétés commerciales comme Monsanto passent inaperçus.

Le réchauffement global est mentionné comme une excuse pour mettre en place un contrôle accru sur les populations et une surveillance sur nos vies quotidiennes, ainsi que les « micropuces » RFID sur nos poubelles, le dépistage par GPS, la taxation au mile, de même qu’un impôt global à  la station service.

L’aile extrémiste du mouvement écologiste, caractérisé par des gens comme le Dr Erik Pianka, avocat d’une réforme massive de l’humanité via des harcèlements et du bioterrorisme sanctionné par les États, afin de « sauver » la terre de la maladie de l’humanité, est semblable aux mesures de contrôle des populations et de génocides des Nazis ; l’establishment écologique a toujours maintenu une proche alliance avec ce genre d’extrémistes.

La religion organisée du réchauffement global et ses conséquences désastreuses pour notre liberté de parole, notre liberté de mouvement et notre droit de demeurer à  l’extérieur du système, doivent être questionnés sur la base fondamentale que le phénomène est dans tout le système solaire et qu’il est principalement provoqué par l’évolution naturelle du soleil et non par les activités humaines.

Mars : son atmosphère se réchauffe aussi !

Vendredi 4 avril 2008

Mars : son atmosphère se réchauffe aussi !

© Par Jean Etienne, Futura-Sciences

Le Pr Lauri Fenton, du Centre de recherche Ames de la Nasa, est formel : la planète Mars, ou plutôt son atmosphère est aussi en pleine phase de réchauffement climatique, pour des causes assez proches de celles que l’on subit actuellement sur Terre.

Selon cette étude, menée conjointement avec l’US Geological Survey, les températures moyennes relevées à  la surface de la Planète rouge s’accroissent quatre fois plus rapidement que sur Terre. Les chercheurs estiment que la température de surface martienne aurait augmenté de quelque 0,65°C entre les années 70 et les années 90, soit depuis l’atterrissage des sondes américaines Viking et des premiers relevés précis. Une des premières conséquences de ce réchauffement a été la diminution des calottes polaires martiennes, venant encore en renfort de ce processus par réduction d’albédo.

La comparaison avec la Terre est aisée. Si une zone couverte de neige fond, sa réflectivité, donc son albédo, diminue en proportion. Ainsi, si la glace qui recouvre l’océan Arctique réfléchit 85% du rayonnement solaire, l’eau n’en renvoie plus que 15%. Le reste est absorbé et contribue à  réchauffer l’océan, ce qui accélère le processus, etc. Le même phénomène est observé sur Mars, à  partir d’autres éléments: les tempêtes soulèvent la poussière qui se dépose sur les calottes en les assombrissant. Leur l’albédo diminue, ce qui entraîne une absorption plus importante du rayonnement solaire. La température du sol augmente encore, la fonte de la glace s’accélère, et ainsi de suite.

Cet effet albédo n’avait jamais été pris en compte jusqu’ici dans l’élaboration des modèles climatiques martiens, mais Lori Fenton et son équipe ont réussi à  démontrer que ces variations de luminosité au sol influencent grandement l’environnement martien et accroissent les vents qui sont à  l’origine de ces variations, cela dans un cercle vicieux rapidement incontrôlable.

Les variations de température ayant servi à  cette étude ont été déterminées sur la base des images thermiques prises par les orbiteurs des deux missions Viking des années 70, et des relevés effectués par Mars Global Surveyor 20 ans plus tard.

Une inconnue cependant demeure. Les chercheurs n’ont encore pu déterminer la cause des nuages de poussière survenus à  partir de 1970, et qui ont déclenché tout le processus de perte d’albédo et de réchauffement global.

Espace: une explosion vieille de 7,5 milliards d’années visible à  l’oeil nu

Mercredi 26 mars 2008

Espace: une explosion vieille de 7,5 milliards d’années visible à  l’oeil nu

© AFP – Mardi 25 mars

supernova 2008

WASHINGTON (AFP) – La Nasa a observé une explosion cosmique si puissante et si lumineuse que ses effets pouvaient être détectés à  l’oeil nu depuis la Terre, bien qu’elle se soit produite il y a 7,5 milliards d’années à  une distance de plus de la moitié de l’univers visible.

« Aucun autre objet connu ou type d’explosion ne peut être aperçu à  l’oeil nu à  une telle distance », soit 7,5 milliards d’années lumière, s’est émerveillé Stephen Holland, un scientifique de la Nasa, cité dans un communiqué de la Nasa publié jeudi.

« Si quelqu’un s’est retrouvé à  regarder au bon endroit, au bon moment, il aura aperçu l’objet le plus éloigné jamais observé à  l’oeil nu sans aide optique », a souligné M. Holland.

Jusqu’à  présent, l’objet le plus distant pouvant être aperçu à  l’oeil nu était la galaxie M33, qui se trouve à  « seulement » 2,9 millions d’années lumière.

Cette explosion, appelée sursaut gamma et détectée par le satellite Swift de la Nasa chargé de les traquer, est l’un des phénomènes les plus violents qui se produise dans l’Univers.

Et le sursaut de mercredi, « balaye tous les sursauts gamma que nous avons vu jusqu’à  présent », a souligné Neil Gehrels, du Goddard Space Flight Center de la Nasa.

Ces phénomènes se produisent en général quand une étoile massive arrive à  court de son combustible nucléaire et s’effondre sur elle-même.

En fonction de sa masse elle peut donner naissance à  un trou noir ou encore une étoile à  neutron et l’effondrement produit ces sursauts d’intenses rayons gamma et éjecte des particules dans l’espace à  une vitesse quasiment égale à  celle de la lumière. En fonçant à  travers des nuages interstellaires, elles illuminent l’espace.

Le satellite Swift a d’ailleurs battu son record de détection de sursauts gamma en un jour: quatre. Et ce record a coïncidé avec le décès la veille d’Arthur C. Clarke, le prolifique auteur de science fiction auteur du livre qui a inspiré Stanley Kubrick pour « 2001, Odyssée de l’espace ».

« La mort d’Arthur C. Clarke semble avoir illuminé l’univers de sursauts gamma », a déclaré Judith Racusin, membre de l’équipe scientifique en charge du satellite Swift.

La Russie et la Chine proposent un traité de désarmement de l’espace

Lundi 25 février 2008

La Russie et la Chine proposent un traité de désarmement de l’espace

chine russie traite desarme

Belle initiative mais ce n’est qu’une illusion.

La « Nouvelle » Face de Mercure

Mercredi 23 janvier 2008

Mercure!

mercure

Effectivement, mercure ressemble beaucoup à  la Lune! Un pas de plus dans la découverte de notre système solaire.

Mercure et l’agence spatiale Européenne

Mardi 22 janvier 2008

Mercure et l’agence spatiale Européenne

news espace jan 08