Archive pour décembre 2009

Joyeux Noël 2009 avec ZLAD

Jeudi 24 décembre 2009

Elektronik – Supersonik

Chuck Norris : ‘’la Vierge Marie aurait avorté avec Obama »

Samedi 19 décembre 2009

Chuck Norris : ‘’la Vierge Marie aurait avorté avec Obama »

Fluctuat.net

Acteur culte des années 80 et star du web avec ses fameux « facts », Chuck Norris est aussi un militant conservateur pur et dur. Dans une chronique qu’il vient de signer, le spécialiste des arts martiaux suggère que la politique pro-avortement de Barack Obama aurait pu conduire la mère de Jésus à pratiquer l’avortement.

« A l’approche de Noël, je me pose une question : que serait-il arrivé si Mère Marie avait bénéficié de la couverture médicale d’Obama ? Si cette jeune femme, pauvre et non assurée avait profité des fonds fédéraux (via l’Obamacare) et des installations (via le planning familial) pour éviter la persécution ridicule et la possible lapidation en raison de sa grossesse hors mariage ? Imaginez toutes les grandes âmes qui auraient été effacées de l’histoire et l’influence sur le genre humain si leurs parents avaient été aussi progressistes que les sages de Washington. Est-ce que l’Obamacare va se muer en Herodcare pour les enfants à naître ? »

Pour rappel, Hérode 1er le Grand, roi de Judée célèbre pour sa cruauté sans limites, est cité dans la Bible pour avoir fait tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem. Ce dans l’espoir de supprimer le « roi des juifs », dont la naissance lui avait été annoncée…

Si l’interprète de Walker Texas Ranger fait bien rire avec les « Chuck Norris Facts » (« Jésus Christ est né en 1940 avant Chuck Norris », « Chuck Norris fait pleurer les oignons », « La force de gravité c’est ce qui fait que la Terre tient sous Chuck Norris », etc.), Chuck Norris le penseur politique, qui soutient le républicain Mike Huckabee et rêve de devenir président du Texas, est en revanche carrément flippant.

Climat – UE et Afrique sont sur la même ligne, dit Sarkozy

Mardi 15 décembre 2009

Climat – UE et Afrique sont sur la même ligne, dit Sarkozy

© Reuters

PARIS, 15 décembre (Reuters) – Nicolas Sarkozy a fait état mardi d’un accord entre l’Union européenne et l’Afrique, à deux jours du sommet sur le climat de Copenhague, où les discussions buttent notamment sur le financement de l’aide aux pays en développement.

Le président français et le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, coordinateur des pays africains, ont diffusé un appel commun « pour un accord ambitieux à Copenhague », à l’issue d’un déjeuner de travail à l’Elysée.

Ce document reprend les objectifs d’une limitation de la hausse des températures à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle et d’une réduction globale des émission de gaz à effet de serre (GES) de 50% d’ici 2050, par rapport à 1990.

Il appelle à la création d’un fonds de 10 milliards de dollars par an pour les années 2010, 2011 et 2012 pour aider les pays les plus pauvres à faire face au réchauffement climatique sans attendre l’entrée en vigueur du futur traité sur le climat.

La France et l’Ethiopie, en tant que représentante de l’Afrique, proposent de consacrer 40% de ce fonds à l’adaptation de l’Afrique et 20% à la lutte contre la déforestation.

Celle-ci sera l’objet mercredi à l’Elysée d’une réunion des dirigeants des 11 pays africains du bassin du Congo, le deuxième massif forestier du monde après la forêt amazonienne.

Le document franco-éthiopien plaide en outre pour un « engagement sérieux sur l’aide publique de long terme en faveur des pays en développement » au-delà de 2012 et pour la mise en place de « mécanismes innovants de financement ».

La France et l’Ethiopie appellent à la création d’une taxe sur les transactions financières internationales, et envisagent la taxation des transports aériens et maritimes.

Elles estiment les besoins de financement à « au moins 50 milliards d’euros » par an d’ici 2015 et à 100 milliards d’euros par an d’ici 2020 – le chiffre retenu par l’Union européenne.

PAS D’ACCORD SANS L’AFRIQUE

Elles souhaitent enfin une « réforme ambitieuse de la gouvernance mondiale » conduisant à la création d’une organisation mondiale de l’environnement.

Pour Nicolas Sarkozy, cet appel commun de la France et du porte-parole des Etats africains à la conférence de Copenhague, prélude au sommet de jeudi et vendredi, montre que l’Afrique et l’Union européenne sont « sur une même ligne politique ».

« L’Europe sera donc aux côtés de l’Afrique », a ajouté le président français. « Il y a un tel enjeu pour la planète, c’est tellement important qu’on réussisse, que l’alliance entre l’Afrique et l’Europe est absolument cruciale. »

Meles Zenawi a rappelé pour sa part que l’Afrique représentait 25% des membres des Nations unies.

« Nous sommes arrivés à une quasi totale compréhension de nos positions respectives », a-t-il déclaré à propos de son entretien avec Nicolas Sarkozy. « Il n’y aura pas d’accord mondial (sur le climat) qui n’inclut pas l’Afrique. »

Nicolas Sarkozy souhaite la constitution d’un front commun de l’Union européenne, de l’Afrique et des grands pays émergents pour amener les pays les plus réticents, en particulier la Chine et les Etats-Unis, à faire des concessions à Copenhague.

Le ministre français de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, défend pour ce faire depuis des mois la mise sur pied d’un plan d’aide massive aux pays les plus pauvres et les plus touchés par le réchauffement climatique, dont ceux d’Afrique.

« Maintenant, c’est le plan africain », a déclaré à l’issue de la conférence de presse Jean-Louis Borloo, qui a rencontré Meles Zenawi à plusieurs reprises à Addis Abeba et a participé au déjeuner de travail de mardi. (Emmanuel Jarry, édité par Gilles Trequesser)

Copenhague : levée de boucliers des pays africains

Mardi 15 décembre 2009

Copenhague : levée de boucliers des pays africains

© Afrik.com

Pour l’Union Africaine, « la mort du protocole de Kyoto constitue la mort de l’Afrique »

L’Union Africaine a produit mardi un document annonçant que les représentants du continent au sommet de Copenhague sur le climat, qui se tient jusqu’au 18 décembre au Danemark, « refusaient de signer l’arrêt de mort du Protocole de Kyoto ». Les cinquante trois pays africains avaient déjà boycotté temporairement lundi les groupes de travail. Ils souhaitaient que la conférence accorde une place plus importante au renouvellement des engagements entrant dans le cadre de ce Protocole, jugé comme étant le plus contraignant pour les pays industrialisés.

La colère monte au sein du groupe Afrique. L’Union Africaine (UA), a estimé mardi que le sommet sur le climat à Copenhague, qui se déroule du 7 au 18 décembre au Danemark, risquait de déboucher sur « l’arrêt de mort du protocole de Kyoto ». « La Convention des Nations Unies sur les Changements Climatiques (UNFCCC) énonce des principes généraux sans aucune clause contraignante, alors que le Protocole de Kyoto constitue, quant à lui, l’instrument juridique qui prévoit les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre », précise un communiqué transmis à l’AFP. Pour l’UA, représentée par le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi nommé « négociateur en chef » pour les 53 Etats membres de l’organisation continentale, « la mort du Protocole de Kyoto constitue la mort de l’Afrique ».

L’Afrique n’a pas dit son dernier mot

Lundi, le groupe Afrique avait brièvement suspendu leur participation aux réunions lors de la conférence sur le climat. Ils estiment que le sommet néglige l’importance du renouvellement des engagements, au-delà de 2012, des pays industrialisés dans le cadre du Protocole de Kyoto.

Ils appellent les USA à rejoindre le Protocole et réclament à l’ensemble des pays industrialisés de réduire de 40% leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020, comme le recommandent les experts du le groupe intergouvernemental d’études sur le climat (GIEC). Pourtant, les Etats-Unis campent sur leurs positions et se montrent toujours hostiles à ce protocole car ils savent que les membres du Congrès américain n’ont jamais voulu le ratifier. Les Européens souhaitent, eux, mettre en place un nouveau cadre qui supprime la distinction entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement.

La présidence danoise dédramatise

Cette prise de position des pays africains a été dédramatisée par la présidence danoise du sommet de Copenhague, Connie Hedegaard. « Ca paraît dramatique mais cela ne l’est pas tant que ça », a-t-elle déclaré sur la chaîne de télévision danoise TV2 News. Elle a prévu, d’ici vendredi, date de clôture des négociations pour un nouvel accord contre le réchauffement, d’autres « mini-crises, car il y a beaucoup d’intérêts en jeu » et « la nervosité est très grande ».

Pour apaiser les tensions, Connie Hedegaard a affirmé que « son but aujourd’hui est d’amener des groupes de ministres à se mettre au travail sur des sujets concrets et difficiles. C’est ce qui importe maintenant », a-t-elle ajouté. Mais elle a également « convenu avec les présidents de groupes que certaines des questions ne pouvaient être résolues et devaient être portées au niveau des ministres ». « Ce qu’on attend, souligne-t-elle, c’est un feu vert pour la mise en place de divers groupes de travail de ministres ».

La Vendée déclenche le plan grand froid niveau « extrême »

Mardi 15 décembre 2009

La Vendée déclenche le plan grand froid niveau « extrême »

© Vendee.fr

En raison des températures exceptionnellement basses, le Département vient de déclencher le plan grand froid. Les capacités d’accueil sont dès à présent mobilisées.

Alors qu’une vague de froid s’est abattue sur la France ces derniers jours, et compte tenu des prévisions météorologiques à 3 jours de Météo France, le Préfet de la Vendée a décidé de déclencher à compter du mardi 15 décembre 2009 et jusqu’à nouvel ordre, le niveau « froid extrême » du dispositif d’accueil, d’hébergement et d’insertion durant l’hiver.

En effet, Météo France vient d’annoncer des températures exceptionnellement basses, négatives le jour et inférieures à –10°C° (ressenties) la nuit. Ces dernières pourraient même atteindre -12°C.

Le déclenchement du niveau 3 du plan (« niveau « extrême ») a pour conséquences le renforcement des patrouilles, l’augmentations des rondes à la recherche des personnes dormant dehors et la mobilisation des capacités d’hébergement.

Sont ainsi prévues l’ouverture de 15 places supplémentaires en Vendée (la Roche sur Yon : 5, Pays des Olonnes : 6, Mortagne sur Sèvre : 4) portant la capacité d’accueil du département à 154 places.

Les mesures sont mises en place selon trois niveaux de vigilance :
Le niveau 1 est activé lorsque la température mesurée en degrés Celsius est positive dans la journée, mais comprise entre zéro et – 5°C la nuit. Le niveau 2 lorsque la température est négative le jour et comprise entre –5°C et –10°C la nuit.
Et le niveau 3, le seuil maximal, correspond à un froid «extrême», lorsque la température est négative le jour et inférieure à –10°C la nuit.

Face à de telles températures, et en raison du fort équipement des Français en chauffage électrique, le Réseau de Transport d’Electricité (RTE) a annoncé que les régions Bretagne et PACA étaient placées en état d’alerte.
RTE a demandé à ses clients de réduire leur consommation, pour éviter d’éventuelles coupures.

La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière

Mardi 15 décembre 2009

La grippe A(H1N1) ne tue pas plus que la grippe saisonnière

© Le Monde

Rien ne permet encore d’affirmer que le décès d’un enfant de 9 ans, le 8 décembre, est lié à sa vaccination quatre jours plus tôt avec le vaccin sans adjuvant Panenza. Dans un communiqué publié samedi 12 décembre, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) indique que « les éléments disponibles ne permettent pas d’établir l’origine » de cette mort, « ni de se prononcer sur le rôle éventuel de la vaccination ». Les résultats de l’autopsie médico-légale ne sont pas encore disponibles et « d’autres investigations sont en cours, notamment des analyses virologiques et bactériennes », ajoute l’Afssaps.

Ce décès encore inexpliqué intervient alors que des études dans différents pays montrent que la grippe A(H1N1) a un taux de mortalité analogue à celui de la grippe saisonnière. L’édition électronique du Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire (InVS), publiée le 10 décembre, fait état d’une létalité « estimée entre 1/1 000 et 1/10 000, comparable à la létalité de la grippe saisonnière ». L’InVS ajoute cependant qu’ »il est difficile de prévoir l’évolution de l’épidémie et du virus dans les mois à venir ». Cette estimation a été réalisée au moment où la France métropolitaine comptait 91 décès dus à la grippe A. Un nombre qui atteint 139 morts au 11 décembre. « La mortalité la plus forte est retrouvée chez les adultes entre 20 et 50 ans », précise l’InVS.

L’analyse conduite par les autorités sanitaires britanniques, et publiée le 10 décembre sur le site du British Medical Journal, fournit un taux de mortalité de 26 décès pour 100 000 cas cliniques de grippe A(H1N1). Ces données ont été calculées sur les 138 décès identifiés comme liés au virus pandémique et les 540 000 cas de grippe A(H1N1) confirmés entre le 1er juin et le 8 novembre 2009. Par comparaison, le taux de mortalité lors de la grippe espagnole de 1918 était de 2 à 3 % et ceux des pandémies de 1957-1958 et de 1967-1968 tournaient autour de 0,2 %.

« Interprétation périlleuse »

Le taux calculé pour le Royaume-Uni est nettement inférieur (de quatre à quarante fois) à celui avancé pour la France, mais l’InVS reconnaît que dans ses données « l’interprétation de la létalité est périlleuse en raison des nombreux biais affectant le numérateur (nombre des décès) et le dénominateur (nombre des cas). »

Aux Etats-Unis, le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) a fourni ses évaluations pour la période allant d’avril au 14 novembre : 9 820 décès liés à la grippe A(H1N1) sur un total de 47 millions de cas, soit un taux de mortalité de 20 pour 100 000 cas, proche des données britanniques.

Partout dans le monde, le pire semble passé, la France faisant exception dans ce paysage sanitaire. L’Organisation mondiale de la santé signale ainsi le 11 décembre qu’ »à l’exception de la France, où les infections de type grippal continuent de croître », ces dernières ont « atteint ou dépassé le pic épidémique dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest ».

Paul Benkimoun

Grippe A(H1N1) : plus de 3.500.000 personnes vaccinées en France

Mardi 15 décembre 2009

Grippe A(H1N1) : plus de 3.500.000 personnes vaccinées en France

© AFP

PARIS — Quelque 3.582.590 personnes ont été vaccinées en France contre la grippe A(H1N1) depuis le début de la campagne de prévention, le 12 novembre, selon les éléments donnés à la presse par les ministères de l’Intérieur et de la Santé, mardi après-midi lors de leur point de presse.

« Entre vendredi matin et lundi soir, nous avons vacciné plus de 500.000 personnes, malgré une activité (des centres) plus réduite les lundis », a précisé le porte parole de l’Intérieur Gérard Gachet.

Le professeur Didier Houssin, directeur de la Santé, a relevé que « dans un nombre important d’hôpitaux, la vaccination des professionnels de santé a bien progressé, puisque certains arrivent maintenant à une couverture vaccinale de leur personnel qui dépasse 50% ».

« On peut dire qu’on est aujourd’hui au-delà des 400.000″ professionnels de santé des hôpitaux vaccinés, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, « 291.000 élèves de collèges et lycées ont été vaccinés par les équipes mobiles » dans leurs établissements, a indiqué M. Gachet, de même que 33.770 Français résidant à l’étranger.

Si le dispositif de la semaine en cours et du week-end prochain seront « identiques » à celui de la semaine et du week-end passés, selon MM. Gachet et Houssin, celui des vacances scolaires de Noël et du jour de l’An est en cours de préparation.

Il sera présenté dès mercredi (16 décembre) lors d’une conférence de presse que les ministres de l’Intérieur Brice Hortefeux et de la Santé Roselyne Bachelot tiendront en commun à 15H30 Place Beauvau, a annoncé M. Gachet.

Rappel de 800′00 vaccins Sanofi Pasteur pour enfants aux Etats-Unis

Mardi 15 décembre 2009

Rappel de 800′00 vaccins Sanofi Pasteur pour enfants aux Etats-Unis

© Romandie.com

Les autorités sanitaires américaines ont décidé de rappeler 800′000 doses de vaccin Sanofi Pasteur destinés à prémunir nourrissons et enfants contre la grippe H1N1. Le laboratoire a découvert que le vaccin a très légèrement perdu en efficacité.

Les lots concernés sont au nombre de quatre et sont destinés aux enfants âgés de six mois à trois ans. Dans une lettre aux pédiatres, les Centres américains de Contrôle des maladies révèlent que ces lots ont perdu de leur efficacité contre le virus après qu’ils aient été envoyés au mois de novembre.

Le rappel concerne 800′000 doses, dont certaines pourraient déjà avoir été administrées. Toujours selon les CDC, la perte d’efficacité du vaccin est « infime ». Les enfants déjà vaccinés avec l’une de ces doses n’auraient donc pas besoin de l’être à nouveau.

Au moment de leur envoi, les lots remplissaient tous les critères requis par les autorités sanitaires fédérales. Leur perte d’efficacité a été constatée après leur distribution lors de contrôles de routine pratiqués par Sanofi Pasteur. Le laboratoire a alors contacté les CDC pour leur faire part de sa découverte. Les doses concernées étaient toutes destinées aux cabinets pédiatriques.
(ats / 15 décembre 2009 22:12)

Photoshop Berlusconi blessé au visage

Lundi 14 décembre 2009

Ouais! Bah ça vous occupe!

berlusconi1

berlusconi-2

berlusconi3

berlusconi-4

berlusconi-5

berlusconi-6

berlusconi-7

berlusconi-8

berlusconi-9

berlusconi10

berlusconi-11

C’est drôle de voir un membre de Propaganda Due se faire taper sur le visage, il ressemble vraiment à un bouffon, il était temps que quelqu’un le ramène sur Terre. C’est un lancé de chaussure réussit pour une fois.

J’adore celle de l’express!

Berlusconi blessé au visage

Dimanche 13 décembre 2009

Berlusconi blessé au visage

Choppez vite les vidéos avec keepvid.com! Et quand elles seront effacées, bombardées les sur youtube et dailymotion, banzaï!