Archive pour juillet 2009

Quand Obama doit prouver qu’il est bien né Américain

Jeudi 30 juillet 2009

Quand Obama doit prouver qu’il est bien né Américain

© L’express.fr

obama-pas-americain

Habitué aux mises en scène médiatiques, Barack Obama ira-t-il jusqu’à entonner le refrain d’un des tubes de Bruce Springsteen, l’un de ses plus grands fans: « Born in the USA, I was born in the USA »?

En effet, la rumeur de campagne électorale devient le sujet de discussion favori de l’aile droite des républicains à l’été 2009: Barack Obama est-il bien né Américain?

On les appelle les « birthers », parce qu’ils doutent du fait que le président des Etats-Unis soit bien né sur le sol américain. Ces « nativistes » estiment que le certificat de naissance (« birth certificate », d’où leur surnom) délivré par les autorités de Hawaï, où il a vu le jour en 1961, est un faux ou, en tout cas, qu’il est insuffisant. Et que Barack Obama serait peut-être né, comme son père, au Kenya.

La question peut sembler anecdotique. Mais contrairement à une autre rumeur portant sur sa prétendue foi musulmane, celle-ci a des implications légales. La Constitution américaine (article 2, section 1, clause 5) interdit aux Américains naturalisés de briguer et d’exercer un mandat présidentiel: seuls les Américains de naissance (« natural born », voir l’encadré) sont éligibles.

Or le président des Etats-Unis est bien né à Honolulu, Hawaï, le 4 août 1961. Une copie scannée de son certificat de naissance a été diffusé sur Internet en juin 2008. Le directeur de la santé à Hawaï, le Dr Chiyome Fukino, répète à l’envi qu’il est bien né à la maternité de l’hôpital Kapiolani d’Honolulu.

Et le groupe non partisan FactCheck.org, qui dépend de l’Université de Pennsylvanie, a passé l’original du document à la loupe avant de conclure à son authenticité l’été dernier.

Un certificat de naissance « curieux »?

Mais une poignée d’irréductibles, comme le commentateur Lou Dobbs ou le fils de Ronald Reagan, Michael Reagan, trouvent ce document « curieux ». Tout ce que le document diffusé sur Internet prouve, selon Lou Dobbs, « c’est que l’original existe à Hawaï ». Insuffisant à ses yeux.

Un pasteur américain tasé et battu par la police américaine

Jeudi 30 juillet 2009

Un pasteur américain tasé et battu par la police

Voir: Tasé et battu par la police, un pasteur américain met son arrestation en ligne

Le Cartel des Banques Internationales est le nouvel ordre mondial

Jeudi 30 juillet 2009

Le Cartel des Banques Internationales est le nouvel ordre mondial

© Wake the Herd, Infowars, Traduction par Desty Nova (Si vous avez une meilleure traduction ou suggestion, N’hésitez absolument pas! Je fais beaucoup de traductions d’occasion)

Ma croyance en l’existence de centres du Nouvel Ordre Mondial autour des activités, actions & écrits des membres de l’élite (principablement Anglo-Américaine) à l’intérieur du cartel des banques internationales – qui comprennent bien sur les familles Rockefeller et Rothschild – durant le dernier siècle.

Ce cartel, à travers la finance des deux Guerres Mondiales; les révolutions de Lénine/Staline et d’Hitler, parmi d’autres; la création du FMI, de la Banque Mondiale et d’autres « banques centrales » privées comme la Réserve Fédérale et la Banque d’Angleterre; autant que leurs organisations de soutien comme les Nations Unies, l’Organisation Mondiale de la Santé, l’Organisation Mondiale du Commerce, n’ont pas cherché qu’à contrôler les ficelles des portes-monnaies des gouvernements mondiaux, mais aussi la politique, les lois et programmes que ces gouvernements et agences mettent en application.

A travers la finance des deux côtés des guerres (La Première et la Deuxième Guerre Mondiale, la Guerre Froide, la Guerre contre les Drogues, la Guerre contre le Terrorisme, etc); leur fabrication de crises financières (la Grande Dépression, et la Grande Dépression à venir) et le financement de mouvements idéologiques (contrôle de la population/eugénisme, féminisme, communisme, fascisme, réchauffement de la planète, etc) le cartel bancaire a cherché à concurrencer la politique, l’économie et la souveraineté des nations à travers le monde. Comme résultat, leur FMI, Banque Mondiale et autres banques centrales proxies ont réussi à endetter massivement nations après nations. Le résultat est qu’ils peuvent manipuler de plus en plus les gouvernements (et les citoyens) de ces nations pour faire avancer un peu plus leur but d’un gouvernement mondial et d’un système bancaire dirigé – par eux et pour eux – au détriment de toute l’humanité.

Selon mon opinion, le Nouvel Ordre Mondial n’est pas une chose juive, ce n’est pas une chose religieuse, et ce n’est pas solennellement une chose monétaire (bien que l’argent est son arme la plus grande). C’est plutôt une chose de contrôle. Son élite bancaire veut être capable de contrôler le globe et tout le monde dedans.

Cependant, comme plein de gens qui ont tenté de démontrer que le Nouvel Ordre Mondial existe l’ont raconté, le nationalisme et les hostilités éthniques et politiques traditionnelles ont handicapé la quête du cartel afin d’instaurer un seul gouvernement mondial. A cause de cela, la Russie, la Chine et autres états renégats comme l’Iran et le Venezuela restent largement à la périphérie du cercle intérieur du NOM. La Russie et la Chine sont des pays trop gros (pas comme l’Irak, l’Afghanistan et Panama) et potentiellement utiles pour la cause afin de les ignorer ou les exterminer. Mais alors que les relations économiques et politiques existent entre les pouvoirs de l’ouest et les deux étrangers; le potentiel d’être en conflit avec la Russie et la Chine en Eurasie ou en Afrique demeure bien réel.

Durant le siècle dernier, les pays et les chefs politiques qui ont refusé de jouer à la balle avec le cartel des banquiers se sont fait botter le derrière. Malheureusement, dans le monde pré-Deuxième Guerre Mondiale, les USA se sont chargés de faire la plupart des bottages de derrière pour le cartel. Et nous sommes en dette et notre constitution ne tient qu’à un fils à cause de cela. Bien sur, nous percevons les moins « étranger » l’Iran et le Venezuela être douillet avec la Russie et la Chine pour qu’ils l’utilisent pour leurs avantages afin de contrarier la tentative du cartel des banquiers de posséder les U.S.A, ou autres forces militaires pro-cartel de s’en emparer.

Mais, tout comme ça l’était durant les Guerres Mondiales et la Guerre Froide, le cartel des banquiers bénéficie si n’importe quel conflit a lieu entre des pouvoirs majeurs ou même dimininués. C’est parce que la guerre – et la dette qui la suit – fait le plus d’argent. Et cela autorise aussi le cartel de se présenter et d’offrir une « solution » pour un futur paisible une fois que les hostilités sont finies, tout comme ils l’ont fait pour les Nations Unies et le Bretton Woods.

Bien sur les Nations Unies, par l’intermédiaire des médias, a largement été dépeint comme étant inefficace jusqu’à ce niveau. Mais cette inefficacité est seulement à la surface. Quand ça vient à contrôler le tiers monde via leur contrôle de la population, et des programmes médicaux et économiques – qui sont remplis de greffes systématiques et de corruptions – le succès de l’ONU a été immense parce qu’ils contrôlent le tiers monde en le gardant dans les chiottes politiques et économiques alors que leurs ressources se font voler par les personnes de l’ONU qui sont supposées les aider.

Mais, alors que l’argent est l’arme la plus puissante du NOM, et le nationalisme et les états-nations traditionnelles et le combat religieux sont dépeints comme une menace majeure pour leur but (ça ne l’est pas bien sur, parce que tel que Smedley Butler a dit « la Guerre est un Racket »). La plus grosse menace pour le Nouvel Ordre Mondial et leurs plans est la croyance en la liberté personnelle et l’auto-détermination politique qui vient avec; qui a largemment découlé des Etats-Unis depuis que nous ne sommes plus des colonies sous le contrôle Britannique.

Cette doctrine – dont toute l’humanité a été inspiré et a rêvé pendant deux siècles – et le futur de ce qu’elle a entraîné est où « Nous les Gens des Etats Unis » vient. Ce que le cartel des banquiers a fait pour les autres nations – écroulement économique manigancé via leurs tueurs à gage économiques et leurs chacals de Wall Street – se passe maintenant aussi aux USA. Notre économie est systématiquement détruite par des dettes précédentes via la Réserve Fédérale privée. Le but – tout comme ça l’était dans des pays qui refusèrent de céder à un gouvernement mondial – est de complètement détruire l’économie des USA. Puis – à travers le carnage économique et le malaise civil qui suivra l’effondrement – ils installeront un gouvernement dictatorial qui, dans le cas des Etats Unis, la Constitution et la Déclaration des Droits n’existeront plus.

Vous pouvez maintenant voir à travers les médias comment n’importe qui qui questionne le gouvernement et leurs politiques sont dépeints comme étant de potentiels terroristes. Le Department of Homeland Security a étiqueté les citoyens à la gauche et à la droite du spectre politique en tant que des menaces. Le Département de la Défense a dit que la protestation est du terrorisme. Les opposants au système de la Réserve Fédérale sont étiquetés comme des extrèmistes ou des excentriques. Et la législation qui a pour but d’exposer l’agenda est ignorée, malgré son support incroyable à Capitol Hill et Main Street. Et encore une fois, tout comme ils l’ont fait avec le stimuli – le cartel des banquiers s’engage dans un terrorisme économique – promettant un effrondement économique total si une audition ouverte de la Réserve Fédérale a lieu.

Depuis le Patriot Act I et II, le Military Commissions Act, le John Warner Defense Authorization Act – jusqu’aux Crimes de Haine, droits Cap and Trade and Cyber Security au crongrès – le cartel des banquiers et leurs prostitués politiques à Washington D.C. et n’importe ou dans notre nation cherchent à détruire notre doctrine fondatrice et nous mettre sous le pouce du gouvernement le plus contrôlé, oppressif, et lourdement taxé de l’histoire Américaine.

Le but à long terme du cartel des banques et de leurs agents dans les entreprises et des prostitués du gouvernement des USA est la destruction totale de la République Américaine. Le cartel ne peut pas accomplir son agenda NOM si « Nous les Gens » couront autour en racolant notre Constitution et notre Bill of Rights en tant que phare de la liberté pour toute l’humanité à qui ça inspire.

Le cartel des banques détestent la Constitution. Ils détestent le fait qu’elle dit – Dans l’Article 1, Section 7, que seulement le Congrès a le pouvoir:

« To coin money, regulate the value thereof, and of foreign coin, and fix the standard of weights and measures »

« D’imprimer la monnaie, et par conséquence de réguler sa valeur, et celle des monnaies étrangères, et fixer le standard du poids et des mesures. »

Le cartel des banques déteste le 1er Amendement:

« Congress shall make no law respecting an establishment of religion, or prohibiting the free exercise thereof; or abridging the freedom of speech, or of the press; or the right of the people peaceably to assemble, and to petition the government for a redress of grievances. »

« Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’assembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs. »

Ils détestent le 2è Amendement:

« A well regulated militia, being necessary to the security of a free state, the right of the people to keep and bear arms, shall not be infringed. »

« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

Ils détestent le 4è Amendement:

« The right of the people to be secure in their persons, houses, papers, and effects, against unreasonable searches and seizures, shall not be violated, and no warrants shall issue, but upon probable cause, supported by oath or affirmation, and particularly describing the place to be searched, and the persons or things to be seized. »

« Les arrestations et perquisitions ne peuvent avoir lieu sans mandat. »

Ils détestent le 9è Amendement:

« The enumeration in the Constitution, of certain rights, shall not be construed to deny or disparage others retained by the people. »

« L’énumération des droits dans les amendements précédents ne doit pas être interprétée comme niant l’existence d’autres droits. »

Ils détestent le 10è Amendement:

« The powers not delegated to the United States by the Constitution, nor prohibited by it to the states, are reserved to the states respectively, or to the people. »

« Les pouvoirs qui ne sont pas conférés aux États-Unis par la Constitution appartiennent aux États respectifs, ou au peuple. »

Et ils détesteraient vraiment si nous supprimions le 16è Amendement, qui est d’une manière le seul amendement qu’ils aiment:

« The Congress shall have power to lay and collect taxes on incomes, from whatever source derived, without apportionment among the several states, and without regard to any census or enumeration. »

« L’État fédéral peut lever un impôt sur le revenu. »

Le cartel des banques déteste la Constitution et ceux qui croient en elle, parce que nous sommes ensemble en opposition directe à n’importe quoi qu’ils cherchent aux Etats Unis et dans le monde entier. Et ils détestent que pendant plus de 200 ans, chaque êtres humains ont cherché à être libre et à avoir une meilleure manière de vivre pour eux, leurs familles, et ses pays respectifs ont vu la République Américaine et notre doctrine et rêve qu’un jour qu’eux aussi puissent apporter « la vie, la liberté, et la poursuite du bonheur » à leurs endroits du monde.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, l’ancien président de la Réserve Fédérale Alan Greenspan a récemment dit à la télévision nationale que la Réserve Fédérale est au dessus de la loi et qu’elle n’a pas de compte à rendre à personne, y comprit le Congrès.

Il l’a dit, sur la TV nationale, tout comme le président Etats Uniens de la Second National Bank, Nicholas Biddle l’a écrit dans les années 1830 (Les pages suivantes viennent directement du livre de Arthur Schlesinger, « The Age of Jackson »)

age-of-jackson

La Fed n’est pas au dessus de la loi. Personne aux USA n’est au dessus de la loi. Et ce sera de la part de « Nous les Gens » de restaurer les règles de la loi à notre terre et de punir Alan Greenspan, Ben Bernanke, et le reste du cartel des banques et les salopards politiques qui ont amené les Etats Unis au seuil de la ruine financière.

Tel que Gerald Celente l’a dit:

« Le combat que ce pays a fait face depuis son origine est d’empêcher les banques centrales de prendre le contrôle du pays. »

Thomas Jefferson a prevenu à propos du malin de la banque centrale en 1791:

« If the American People allow private banks to control the issuance of their currency, first by inflation and then by deflation, the banks and corporations that will grow up around them will deprive the People of all their Property until their Children will wake up homeless on the continent their Fathers conquered. »

« Si le peuple Américain autorise des banques privées à prendre le contrôle de la production de sa monnaie, premièrement par l’inflation puis par la déflation, les banques et les entreprises qui vont grandir avec elles priveront les Gens de leurs propriétés jusqu’à ce que leurs Enfants se réveilleront sans foyers sur le continent que leurs Pères ont conqui ».

D’après moi, les banquiers centraux – à la fois aux USA et à l’étranger – sont le Nouvel Ordre Mondial. Ils commencèrent leurs troisième conquête de prendre le contrôle de notre nation en 1913. Et à moins qu’ils ne soient arrêtés et que leur Réserve Fédérale privée et criminelle ne soit vérifiée – comme cela nous pouvons exposer au grand jour où chaque et n’importe quel dollar ils ont reçu depuis son origine – ils vont compléter leur prise de contrôle. Si cela arrive, les Etats Unis et le monde s’effondreront dans la période la plus sombre depuis la Grande Dépression/La seconde Guerre Mondiale, où les banquiers ont crashé l’économie mondiale, financé Adolf Hitler et amené le monde vers la guerre la plus mortelle, et pour eux, la plus profitable de l’histoire du monde.

Qu’est ce qu’Andrew Jackson ferait?

NOTES: Merci à wikipedia pour la traduction des Amendements. L’article original est remplit de sources et de liens en tout genre que vous ne trouverez pas dans cet article car ils amènent à des sources anglaises principalement. Cet article n’est pas parfait mais il explique des choses basiques et importantes pour mieux comprendre la situation financière mondiale. Vous trouverez sur le web bien plus d’informations sur la Réserve Fédérale et ceux qui la possèdent.

Pour tous ceux qui ont été ruiné par l’éducation nationale

Jeudi 30 juillet 2009

We Don’t Need No Education

Nena 99 Luftballons Summer of the ‘80

Jeudi 30 juillet 2009

WTF le clip.

Rappel: Le Nouvel Ordre Mondial

Mercredi 29 juillet 2009

Rappel: Le Nouvel Ordre Mondial

Vidéo qui date! Une des premières à avoir été mise sur le site, alors je me suis dis, comme c’est encore d’actualité, pourquoi pas refaire un cycle.

Le Cercle de l’Oratoire

Mercredi 29 juillet 2009

Le Cercle de l’Oratoire

© SYTI

Le « Cercle de l’Oratoire » est un think tank français atlantiste et néoconservateur fondé en 2001, à la suite des attentats du 11 septembre. Il se réunit dans une salle du temple protestant de la rue de l’Oratoire à Paris, d’où son nom.

Proche du PNAC (Project for a New American Century, le think tank néo-conservateur dont étaient issus les principaux membres de l’administration Bush), son but est de défendre la politique américaine auprès de l’opinion publique, le plus grand danger selon eux étant l’islamisme qu’ils qualifient « d’islamo-fascisme » ou de « fascisme vert ».

Le Cercle de l’Oratoire a bien entendu soutenu l’invasion de l’Irak, et il assimile clairement l’anti-sionisme à de l’antisémitisme.

Depuis 2006, il publie une revue intitulée « le meilleur des mondes » (éditée par les éditions Denoël).

Ses principaux membres sont:
- Michel Taubmann, directeur du service Info d’Arte-Paris
- Florence Taubmann, vice-présidente d’«Amitié judéo-chrétienne»
- Bernard Kouchner, ministre de gauche puis de droite, fondateur de Médecins du Monde
- Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo, récemment nommé directeur de France Inter
- André Glucksmann, philosophe et essayiste
- Pascal Bruckner, essayiste
- Romain Goupil, cinéaste
- Olivier Rolin, écrivain
- Marc Weitzmann, écrivain
- Antoine Vitkine, journaliste pour Arte
- Élisabeth Schemla, fondatrice du site proche-orient.info
- Jean-Luc Mouton, directeur de l’hebdomadaire protestant Réforme
- Thérèse Delpech, directrice des affaires stratégiques au Commissariat à l’énergie atomique
- Antoine Basbous, directeur de l’Observatoire des pays arabes
- Frédéric Encel, géopoliticien, spécialiste du Proche-Orient
- Cécilia Gabizon, journaliste, spécialiste des questions de l’islam au Figaro
- Mohammed Abdi, secrétaire général de l’association « Ni Putes Ni Soumises »
- Jacky Mamou, ex-président de Médecins du Monde

D’autres personnalités n’en sont pas membres mais en sont néanmoins proches en soutenant des pétitions ou des meetings organisés par le Cercle de l’Oratoire. On peut citer notamment Bernard-Henri Lévy, Alexandre Adler, Guy Sorman, et Alain Finkielkraut.

Comme on le voit, le « Cercle » est constitué d’habitués des plateaux TV et du rayon politique/actualité des librairies, toujours là lorsqu’il s’agit de dire au « public » ce qu’il doit penser, tout particulièrement lorsqu’il s’agit des Etats-Unis, d’Israel, de l’Islam et du Proche-Orient en général…

On doit notamment aux gens du « Cercle » la diffusion sur Arte d’un pur documentaire de propagande contre ceux qui osent mettent en doute la thèse officielle du 11 septembre.

On y retrouve l’inévitable Alexandre Adler, ainsi que Philippe Val dans le débat qui avait suivi la diffusion…

Voici un démontage point par point des méthodes de désinformation utilisées dans ce ce documentaire:

Le documentaire d’Arte, « Le grand complot »:
1ère partie | 2è partie | 3è partie

Le débat sur Arte:
1ère partie | 2è partie

Pour Bernard Debré, la grippe A est une « grippette »

Lundi 27 juillet 2009

Pour Bernard Debré, la grippe A est une « grippette »

© Le Monde

Le professeur de médecine et député UMP Bernard Debré affirme que la grippe A (H1N1) « n’est pas dangereuse » et que la mobilisation contre la pandémie « ne sert qu’à nous faire peur », dans une interview, parue dimanche 26 juillet dans le Journal du Dimanche. « Cette grippe n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie ! », déclare M. Debré.

« Tout ce que nous faisons ne sert qu’à nous faire peur », ajoute-t-il. « Oui, cette grippe fuse très vite. Et après ? Un malade en contamine deux ou trois, contre un pour une grippe classique. Mais cela reste une ‘grippette’, ce n’est ni Ebola, ni Marburg », souligne-t-il. Selon Bernard Debré, « sans le dire, les pouvoirs publics ont déjà commencé à réduire la voilure. Les malades, dont on ne vérifie d’ailleurs plus s’ils ont attrapé le H1N1 ou un simple rhume de cerveau, sont désormais invités à prendre du paracétamol », relève-t-il.

« SURMÉDIATISATION POLITIQUE »

Selon lui, les gouvernements « n’avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre », après que l’organisation mondiale de la santé (OMS) eut, « de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition ». Mais il leur « reproche d’avoir ensuite succombé à une surmédiatisation politique de cet événement. » « Il y a 800 cas répertoriés en France. C’est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ? », ironise-t-il.

« On aurait dû annoncer clairement la couleur : nous sommes dans le cadre d’un exercice grandeur nature. Point à la ligne. Il est inutile d’affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous », déclare encore le M. Debré qui précise qu’il « n’accuse pas » la ministre de la santé Roselyne Bachelot. Il estime qu’en France « les vaccins ne seront pas prêts avant le 15 novembre », c’est-à-dire « lorsque le premier pic de contamination sera passé ».

« Bien sûr, ce virus peut muter et devenir virulent. Pour l’instant ce n’est pas l’avis exprimé par la majorité des virologues… Admettons que le pire se produise. Est-on certain que les vaccins commandés seront efficaces ? Non », tranche M. Debré, qui qualifie d’ »erreur économique » la commande française ferme de 100 millions de vaccins. « Il fallait laisser les laboratoires développer leurs produits et ensuite acheter en fonction de nos besoins », explique-t-il. « Ce qui me paraît plus grave, conclut le médecin, c’est que l’on a réquisitionné des lits d’hôpital et des ambulances pour rien, faisant perdre des chances et du temps à d’autres malades. »

Rockin Squat à Skyrock Juillet 2009

Lundi 27 juillet 2009

Rockin Squat à Skyrock Juillet 2009

Benoît XVI veut une réforme de l’ONU et une « autorité politique mondiale »

Dimanche 26 juillet 2009

Benoît XVI veut une réforme de l’ONU et une « autorité politique mondiale »

© AFP

CITE DU VATICAN (AFP) — Le pape Benoît XVI réclame la création d’une « autorité politique mondiale » pour « assainir les économies frappées par la crise » et souligne l’urgence d’une réforme de l’ONU, dans sa première encyclique sociale publiée mardi.

Le souverain pontife insiste sur « l?urgence de la réforme de l?Organisation des Nations Unies comme celle de l?architecture économique et financière internationale » dans ce texte de 150 pages intitulé « Caritas in veritate » qui fait le tour des questions posées à la société actuelle.

« Face au développement irrésistible de l?interdépendance mondiale, et alors que nous sommes en présence d?une récession également mondiale, l?urgence de la réforme de l?Organisation des Nations Unies comme celle de l?architecture économique et financière internationale (…) trouve un large écho », écrit Benoît XVI.

« Pour gouverner l’économie mondiale, assainir les économies frappées par la crise, prévenir son aggravation et de plus grands déséquilibres », il « est urgent que soit mise en place une véritable +Autorité politique mondiale+ », indique-t-il dans cette communication aux évêques et, par leur intermédiaire, à l’ensemble des catholiques.

Cette instance, qui constituerait « un degré supérieur d’organisation à l’échelle internationale de type subsidiaire pour la gouvernance de la mondialisation », devrait aussi « procéder à un souhaitable désarmement intégral, parvenir à la sécurité alimentaire, assurer la protection de l’environnement et réguler les flux migratoires », estime-t-il.

Elle devrait, affirme Benoît XVI « être réglée par le droit, se conformer de manière cohérente aux principes de subsidiarité et de solidarité (et) être ordonnée à la réalisation du bien commun ».

Il faudrait également qu’elle soit « reconnue par tous » et « jouisse d’un pouvoir effectif pour assurer à chacun la sécurité, le respect de la justice et des droits ».

Elle possèderait enfin « la faculté de faire respecter ses décisions par les différentes parties », de même que « les mesures coordonnées adoptées par les divers forums internationaux ».

Dans son encyclique, le pape dénonce l’idée d’un contrôle des naissances qui va jusqu’à « imposer l’avortement ».

« Considérer l?augmentation de la population comme la cause première du sous-développement est incorrect, même du point de vue économique », écrit le pape défendant une nouvelle fois la conception chrétienne de la famille et de la procréation.

« Il suffit de penser d?une part à l?importante diminution de la mortalité infantile et à l?allongement moyen de la vie qu?on enregistre dans les pays économiquement développés, et d?autre part, aux signes de crises qu?on relève dans les sociétés où l?on enregistre une baisse préoccupante de la natalité », poursuit Benoît XVI.

Il appelle dans ce contexte à une « procréation responsable qui constitue, entre autres, une contribution efficace au développement humain intégral » et où la sexualité ne peut pas se réduire « à un pur fait hédoniste et ludique ».