Archive pour mai 2008

Exclusif Ciel et Espace : Une exoplanète de moins de 3 masses terrestres détectée

Samedi 31 mai 2008

Exclusif Ciel et Espace : Une exoplanète de moins de 3 masses terrestres détectée

© Ciel & Espace

exoplanete

C’est la plus petite des exoplanètes connues à  ce jour. Avec moins de 3 masses terrestres, celle-ci a été décelée à  l’été 2007 par la méthode des «microlentilles», qui consiste à  repérer une étoile et son éventuelle planète grâce à  la lumière d’une autre étoile située en arrière-plan. Mais il a fallu de longs mois de travail à  l’équipe internationale de chercheurs dirigée par David Bennett, de l’Université de Notre-Dame (Indiana, États-Unis) pour en déterminer les caractéristiques. Et surtout, pour vérifier la solidité de la découverte. Malgré les marges d’incertitude inhérentes à  cette méthode, le record précédent, qui était de 5 masses terrestres, est aujourd’hui battu.
MOA-2007-BLG-192-Lb, c’est son nom, est très probablement une planète solide. Elle tourne autour d’une étoile située très loin de nous, à  3 500 années-lumière dans la constellation du Sagittaire, en direction du centre de notre galaxie. Elle séparée de son étoile par environ 0,8 unités astronomiques – soit à  peu près la distance Soleil-Vénus – et boucle une révolution autour de celle-ci en trois ans environ. «Les estimations montrent que la masse de l’étoile est à  peu près de 0,06 fois celle du Soleil. C’est soit une naine brune, soit une étoile classique de faible masse», précise Pascal Fouqué, chercheur à  l’observatoire Midi-Pyrénées, qui a participé à  l’analyse des données. Ce n’est donc pas une étoile comparable au Soleil, et la lumière qu’elle émet est beaucoup plus faible. Conséquence : sur la planète, la température est en théorie glaciale : -250°C environ ! Ce n’est donc pas une Terre. «À moins que son atmosphère soit constituée d’un gaz comme par exemple l’hydrogène moléculaire, capable par effet de serre de retenir la chaleur interne de la planète…» imagine Pascal Fouqué. Une hypothèse parmi d’autres, mais on se prend à  rêver…

Le président iranien se rendra mardi en Italie

Samedi 31 mai 2008

Le président iranien se rendra mardi en Italie

© IRIB

IRIB- Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, se rendra mardi, 3 juin, à  Rome en Italie pour une visite de travail et en vue de participer au sommet de la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), a rapporté FarsNews. L’Iran est membre de la FAO depuis le 1er décembre 1952 et depuis 1992, près de 90 projets de cette organisation onusienne, dont l’élaboration du de la stratégie du développement durable en matière agricole, ont été réalisés dans le pays.

La fin du monde à  cause des extraterrestres ?

Samedi 31 mai 2008

La fin du monde à  cause des extraterrestres ?

Source: Quebecjeunes.com. Une version de la réalité extraterrestre différente!

Sommes-nous une menace nucléaire envers les extraterrestres. Si oui, Pourquoi? Connaitrons-nous réellement la réponse un jour?

Pourquoi 2008 ? Un indice pour y répondre. Si nous découpons la période qui nous sépare de 1945, année de la première explosion nucléaire, en cycles de sept ans, nous constatons des faits remarquables. Les années 52, 59, 66, 73, 80, 87, 94, 01 comportent toutes un événement important liant les ovnis et la puissance militaire américaine. Les événements ci-dessous ne sont pas exhaustifs et chacun pourrait compléter cette liste :

1945 : Première explosion nucléaire / Plan Charioteer.
1952 : Survols d’ovnis au « Carrousel de Washington » / La CIA enquête sur la menace sur demande du NSC / Explosion de la première bombe H américaine / Projet Sign transformé en Projet Grudge (« rancœur »).
1959 : Début des abductions / Début des contactés.
1960 : Début du programme Apollo / Déploiement des abductions et hybridations.
1973 : Mind Control opérationnel / mise en œuvre du Traité de Non-Prolifération atomique.
1980 : Développement spectaculaire des technologies / Alerte générale de la défense aérienne russe pour le survol de Moscou par un énorme vaisseau.
1986 : Explosion de Tchernobyl (survol d’ovni) / Déclaration de Reagan à  l’ONU sur l’ennemi de l’espace / Déclaration russe (Gorbatchev / Chevarnaze) de l’entente USA-URSS en cas de menace extraterrestre / Début des tests opérationnels d’armes laser aux USA et en Russie.
1994 : Mise en place de la National Missile Defense / Programme de la Guerre des Etoiles. / Affaire de l’autopsie de Roswell / Relance de l’affaire Roswell par l’hypothèse des ballons Mogul / Enquête du GAO (General Accounting Office) sur Roswell.
2001 : Attaques des tours du World Trade Center / Attaque du Pentagone / Vague de contacts psychiques avec Extra-Terrestres / Tests probants d’armes laser testées dans l’espace.
2008 : Confrontations humains / Extra Terrestres ? Une guerre de quatre ans jusqu’en 2012 donnera-t-elle raison aux prophéties ?

L’année 2008 pourrait être le début d’un affrontement entre au moins deux races de la galaxie. Qui la déclenchera ? Les humains ? Ou les Extra-terrestres jusqu’alors pacifiques ? Quelle en sera l’issue ? Autant de questions que seule une prise de conscience planétaire pourrait résoudre par la voie diplomatique au service de la Paix Mondiale. Mais qui prendra ce flambeau ? Vers qui se tourneront les regards ? Qui seront les nouveaux diplomates humains pour négocier avec les visiteurs de l’espace ? Qu’y a-t-il à  négocier ? Pourquoi tant de mystères? Croire ou pas? Mythe ou réalité? Qui sait!

Recherche et édition Web: Christopher Cyr, Joseph Nached

Tom Cruise lance son propre site Internet

Samedi 31 mai 2008

Tom Cruise lance son propre site Internet

© Matin.qc.ca

Après avoir été souvent ridiculisé ou critiqué par les médias et dans Internet, Tom Cruise tente de redorer son blason. Le comédien vient de lancer son propre site Web.

En juin 2005, Cruise avait crié son amour pour Katie Holmes en bondissant sur un sofa à  l’émission d’Oprah Winfrey. Cet incident marquait le début de la descente aux enfers médiatique de l’acteur. Il s’était fait ridiculiser. Cruise fait d’ailleurs allusion à  cette histoire sur son site Internet. Plus tôt cette année, des vidéos du comédien vantant les mérites de l’Église de Scientologie avaient également suscité de nombreuses parodies.

Le site de Cruise est assez semblable à  ceux d’autres stars. On y trouve «un message de Tom», une biographie et de belles photos. «J’ai créé ce site pour vous remercier de faire ce voyage avec moi et vous inviter à  explorer l’avenir», écrit-il.

Il souligne également le 25e anniversaire de la sortie du film «Risky Business», qui marquait son premier grand rôle. Une vidéo du Museum of the Moving Image rend aussi hommage à  sa carrière.

«J’espère que ce site vous permettra de partager le plaisir que j’éprouve à  faire des films : du travail accompli lors de la rédaction du scénario au moment où l’on prend place dans une salle obscure», dit-il.

Site Internet de Tom Cruise:
http://www.tomcruise.com

Source : USA Today.

Quand les sarkozystes serrent les rangs, la contestation s’organise à  l’UMP

Samedi 31 mai 2008

« Il ne faut pas voir dans ces réunions des complots, des sous-groupes ou des conseils des ministres restreints »

© AP, NouvelObs

Face aux couacs au sein de la majorité et à  une impopularité persistante, les sarkozystes serrent les rangs, via la constitution autour du chef de l’Etat d’une petite équipe de ministres fidèles. Mais la contestation s’organise au sein de l’UMP autour de Patrick Devedjian et de Jean-François Copé, à  la faveur du débat sur les 35 heures.

Bien que rappelé brutalement à  l’ordre par Nicolas Sarkozy et par le ministre du Travail Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP a enfoncé le clou mercredi sur la question de la durée légale du travail.

Patrick Devedjian a réaffirmé qu’il souhaitait « un paquet social négociable entreprise par entreprise, notamment sur la durée légale du travail ». Des propos qui sortent clairement de la ligne élyséenne: lors du conseil des ministres, le chef de l’Etat a confirmé « qu’il n’était pas question de supprimer la durée légale du travail », fixée à  35 heures.

Mais pour Patrick Devedjian, « c’est un débat » et « c’est le rôle de l’UMP de l’ouvrir ». Quant à  Xavier Bertrand, il « est dans son rôle de ministre. Il apporte des nuances, il est pour des allégements, des assouplissements ».

Violemment critiqué après les municipales et désormais solidement encadré à  la tête du parti majoritaire par deux fidèles du chef de l’Etat, Xavier Bertrand et Nathalie Kosciusko-Morizet, Patrick Devedjian s’attire ainsi les faveurs d’une partie du groupe UMP sur cette question hautement symbolique des 35 heures, et se paie le luxe d’apparaître comme plus audacieux dans les réformes que le gouvernement.

« La vocation » de l’UMP, « c’est d’être en avant du gouvernement, d’ouvrir, de déminer des débats », a-t-il d’ailleurs plaidé. Et de lancer, un brin insolent: « sortir des 35 heures est un engagement de campagne électorale du président de la République ». Nicolas Sarkozy « les tient ses engagements, mais nous voulons que cela aille un peu plus vite ».

Et il n’est pas seul sur cette ligne contestatrice. Il a reçu le soutien du président du groupe UMP à  l’Assemblée nationale Jean-François Copé, lui-même plus très en cour à  l’Elysée depuis le fiasco du projet de loi sur les OGM. « Patrick, sur ce sujet, n’est pas seul. Je crois que chacun peut l’avoir en tête », a-t-il prévenu mardi. « Beaucoup de nos amis députés, au sein du groupe UMP, sont effectivement très allants sur ce sujet ».

Pour le reste, « j’ai compris que nous avions vocation à  être les aiguillons, à  apporter des idées nouvelles », a noté M. Copé. Dès lors, « à  chaque fois qu’un responsable de la majorité fait une proposition, il ne faut pas qu’il prenne tout de suite un démenti. Sinon, c’est triste ».

Une pierre jetée dans le jardin de Xavier Bertrand, dont l’influence à  l’Elysée fait de l’ombre au Premier ministre François Fillon. Le ministre du Travail s’est d’ailleurs chargé de rabrouer Patrick Devedjian lundi, Nicolas Sarkozy se contentant de lâcher un cinglant: « Référez-vous à  ce qu’a dit Xavier Bertrand. Comme toujours, il a bien parlé ».

Et c’est en l’absence de François Fillon qu’un petit groupe de sept ministres, dont Xavier Bertrand, s’est réuni jeudi dernier autour du chef de l’Etat. « On va se retrouver toutes les semaines », a confirmé mercredi la secrétaire d’Etat à  la Famille Nadine Morano, qui participait à  cette rencontre.

« Il ne faut pas voir dans ces réunions des complots, des sous-groupes ou des conseils des ministres restreints », a-t-elle juré. « Il n’y a pas un groupe privilégié, qui serait un conseil des ministres bis », a insisté, sur le même ton, le porte-parole du gouvernement Luc Chatel. Simplement, « nous sommes ses proches depuis longtemps » et Nicolas Sarkozy « a envie d’avoir des réunions d’analyse politique », a expliqué Mme Morano.

François Fillon a tout de même tenu à  revenir sur ses relations de travail avec Nicolas Sarkozy, avec qui il « passe à  peu près la moitié de (s)on temps à  débattre », comme il l’a expliqué sur France-2. Quant à  sa mise à  l’écart décrite par la presse, « c’est une vision qui n’appartient qu’aux observateurs ».

Reste que ces réunions interviennent alors que François Fillon a été chargé ces dernières semaines de nombreux déplacements à  l’étranger quand Nicolas Sarkozy, lui, faisait un retour en force sur la scène intérieure en multipliant les déplacements. AP

Hugo Chavez met en garde contre les machinations américaines

Samedi 31 mai 2008

Hugo Chavez met en garde contre les machinations américaines

© IRIB

Le président vénézuélien a mis en garde contre les démarches divisionnistes de Washington dans son pays. « Soutenue par l’administration Bush, l’opposition vénézuélienne sème la discorde parmi le peuple », a déclaré Hugo Chavez, avant d’ajouter que le peuple vénézuélien déjouera avec vigilance les complots américains. « L’administration Bush et l’opposition cherchent à  embraser les Etats de Tachira et de Zulia, par des attentats à  la bombe, et les opérations menées par leurs sbires. », a réitéré Hugo Chavez.

Pétition européenne contre les OGM

Samedi 31 mai 2008

Pétition européenne contre les OGM

© Greenpeace (?!), Alter Info

ogm

€”¹Â€”¹Â€”¹Fin octobre, le Commissaire européen à  l’Environnement, Stavros Dimas, s’est courageusement opposé aux grandes compagnies de l’agro-alimentaire en proposant l’interdiction de la culture de deux maïs OGM (le Bt11 et le 1507) développés par les firmes Syngenta et Pioneer/Dow.

Des scientifiques ont en effet démontré que la culture de ces OGM censés combattre des insectes nuisibles au maïs pouvait avoir des conséquences graves, notamment sur des insectes non nuisibles du maïs, comme le papillon monarque ou sur des organismes non ciblés comme des oiseaux.

Récemment, il a également été prouvé que les écosystèmes aquatiques pouvaient aussi être affectés.

€”¹Â€”¹Â€”¹Si la proposition de Dimas était adoptée, il s’agirait d’un véritable tournant… Très favorable aux OGM, la Commission a jusqu’à  présent toujours donné son feu vert aux demandes d’autorisation d’OGM. Et les autres Commissaires européens, par peur de froisser les puissants intérêts pro-OGM, notamment américains, risquent de s’opposer à  l’initiative courageuse de Stavros Dimas.

Mais celui-ci vient de confirmer publiquement sa position : « Le risque est trop élevé pour l’environnement selon plusieurs études scientifiques récentes, a indiqué M. Dimas à  Bruxelles le 22 novembre. J’envisage de donner un avis négatif pour la demande d’autorisation. »

Il faut absolument soutenir la position prise par Stravros Dimas, qui, si elle est adoptée par la Commission européenne, sera le premier rejet d’OGM dans l’histoire de la Commission européenne et représentera un pas décisif pour une Europe sans OGM.

Une mobilisation massive est nécessaire pour cette opportunité historique !

Cap sur les 100.000 signatures !

Le plus grand nombre possible d’Européens doivent interpeller la Commission européenne pour que la santé publique et l’environnement priment sur les intérêts de quelques multinationales et que les maïs Bt11 et 1507 ne soient pas autorisés.

Signez et faites signer la pétition à  destination de Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, et aux Commissaires Dimas, Kyprianou (consommateurs), Fischer-Boel (agriculture) et Barrot (transports).

Plus de 75.000 européens l’ont déjà  signée en quelques semaines, dont 10.000 en France…

La pétition française s’adresse également à  Jacques Barrot, Commissaire européen aux transports, car il votera également sur la proposition de Stravros Dimas et doit tenir compte de l’avis des citoyens français et de la nouvelle ligne politique française sur les OGM à  l’issue du Grenelle de l’environnement.

€”¹Â€”¹Â€”¹Â€”¹Signez la pétition :
http://write-a-letter.greenpeace.org/332

Pour saisir cette opportunité historique, faites circuler cette pétition dans tous vos réseaux…

La 4ème Flotte américaine dans les eaux vénézuéliennes

Samedi 31 mai 2008

De la 2ème Guerre Mondiale à  aujourd’hui

© Mondialisation.ca

Avec les rodomontades des Etats-Unis en direction du Venezuela qui ont désormais atteint un sommet, le Pentagone a décidé de réactiver la quatrième flotte de la Navy dans les Caraïbes, l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud.

C’est une manœuvre audacieuse et elle a déjà  fait naître la controverse au sein de la région au sens large.

Cette flotte, qui commencera à  patrouiller en juillet, sera basée à  la Station Navale de Mayport, à  Jacksonville en Floride, et répondra au Commandement méridional des Etats-Unis à  Miami. Le contre-amiral Joseph Keran, chef actuel du Commandement Naval des Conflits Spéciaux [Naval Special Warfare Command], supervisera les opérations. 11 vaisseaux sont actuellement placés sous le Southern Command, un chiffre qui pourrait augmenter dans le futur. La Navy prévoit d’assigner un porte-avions à  propulsion nucléaire, le USS George Washington, à  cette force.

Il est difficile de voir comment la restauration de la quatrième flotte est actuellement justifiée. Cette manœuvre n’a servi qu’à  s’opposer un peu plus au président du Venezuela Hugo Chavez, déjà  énervé par la violation de l’espace aérien vénézuélien ce week-end par des avions de l’US Navy. Sur le long-terme, les rodomontades du Pentagone pourraient encourager les armées sud-américaines à  affirmer une plus grande indépendance vis-à -vis de Washington, une tendance qui est déjà  bien avancée.

Réagissant avec colère à  l’annonce de la Navy, Chavez a déclaré : « Ils ne nous font pas peur le moins du monde ». Chavez a fait remarquer « en compagnie du Brésil, nous étudions la création d’un Conseil de Défense Sud-Américain » qui défendrait l’Amérique du Sud contre les interventions étrangères. « Si une Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) existe », a posé comme postulat le dirigeant vénézuélien, « pourquoi l’OTAS, l’organisation du Traité de l’Atlantique Sud, ne pourrait-elle pas exister ? »

Bien que la résurrection de la Quatrième Flotte ait conduit beaucoup de personnes à  penser que les Etats-Unis suivent dans la région un cap de diplomatie de canonnière, il y eut une époque où cette force servait sans doute un besoin réel. Quelle est l’histoire de la Quatrième Flotte dans les eaux vénézuéliennes ?

Le Venezuela pendant la Deuxième Guerre Mondiale

A la veille de la 2ème G.M., le Venezuela était le premier exportateur de pétrole du monde et, durant le conflit, les riches champs pétroliers de Maracaibo, situés dans l’Etat de Zulia, à  l’extrême ouest du Venezuela, étaient considérés comme une ressource cruciale, tant par les puissances de l’Axe que les puissances alliées.

Les filiales pétrolières britanniques et américaines de Royal Dutch Shell, Standard Oil et Gulf opéraient en fait depuis longtemps dans le Bassin de Maracaibo, avant le déclenchement des hostilités européennes. Le transport du brut depuis les champs de production de Jersey Standard dans le Lac de Maracaibo se faisait par bateaux-citernes à  faible tirant d’eau. La raffinerie de la Royal Dutch Shell située sur l’île d’Aruba, qui transformait le brut de Maracaibo, avait une importance stratégique puisqu’elle fournissait sa production, non seulement à  la Grande-Bretagne, mais aussi à  la France.

En 1940, la Grande-Bretagne recevait du Venezuela au moins 40% de ses importations totales de pétrole et, durant les premières années de la guerre, ce total a bondi jusqu’à  80%. Le pétrole vénézuélien représentait aussi une denrée vitale pour les Nazis et la capacité de l’Etat allemand à  faire la guerre en Europe. Aussi tard que 1938, le pétrole produit à  Aruba, Curaçao et au Venezuela comptait pour 44% des importations allemandes de pétrole. L’Allemagne n’achetait pas directement le pétrole du Venezuela, mais auprès de compagnies pétrolières américaines et anglo-néerlandaises qui acheminaient le brut vénézuélien vers les raffineries d’Aruba et de Curaçao et qui vendaient ensuite le produit fini en Europe. Le commerce entre le Venezuela et l’Allemagne est resté à  des niveaux normaux mais il a brusquement pris fin en septembre 1939 avec le début du blocus naval britannique de l’Allemagne.

Dès 1940, avec la Grande-Bretagne qui était de plus en plus isolée en conséquence de l’attaque allemande et avant l’entrée des Etats-Unis dans la guerre, le sentiment vénézuélien était profondément anti-allemand. Pendant ce temps, le Venezuela s’est déplacé vers l’orbite américaine et est devenu le principal bénéficiaire de l’aide économique américaine. Les officiels militaires américains préféraient que le Venezuela restât publiquement neutre, dans un effort de prévenir tout mouvement allemand pour pilonner la côte vénézuélienne.

Cependant, la neutralité du Venezuela n’était qu’une fiction légale : en réalité, cette nation sud-américaine avait accordé aux vaisseaux et aux avions américains un accès spécial à  ses ports et à  ses pistes aériennes. Deux jours après l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais, le Venezuela déclara sa solidarité avec les Etats-Unis et, le 31 décembre 1941, cette nation andine rompit ses relations avec les puissances de l’Axe.

Opération « Roulement de Tambour »

Il ne fallut pas longtemps au Nazis, après la décision du gouvernement vénézuélien de vendre du pétrole aux alliés, pour prendre des contre-mesures. Le 12 décembre 1941, Hitler rencontra ses conseillers navals et approuva PAUKENSCHLAG ou « Roulement de Tambour », une opération sous-marine dans les eaux caribéennes de l’Atlantique Nord. En février 1942, les sous-marins allemands sillonnèrent les Caraïbes et firent couler 25 bateaux-citernes en un mois.

Les Nazis étaient principalement concernés par les îles néerlandaises de Curaçao et d’Aruba, des colonies néerlandaises, où les forces étasuniennes avaient érigé des fortifications défensives pour protéger les raffineries qui transformaient le brut de Maracaibo. (Avec une capacité estimée de 480.000 barils/jour de brut, la raffinerie d’Aruba, possédée par Standard Oil of New Jersey, et la raffinerie de Curaçao, possédée par Royal Dutch Shell, dépassaient Abadan en Iran et ses 250.000 barils, le complexe de Bakou en URSS avec environ 230.000 barrels, et les usines les plus grosses aux Etats-Unis, à  Baytown, Port Arthur, Bayonne, Baton Rouge et Whiting, avec plus de 100.000 barils chacune).

Le 15 février 1942, un convoi de bateaux-citernes et de navires quittèrent la Barre de Maracaibo. Les premiers bateaux en ligne étaient le « Monagas », de Mene Grande Oil Company, suivi par le « Tia Juana » et le « Pedernales », appartenant tous deux à  la Lago Petroleum Corporation. Ces bateaux-citernes étaient suivis par le « Rafaela », qui appartenait à  Shell, et le « San Nicolas » et l’ « Orangestad », appartenant à  la Lago Oil and Transport Co, dont le siège se trouvait à  Aruba. Une quantité d’autres bateaux-citernes rejoignirent la colonne.

L’attaque des sous-marins allemands et la création de la Quatrième Flotte

Soudain, un sous-marin allemand torpilla le « Monagas », qui coula immédiatement. Les bateaux-citernes « Tia Juana », « Pedernales », « Rafaela », « San Nicolas » et « Orangestad » furent aussi touchés et essuyèrent des pertes. Le même jour, la raffinerie d’Aruba fut attaquée par un missile tiré d’un sous-marin allemand. Les retombées politiques de l’attaque étaient prévisibles : bientôt, des manifestants en colère descendirent dans les rues de Caracas pour dénoncer l’agression allemande.

En réponse à  l’escalade allemande accélérée dans les Caraïbes, l’US Navy créa la Quatrième Flotte pour pourchasser les sous-marins dans l’Atlantique sud. L’action des Etats-Unis est loin d’être arrivée trop tôt : tandis que la guerre navale faisait rage dans les Caraïbes, le Venezuela subit d’énormes pertes économiques. En conséquence de la perte des bateaux-citernes, la production dans le Bassin du Lac Maracaibo a dù être réduite de près de 100.000 tonnes de brut par jour. En juillet 1942, la situation était encore rude, avec des bateaux-citernes opérant à  seulement un-tiers de leur capacité moyenne de 30.000 barils.

Les attaques allemandes contre la raffinerie d’Aruba marquèrent le début de la Bataille des Caraïbes. Ce ne fut pas avant aoùt 1943 que la Quatrième Flotte fut capable de renverser les rôles dans les eaux vénézuéliennes aux dépens de la menace sous-marine. En 1950, avec les sous-marins qui étaient partis depuis longtemps, l’US Navy a dissout la Quatrième Flotte.

La restauration de la Quatrième Flotte

La Navy soutient qu’elle a besoin de ressusciter maintenant la Quatrième Flotte pour combattre le terrorisme, maintenir les voies maritimes économiques de communication libres et ouvertes, contrer le trafic illicite et pour apporter l’aide humanitaire et les secours contre les catastrophes naturelles.

Toutefois, cette manœuvre arrive à  un moment particulièrement sensible au sein de la région. La Colombie, alliée aux Etats-Unis, a lancé une attaque meurtrière de l’autre côté de la frontière équatorienne, tuant 16 membres de l’insurrection de guérilla des FARC, incluant le numéro deux de l’organisation, Raul Reyes. Le week-end dernier, Chavez a accusé la Colombie de lancer une incursion trans-frontalière, tandis que le Pentagone vilipende régulièrement le Venezuela pour son accumulation d’armes, dont l’acquisition d’avions de chasse de haute performance, d’hélicoptères d’attaque et de sous-marins propulsés au gazole.

Contrairement à  la 2ème G.M., alors que beaucoup de Sud-Américains accueillirent chaleureusement la Quatrième Flotte dans les eaux caribéennes, certains voient la présence navale actuelle des Etats-Unis comme une menace voilée dirigée contre les pays de la « Vague Rose » de la région. Dans une interview donnée à  la télévision cubaine, le président bolivien Evo Morales a fait remarquer que la force navale des Etats-Unis constituait « la Quatrième Flotte d’intervention ».

L’ancien dirigeant cubain, Fidel Castro, a demandé pourquoi les Etats-Unis ont cherché à  faire revivre la Quatrième Flotte à  ce moment précis. Ecrivant dans le quotidien cubain Granma, Castro a suggéré que cette manœuvre constituait un retour à  la diplomatie étasunienne de la canonnière. Castro, dont la nation insulaire a été confrontée à  un blocus naval des Etats-Unis lors de la crise des missiles cubains de 1962, a fait remarquer : « Les porte-avions et les bombes nucléaires qui menacent nos pays servent à  semer la terreur et la mort et non à  combattre le terrorisme et les activités illégales ».

Vatican: excommunication automatique pour les femmes prêtres et ceux qui les ordonnent

Samedi 31 mai 2008

Vatican: excommunication automatique pour les femmes prêtres et ceux qui les ordonnent

© AP – Vendredi 30 mai

CITE DU VATICAN – Malgré la crise des vocations dans l’église catholique, le Vatican a réaffirmé vendredi son opposition farouche à  l’ordination des femmes, menaçant tout frondeur d’excommunication automatique.

Mgr Angelo Amato, de la Congrégation pour la doctrine de la foi, réagissait ainsi à  ce que le Vatican a qualifié de « soi-disant ordinations » de femmes dans le monde. La tradition chrétienne réserve la prêtrise aux hommes, mais le nouveau décret est explicite.

« L’Eglise ne se sent pas autorisée à  changer la volonté de son fondateur Jésus-Christ », a déclaré Mgr Amato dans un entretien à  Radio Vatican.

En mars dernier, l’archevêque de Saint-Louis, dans le Missouri, a excommunié trois femmes -deux Américaines et une Sud-Africaine- pour avoir participé à  l’ordination d’une femme. Elles appartenaient au mouvement pour les femmes prêtres catholiques créé en 2002.

Le journal du Vatican, « L’Osservatore Romano », a qualifié l’ordination des femmes de « crime ». Le décret publié jeudi dans cet organe précise que quiconque dans le clergé tente d’ordonner une femme ou toute femme qui tente de se faire ordonner risque l’excommunication automatique. AP

The Ultimate Zidane HeadButt Video

Vendredi 30 mai 2008

The Ultimate Zidane HeadButt Video