Archive pour mars 2008

Owned Adam & Eve

Lundi 31 mars 2008

Owned Adam & Eve

owned adam eve

Source, Génèse 3:

3:9 Mais l’Eternel Dieu appela l’homme et lui demanda:
—Où es-tu?

3:10 Celui-ci répondit:
—Je t’ai entendu dans le jardin et j’ai eu peur, car je suis nu; alors je me suis caché.

3:11 Dieu dit:
—Qui t’a appris que tu es nu? Aurais-tu mangé du fruit de l’arbre dont je t’avais défendu de manger?

3:12 Adam répondit:
—C’est la femme que tu as placée auprès de moi qui m’a donné du fruit de cet arbre, et j’en ai mangé.

3:13 L’Eternel Dieu dit à  la femme:
—Pourquoi as-tu fait cela?
—C’est le Serpent qui m’a trompée, répondit la femme, et j’en ai mangé.

3:14 Alors l’Eternel Dieu dit au Serpent:
—Puisque tu as fait cela, te voilà  maudit parmi tout le bétail et les animaux sauvages, tu te traîneras sur le ventre et tu mangeras de la poussière tout au long de ta vie.

Ouroboros

Lundi 31 mars 2008

Ouroboros

ouroboros

L’Ouroboros est un ancien symbole d’alchimie qui décrit un serpent ou dragon (ADN) entrain de croquer sa propre queue, il se reproduit constamment et forme un cercle. C’est la roue du temps – La roue de l’alchimie – 12 autours d’1 afin de manifester un programme qui donne l’illusion de temps linéaire ce qui autorise l’âme à  expérimenter les émotions.

L’ouroboros est associé avec l’Alchimie — le Gnosticisme et l’Hermétisme. Il représente la nature cyclique des choses, le retour éternel, et autres choses perçues en tant que cycles qui recommencent une fois finis.

ouroboros blanc noir

Dans quelques représentations le serpent est représenté à  moitié blanc et à  moitié noir, ce qui nous rappel les symboles comme le Ying Yang, ou les doubles carrés superposés qui illustrent la nature dualistique de toutes choses, mais plus important, c’est que ces opposés ne sont pas en conflit.

Origines de l’Ouroboros
Le serpent ou dragon qui mange sa propre queue a survécu de l’antiquité et peut être retracé jusqu’en Ancienne Egypte, à  peu près 1600 ans avant J.C.

A partir de là  il est passé aux mains des Phéniciens et ensuite aux philosophes Grecs, qui lui donnèrent le nom de Ouroboros (« Le dévoreur de queue »).

Dans la Mythologie nordique – Le serpent Jà¶rmungand, un des 3 enfants de Loki – Le tricheur qui grandit tellement large qu’il pouvait encercler le monde et mettre sans queue dans ses dents.

Dans la Mythologie hindoue – Le dragon qui encercle la tortue qui elle supporte les 4 éléphants qui tiennent le monde.

Le serpent ou dragon apparait aussi chez les Aztèques, Chinois, et la mythologie des Indiens Natifs d’Amérique du Nord.

Les chrétiens ont adopté l’Ouroboros en tant que symbole du confinement limité du monde (qu’il y a un être « extérieur » impliqué par la démarcation de l’intérieur).

Il pourrait même très bien être le symbole utilisé comme modèle pour l’univers par quelques physiciens qui existe aujourd’hui.

La Symbologie derrière l’Ouroboros
L’Ouroboros a plusieurs sens qui s’entremêlent les unes les autres. Premièrement c’est le symbolisme du serpent mordant, dévorant, mangeant sa propre queue. Cela symbolise la nature cyclique de l’univers; création à  partir de destruction, vie au dela de la mort. L’Ouroboros mange sa propre queue pour se maintenir en vie, dans un cycle éternel de renouveau. D’après l’image ci-dessus, d’un livre provenant d’une jeune Alchimiste, Cléopâtre, le noir symbolise la nuit, la Terre, et la force destructrice de la nature, le Yin. Le blanc représente le jour, le Paradis, la force créatrice de chaque génération, le Yang.

Alchimie
Alchimiquement, l’Ouroboros est utilisé comme un glyphe purifiant. L’Ouroboros était et est le nom du Grand Serpent du Monde, encerclant la Terre.

Le mot Ouroboros est vraiment un terme qui décrit un symbole similaire qui a été reprit plusieurs fois par différentes cultures. Sa connotation symbolique est le retour cyclique des saison; les oscillations du ciel étoilé; l’auto fécondation; la désintégration et la ré-intégration; la vérité et la connaissance complète; les androgynes; les eaux primitives; le potentiel avant l’étincelle de la création; l’indifférenciabilité; la Totalité; l’unité primordiale; l’auto suffisance, et l’idée d’un début et d’une fin qui représente un principe continuant sans fin.

L’Ouroboros représente le conflit de la vie aussi bien que la vie provient de la vie et de la mort. ‘Ma mort est mon début.’ D’une manière la vie se nourrie d’elle même, ainsi il y a des bonnes et des mauvaises connotations qui peuvent être signalées. C’est une seule image qui contient les actions entières d’un cycle de la vie – il engendre, se mari, imprègne, et se détruit, mais dans un sens cyclique plutôt que linéaire.

Ainsi, cela amène nos vies dans la direction de ce qu’elles peuvent devenir – une série de mouvements qui se répètent. « Aussi bien dessus que dessous » – nous sommes née de la nature, et nous la reflétons, parce que c’est ce à  quoi la totalité de l’humanité fait partie. C’est l’interprétation symbolique des principes éternels qui sont présentés dans les Tables d’émeraude de Thot.

ouroboros 1
L’Ouroboros connecte le haut avec le bas

Née à  partir de cette notion symbolique, il y a plusieurs cultures qui partagent le symbole du grand dragon-serpent (le serpent Jà¶rmungand, d’après le mythe de Yggdrasil, est juste l’un d’entre eux). Il y a quelques cultures qui ne voient pas cette image être bénéfique, mais diabolique – comme Satan. Ces quelques ré-interprétations spécifiques seront racontées plus tard.

Il y a de l’intérêt de mentionner qu’un symbole comme celui de l’Ouroboros est quelque chose dont Carl Gustav Jung réfère en tant qu’Archétype; il semble que le symbole revient tout le temps dans notre esprit conscient sous des formes variées. Le chimiste Allemand du 19ème siècle appelé Kekule rêva d’un serpent entrain de manger sa propre queue un jour après avoir bu. Il a recherché la structure moléculaire du Benzène, et était au point d’arrêt dans ses travaux jusqu’à  ce que ce qu’il se réveille et interprète son rêve pour justifier la structure d’un anneau fermé de carbone. C’était l’avancée dont il avait besoin.

Il y a une autre mention de l’Ouroboros étendu sur le pic de « la mer qui entoure le monde », appelée Pontos. L’Ouroboros encercle l’univers; tout ce qui est connu et inconnu est englobés, supportés et maintenus pour l’équilibre de la Terre. Il injecte la vie dans la mort et incite la mort à  créer la vie. Sa forme suggère l’immobilité avec sa mâchoire accrochée sur lui même, cependant au même moment cela pousse le message insistant sur un mouvement perpétuel. Les premiers indices sur ce symbole proviennent de l’Egypte 1600-1700 ans avant J.C. A travers les années le serpent bougea chez les Phéniciens et les Grecs-qui lui donnèrent le nom d’Ouroboros.

tout est un
« Tout est un » crie l’ouroboros de l’Egypte d’Alexandrie

serpent ouroboros
Serpent Ouroboros de l’ancienne Egypte

papyrus dama heroub
Serpent de Dama Heroub Egypte, 21ème Dynastie

Le Zodiaque en tant que serpent dévoreur de queue (Ouroboros) symbolise l’éternité du Temps et la frontière de l’univers. Dessous, le double lion Routi (‘Hier et Aujourd’hui’), l’agence de résurrection, supportant le nouveau née dieu du Soleil.

Il a une forte relation avec ce qui est connu de l’Androgynité. L’androgynité est l’unité des principes males et femelles ensemble.

ouroboros azteque
Ouroboros Aztèques Segmenté en 7 parties

Elle est belle ! L’EUROPE !

Lundi 31 mars 2008

Elle est belle ! L’EUROPE !

© 20six.fr

Messieurs les bénéficiaires de la loi 1905,

Cessez un peu de nous parler du régime Nazi et balayez devant votre porte !

Monsieur de Villepin, Premier Ministre, (de l’époque)
C’est avec ces gens-là  ! Et pour ces gens-là  ! Que vous faites l’Europe ?

Les Financiers charognards
Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils se régalent des malades qu’ils fabriquent.
Ils assurent leur pouvoir absolu sur les désordres, les conflits, les guerres qu’ils organisent.

Tous ces « Politiques » et ces Fonctionnaires intouchables, dont beaucoup sont payés à  vie à  se croiser les bras.
Ces « intellectuels » radoteurs d’intox, ces Magistrats et ces Policiers corrompus qui ne connaissent que la provocation.
Ces journalistes bidons aux privilèges outranciers et à  l’arrogance insultante, ces Médecins (cohorte de docteur Jekyll), ces machines politico associatives de tout poil, de droite comme de gauche, asservis aux Financiers charognards.

Ces Financiers qui en banlieue parisienne même, et ailleurs sans doute, spéculent l’argent en faisant crever délibérément des mômes dans des caves sordides.
La niche à  chien fait de la résistance. (Page 220) (Ce n’est qu’un exemple.)

Elle est belle, votre Europe !

Monsieur de Villepin, ne ratez pas la prochaine messe.
Moralistes par devant, sans scrupules par derrière, les curés vivent de la misère qu’ils produisent.

Contrairement au discours des journalistes et, à  ce que racontent les crétins d’enseignants, la France n’est pas une République laïque ! Quant à  l’Europe ?

Depuis longtemps, les curés se sont donné les moyens.

La loi 1905 (La loi des curés) exonère fiscalement les immenses ressources des curés. Pourquoi se priveraient-ils ? Les curés ne s’imposent-ils pas comme les garants de la moralité ?
Derrière cette image d’Épinal, on découvre une toute autre réalité !

On peut en faire, des choses ! Avec cette énorme masse monétaire qui résulte de la misère et des malades. Cette énorme masse monétaire issue des caisses sociales et publiques qui, après avoir transité par le nombre des malades, les hôpitaux et l’industrie du médicament, grâce à  la douce loi 1905, disparaît en grande partie sans laisser de traces dans les grandes poches loi 1905 des curés.

Financer les Partis, arroser les Hommes politiques, contrôler les réseaux associatifs, les syndicats, imposer un discours aux médias, faire pression sur les fonctionnaires, imposer les lois, acheter les juges, couvrir les crimes. Faire ici, le profit des tortures que l’on pratique ailleurs, etc. C’est sans fin ! On ne dit pas tout !

Grâce à  la loi 1905 qui défiscalise leur immense ressource, les curés contrôlent le capital de la Dette publique. (Pour la France, le capital de la Dette publique, c’est cinq fois le budget net de l’État.)
La loi 1905 a donné aux curés un pouvoir absolu. On peut préciser : « Un pouvoir fascisant ». (Un pouvoir qui se régale des misères qu’il produit, qui impose des croyances dogmatiques et qui s’habille volontiers de toute étiquette politique de droite comme de gauche.)

Les curés ont mainmise sur l’administration, l’État, la justice, le Médical et, bien entendu, les médias. Les médias dont le premier travail est de se taire, le deuxième est de mentir.

Le SIDA n’est pas transmissible

Lundi 31 mars 2008

Le SIDA n’est pas transmissible

Un gigantesque mensonge s’est répandu à  travers la planète

© Bikel.ouvaton, vendredi 16 janvier 2004.

Ce « terrible » virus, capable de s’attaquer au système immunitaire d’un individu sain et aller jusqu’à  provoquer la mort, existe t-il vraiment ?

Cette croyance s’est répandu dans le monde entier en créant parfois une véritable phobie des virus. Pourtant de nombreuses voix s’élèvent pour dédramatiser la situation, mais elles se heurtent au « bulldozer » médiatique conduit par les partisans du dogme établit. De nombreux chercheurs et scientifique s’accordent à  démontrer que le virus du SIDA n’a jamais été isolé. Les compères Montagnier et Gallo n’ont trouvé que des fantômes.

Même si ce virus existait, d’autres co-facteurs joueraient un rôle déterminant dans l’apparition de l’immunodéficience. D’ailleurs le Pr. Montagnier déclare lui-même que des maladies liés à  l’immunodéficience existaient bien avant la théorie du virus, maintenant elles sont classées SIDA.

« L’hypothèse du virus a éloigné les chercheurs du vrai problème, à  savoir le mode de vie immuno-destructeur qui mène au SIDA Pr. Peter DUESBERG »

« Les scientifiques ne sont pas là  pour croire mais pour avoir des preuves. (…) Je ne trouve pas un seul virologue pouvant me fournir des références démontrant que le VIH est la cause possible du SIDA. Dr. kary MULLIS (Prix Nobel)

Le lien VIH / SIDA sera considéré comme la plus grande bévue médicale du siècle. Groupe pour la réévaluation scientifique de l’hypothèse VIH /SIDA.

causes du sida

Dessin extrait du livre « les chemins de la souveraineté individuelle »

 » Ce qui est dangereux, ce n’est pas d’être malade, c’est d’être soigné  » Molière

Cette citation de Molière est particulièrement vrai en ce qui concerne le SIDA.

« Les médicaments employés dans le traitement du SIDA sont les causes établies d’immuno-déficience. L’AZT tue aussi bien les cellules contaminées que les cellules saines. L’AZT est inutile si ce n’est pour commettre des meurtres légaux. » Pr Peter DUESBERG

Pour des informations complètes, consultez le site de Mark GRIFFITHS SidaSanté

L’essor de l’Iran, effet collatéral de la guerre en Irak

Samedi 29 mars 2008

L’essor de l’Iran, effet collatéral de la guerre en Irak

© LePoint.fr

ahmadinejad diable
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. En renversant Saddam Hussein il y a cinq ans, les Etats-Unis ont parallèlement et involontairement contribué au rétablissement du statut de puissance régionale de l’Iran. /Photo prise le 14 mars 2008/REUTERS/Raheb Homavandi

En renversant Saddam Hussein il y a cinq ans, les Etats-Unis ont parallèlement et involontairement contribué au rétablissement du statut de puissance régionale de l’Iran.

L’armée américaine avait engagé ce mouvement de balancier régional en balayant les taliban à  Kaboul après les attentats du 11 septembre 2001.

« La chute de ces deux régimes, sans que des Etats puissants ne leur aient succédé, a grandement bénéficié à  l’Iran et a fait le ménage pour que l’Iran répande son influence », estime Vali Nasr, du Council on Foreign Relations de Washington.

A ce stade de la crise sur ses ambitions nucléaires, la république islamique ne peut totalement exclure une opération militaire américaine contre ses sites atomiques, et son économie largement dépendante du pétrole pourrait être vulnérable. Mais pour l’heure, les voyants sont au vert à  Téhéran.

Avec l’effondrement de l’armée irakienne en 2003, l’Iran chiite se retrouve sans véritable rival militaire régional, ce qui a eu pour effet d’affaiblir le monde arabe et ses gouvernements essentiellement sunnites.

Dans le même temps, la flambée des cours du pétrole a alimenté un sentiment de toute-puissance, sur lequel joue le président Mahmoud Ahmadinejad.

« Toutes les 24 heures, nous gagnons 270 millions de dollars en devises fortes – une somme magique », souligne l’économiste iranien Saeed Leylaz. « L’Iran peut redistribuer ses pétrodollars pour acheter la loyauté à  l’intérieur de ses frontières et, à  l’extérieur, des partenariats stratégiques », explique-t-il.

VISITES À TÉHÉRAN

Au cours des cinq dernières années, l’Iran est devenu un acteur puissant du jeu irakien, veillant à  ses relations avec les chiites, majoritaires et désormais au pouvoir à  Bagdad, et d’autres factions. Ses alliances avec la Syrie, le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien ont également étendu son influence.

Au point que les alliés arabes de Washington, comme l’Arabie saoudite ou l’Egypte, s’inquiètent de la puissance croissante de Téhéran. Tout en redoutant les effets déstabilisateurs d’une éventuelle intervention américaine en Iran, dont les perspectives se sont cependant considérablement estompées.

Publié en décembre, le dernier document de synthèse des agences américaines de renseignement, le National Intelligence Estimate (NIE), a surpris les observateurs en estimant que le régime de Téhéran avait suspendu son programme de recherches d’armes nucléaires en 2003 et qu’il ne l’avait probablement pas relancé depuis.

Conséquence directe: l’attention portée aux programmes d’enrichissement de l’uranium et de missiles balistiques s’est relâchée, alors même que certains analystes occidentaux les jugent plus significatifs.

« Nous n’avons pas modifié notre évaluation de la menace, mais le NIE nous a coupé l’herbe sous le pied », résume un diplomate européen qui explique que le rapport de synthèse du renseignement américain a compliqué la formation d’un consensus aux Nations unies pour sanctionner durement l’Iran.

Ces derniers mois, plusieurs dirigeants du monde arabe se sont rendus à  Téhéran. Ahmadinejad a effectué lui des visites remarquées en Irak, en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et au Qatar.

« Cela démontre que quelle que soit l’opinion que portent les Arabes sur les dirigeants iraniens, ils doivent prendre en compte le fait qu’après la chute de Saddam, l’Iran est en train d’émerger comme une puissance majeure dans la région », poursuit ce diplomate.

Pour les Etats-Unis, cette évolution relève de l’insupportable: en 2002, George Bush avait classé l’Iran parmi son « axe du mal ». Il l’accuse aujourd’hui d’ingérence en Irak, au Liban, dans les territoires palestiniens.

Mais Washington, qui partage avec l’Iran le souci d’éviter une partition de l’Irak, a dù se résoudre à  engager un dialogue avec Téhéran pour tenter de stabiliser le pays. A trois reprises au cours de l’année écoulée, les diplomates américains en poste à  Bagdad ont rencontré leurs homologues iraniens.

Ces discussions formelles n’ont toutefois pas conduit à  un dialogue plus large sur les relations irano-américaines, envenimées depuis le renversement du shah et l’établissement d’une république islamique en 1979.

Pour Vali Nasr, du Council on Foreign Relations de Washington, les Etats-Unis, avec leur forte présence militaire en Irak, en Afghanistan et dans le Golfe, bloquent encore les ambitions iraniennes.

« En dernière analyse, estime-t-il, l’Iran ne peut confirmer son statut actuel ni le nouvel équilibre qui s’est fait jour dans la région sans amener les Etats-Unis à  cesser d’y résister. Ahmadinejad croit que l’Iran peut obtenir gain de cause par l’agression et le harcèlement. Je ne suis pas certain que tous les dirigeants iraniens soient convaincus qu’il s’agisse d’une stratégie prudente. »

Version française Henri-Pierre André

Selon Kissinger, il faut négocier avec l’Iran !

Samedi 29 mars 2008

Selon Kissinger, il faut négocier avec l’Iran !

© Iran-Resist

kissinger

Henry Kissinger vient d’accorder un entretien à  Bloomberg au cours duquel il a déclaré que les Etats-Unis devraient se préparer à  négocier directement avec la république islamique d’Iran.

Historique | Henry Kissinger est loin d’être un papy à  la retraire : il est l’une des deux fortes têtes du Council on Foreign Relations, le centre des études stratégiques des Etats-Unis. C’est ici que les américains ont eu l’idée d’inventer les Talibans pour provoquer une guerre en Afghanistan, Etat allié de la Russie Soviétique, pour engager ce pays dans une guerre coùteuse qui allait abattre le système soviétique huit ans plus tard. A l’issue de cette chute, l’Asie Centrale et ses richesses énergétiques ont quitté le giron soviétique ouvrant d’intéressantes perspectives pour les compagnies américaines.

D’une manière générale, le Council poursuit depuis le début des années 70, un double projet d’islamisation politique et de balkanisation de la région allant du Pakistan à  la Turquie en passant par l’Iran et l’Irak. L’objectif était d’éliminer les Etats forts, et de les remplacer par des petites républiques ethniques ou religieuses avec cette conviction que la religion et le racisme ethnique sont deux facteurs de division durable qui empêcheront l’émergence d’un Moyen-Orient solidaire et unis pour défendre ses intérêts.

C’est ainsi que les américains ont d’abord soutenu le général islamiste Zia contre le nationaliste Bhutto, puis les talibans avant d’aider une coalition composée des marxistes fédéralistes et des islamistes en Iran avec la ferme intention d’aboutir à  une constitution fédéraliste dès 1979. Cette constitution aurait provoqué la partition légale et démocratique de l’Iran, incontestablement conforme aux lois internationales. Cette partition aurait permis de créer plusieurs Etats ethniques et un grand Etat chiite qui aurait à  son tour poussé les chiites irakiens à  se soulever pour exploser l’Irak.

Ce projet très justement baptisé l’Arc de Crise a été conçu du temps de Nixon sous la direction de Kissinger et a débuté pendant la présidence de Carter sous la direction de Brzezinski. On ne peut dissocier les deux hommes. Aujourd’hui Kissinger préconise ce que recommande sans cesse Brzezinski : « oublions un changement de régime, et préparons-nous à  des négociations en direct avec les mollahs ».

Négocier avec l’Iran | Dans son entretien du 14 mars avec la chaîne de télévision Bloomberg, Kissinger a précisé qu’il avait lui-même « assisté à  plusieurs rencontres et dialogues privés avec les mollahs » ce qui lui a permis de constater certaines convergences entre les parties ». Selon Kissinger, « en faisant preuve d’un peu de souplesse », les Etats-Unis pourraient convaincre Téhéran de rompre son silence et d’accepter la tenue des négociations bilatérales.

En d’autres termes selon Kissinger, l’Amérique doit dépasser le stade des rencontres informelles et privées pour aller vers des négociations officielles pour permettre une entente officielle. Cela suppose aussi des concessions officielles.

Tout dépend si ces concessions seront bilatérales ou plutôt unilatérales (levée des sanctions et abandon des conditions préalables), auquel cas Kissinger se serait adressé non pas aux mollahs récalcitrants, mais à  l’équipe Bush qui semble incapable par ses sanctions d’attirer les mollahs à  la table de ces négociations qui sont vitales pour l’avenir des intérêts stratégiques des Etats-Unis.

Global Warming is a Myth?

Samedi 29 mars 2008

Le Réchauffement Climatique est un Mythe?

Après avoir lu cet article de AlterInfo.net: Selon un professeur, les gros sous sont derrière la propagande du réchauffement global, je suis assez sceptique et ce n’est pas dans ma nature, dites moi ce que vous en pensez.

Il est temps de faire plus d’investigation sur cette idée qui m’a séduit, je pensais une chose pareille, je me disais que c’est mégalo de croire que l’homme a autant de pouvoir sur la nature, c’est qu’il va falloir revoir nos idées vis-à -vis du réchauffement climatique, il est temps de voir la vérité au delà  des supercheries mondialistes et de la propagande du nouvel ordre mondial, bien qu’il est vrai que l’homme pollue le réchauffement climatique n’a rien à  voir avec ça? Alors nous sommes dans un cycle « chaud »? Beaucoup de questions, peu de réponses.

Est-ce que ça a un rapport avec 2012?

Selon un professeur, les gros sous sont derrière la propagande du réchauffement global

Samedi 29 mars 2008

Selon un professeur, les gros sous sont derrière la propagande du réchauffement global

© AlterInfo.net, PrisonPlanet.com

rechauffement climatique diesel

Un autre professeur récuse le fameux « consensus » du changement climatique d’origine humaine

Prison Planet, par Paul Joseph Watson, le 11 mars 2008

Un professeur de physique retraité est devenu le dernier personnage public à  démystifier la chimère du « consensus » sur la responsabilité humaine dans le réchauffement global, quand, dans un discours prononcé hier, il a critiqué les intérêts des grosses fortunes, qui pistonnent la propagande du changement climatique, en désaccord avec la vraie science.

Howard C. Hayden, professeur émérite de physique à  l’Université du Connecticut, a déclaré à  un auditoire de Pueblo Ouest qu’il avait été invité à  s’exprimer après sa visite à  New York, où il a appris que les panneaux publicitaires alarmistes sur les effets à  long terme du réchauffement de la planète sont payés 700.000 dollars par mois. Il a déclaré :

Quelqu’un est prêt à  dépenser d’énormes sommes d’argent pour nous effrayer à  propos du réchauffement global. Les grosses fortunes sont derrière cette propagande sur le réchauffement planétaire.

Hayden a fait remarquer que le réchauffement global se manifeste dans tout le système solaire, ce qui met en évidence le fait que des causes naturelles, et non pas humaines, provoquent le changement climatique, une chose qui s’est produite au cours de toute l’histoire.

€”¹Â€”¹Â€”¹Â€”¹« Oui, les calottes polaires sont en régression… sur Mars, » a-t-il dit. « Sur Mars, les calottes glaciaires fondent et des petites collines sont en train de disparaître. » Il a ajouté que la tendance au réchauffement est aussi observée sur Jupiter, Saturne et Triton.

Invoquant le fait que l’activité humaine est responsable d’à  peine trois pour cent des émissions de dioxyde de carbone sur Terre, Hayden a révélé que le niveau du carbone atmosphérique augmente et baisse depuis 400.000 ans.

€”¹Â€”¹Â€”¹Â€”¹« Nous sommes au niveau le plus bas des 300.000 dernières années, » a-t-il dit. « Durant la période Jurassique, nous avions de très hauts niveaux de dioxyde de carbone. »

€”¹Â€”¹Â€”¹« Près de 97 pour cent des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère proviennent de sources naturelles, et non pas de l’homme, » a conclu Hayden, ajoutant que le réchauffement global est mis en avant, non pas par des groupes de défense qui émanent de la base, mais par des entreprises géantes qui ont tout à  gagner en vendant des concepts tels que la traque et le marché du carbone.

Comme nous l’avions signalé l’an dernier, au cours de la réunion secrète du groupe de la Commission Trilatérale en mars 2007, des élitistes se sont rencontrés pour formuler des mesures sur la manière dont ils pourraient exploiter l’alarmisme à  propos du réchauffement planétaire pour augmenter les impôts et contrôler le mode de vie des Occidentaux.

Lors de la première réunion, Peter Sutherland, Président européen de la Commission Trilatérale, membre des Bilderberg et président de British Petroleum John-Browne-Public-Outing Sep-07 , a fait un discours pour ses suiveurs, dans lequel il a fourni un « cri de ralliement universel pour que le monde aborde d’une seule voix le réchauffement global. »

€”¹Â€”¹Â€”¹Â€”¹Son opinion est répétée par le Général Lord Guthrie, directeur de NM Rothschild & Sons, membre de la Chambre des Lords et ancien chef d’état-major de la Défense de Londres, qui a conseillé aux courtiers du pouvoir de la Trilatérale d’« aborder la crise climatique mondiale d’une seule voix, et d’imposer des mesures s’appliquant au monde entier. »

Une accusation commune, portée contre ceux qui remettent en question l’orthodoxie officielle de la religion du réchauffement global, est qu’ils agissent en larbins de l’establishment occidental et pour les intérêts des grandes entreprises. Si c’était le cas, pourquoi alors les grands prêtres des élitistes et les hommes pivot du pétrole continuent-ils à  attiser les flammes de l’hystérie du réchauffement global ?

Dans son excellent article, L’hystérie du réchauffement global sert de prétexte à  un gouvernement mondial, Daniel Taylor ébauche comment l’exploitation du phénomène naturel du « réchauffement planétaire » était un enfant chéri du Club de Rome et du CFR.

Dans un rapport de 1991, intitulé The First Global Revolution (la première révolution mondiale), publié par le Club de Rome, un groupe de réflexion mondialiste, nous trouvons la déclaration suivante : « À la recherche d’un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons trouvé que l’idée de la pollution, de la menace du réchauffement global, de la pénurie d’eau, de la famine et ainsi de suite, ferait l’affaire …. » Tous ces périls sont engendrés par l’intervention humaine … Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.

Richard Haass, président actuel du Council on Foreign Relations (CFR), a exposé, dans son article « La souveraineté de l’État doit être modifiée à  l’ère mondialisée, » qu’un système de gouvernement mondial doit être créée et que la souveraineté doit être supprimée afin de lutter contre le réchauffement global, ainsi que contre le terrorisme. « De plus, les États doivent être prêts à  céder leur souveraineté à  des organismes mondiaux pour que le système international puisse fonctionner, » dit Haass. « La mondialisation implique donc que la souveraineté soit non seulement plus réduite dans la réalité, mais elle exige aussi que la souveraineté devienne plus diluée. Les États serait avisés en affaiblissant leur souveraineté pour se protéger … »

Le fait que l’hystérie du réchauffement global soit appuyée par des gouvernements qui se font prendre à  mentir au public de façon régulière, ainsi que par des élitistes, dont l’objectif déclaré est de pousser à  faire de l’alarmisme pour augmenter la fiscalité et contrôler notre existence, met en relief cette réalité : Allié à  leur fondation pseudo-scientifique, le réchauffement global n’est que le dernier cheval de bataille sur lequel les fanas du contrôle ont superposé leur agenda de domination et d’action.

Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info

En Chine, quelques voix bravent le tabou tibétain

Samedi 29 mars 2008

En Chine, quelques voix bravent le tabou tibétain

© Le Figaro

Face à  un Parti communiste que le Tibet renvoie à  ses vieux réflexes, une poignée de Chinois bravent la censure, voire la police pour affirmer que leur pays fait fausse route.

Le plus surprenant est qu’ils osent redresser la tête. Face à  un Parti communiste que le Tibet renvoie à  ses vieux réflexes et malgré l’avalanche de propagande hostile au dalaï-lama, une poignée de Chinois bravent la censure, voire la police pour affirmer que leur pays fait fausse route.

Les critiques dont la France est la cible sur Internet, ou les attaques répétées de la presse contre le travail de médias comme CNN et la BBC ne donnent qu’une pâle idée du coup de froid qui s’est abattu sur Pékin, sans parler de Lhassa. C’est moins de la xénophobie qu’une intimidation orchestrée afin de faire rentrer les Chinois dans le rang. Pékin l’a légitimée en saluant une réaction «purement spontanée» du peuple chinois. «La crise tibétaine, disait jeudi le porte-parole officiel Qin Gang, est le miroir qui réfléchit le vrai visage de certains dans la communauté internationale.»

À Pékin, une toute petite minorité résiste. Elle s’inquiète d’un retour à  la guerre froide et pousse au dialogue avec le prix Nobel tibétain. Elle n’encourt pas seulement l’étiquette de «parti de l’étranger ». À quatre mois de Jeux olympiques que Pékin veut impeccables et sans contestation, c’est la résidence surveillée, voire l’arrestation qui guettent.

Bao Tong, survivant d’une équipe réformiste balayée après le massacre de Tiananmen, ne craint ni l’une ni l’autre. Il est déjà  surveillé 24 heures sur 24 par la police et son statut d’ancien dignitaire du PC le protège du pire. À 76 ans, il porte un jugement vigoureux sur l’attitude de l’équipe Hu Jintao dans la tempête : «Après l’épreuve tibétaine, que reste-t-il de l’harmonie tant vantée par le pouvoir ? Un slogan creux, balayé par l’obsession de la lutte à  mort contre le dalaï-lama. Je suis frappé par la rigidité du discours officiel et l’invocation d’une conspiration étrangère. Elles n’offrent aucune prise au compromis. Politiquement, la Chine est renvoyée aux heures de Mao.»

L’ex-responsable de la réforme politique au PC, emprisonné jusqu’en 1996 et depuis astreint à  la résidence surveillée, se déclare en faveur d’un dialogue avec le dalaï-lama et d’une autonomie «de haut niveau» pour le Tibet. Mais il n’y croit guère. À l’étranger comme à  Lhassa, «le retour de la confiance dépend de l’attitude de Pékin, dit-il au Figaro. Lorsqu’un des interlocuteurs croit détenir la vérité et prétend que tous les autres sont dans l’erreur, aucune discussion n’est possible.»

Révolution culturelle

Wang Lixiong, écrivain, écologiste et auteur d’un recueil d’interview avec le dalaï-lama, flirte lui aussi avec les ennuis. Le premier jour de la révolte tibétaine, le 10 mars, l’a vu assigné à  résidence avec son épouse, l’essayiste Tsering Woeser, l’un des rares écrivains tibétains en langue chinoise*. Il risque d’y retourner rapidement, après avoir lancé une pétition hors des cercles dissidents. Le texte, bravant l’interdit, a déjà  recueilli quelque 400 signatures, toutes identifiées et pour la plupart connues.

Les signataires, plutôt que de plaider pour les droits de l’homme, appellent «au calme et à  la tolérance », en dénonçant une mobilisation «digne de la Révolution culturelle ». Comme le PC, ils invoquent la stabilité et l’unité nationale. Mais ils s’en prennent à  «une propagande biaisée (…) qui enflamme l’animosité interethnique et vient aggraver un climat déjà  tendu» au Tibet.

Wang, comme Bao, se désole de «n’avoir rien entendu qui prête au compromis» dans la bouche des dirigeants chinois. «La révolte qui secoue le Tibet est plus large et plus explosive que celle réprimée par le jeune Hu Jintao en 1989, explique-t-il au Figaro. Si la politique de Pékin ne varie pas, la troisième sera plus désastreuse encore.»

Le dalaï lama appelle de nouveau la communauté internationale à  l’aide

Samedi 29 mars 2008

Le dalaï lama appelle de nouveau la communauté internationale à  l’aide

© Par ul GUPTA AFP – Samedi 29 mars

dalai lama sos

NEW DELHI (AFP) – Le dalaï lama, chef spirituel en exil des Tibétains, a de nouveau appelé samedi la communauté internationale à  « aider » à  résoudre la crise au Tibet, rappelant également qu’il était ouvert au dialogue avec Pékin.

« Nous n’avons aucun pouvoir sauf la justice, la vérité, la sincérité… c’est pourquoi j’appelle la communauté internationale à  aider, s’il vous plaît », a déclaré le dalaï lama lors d’une conférence de presse à  New Delhi.

« Je suis ici impuissant, je peux juste prier », a ajouté le dignitaire tibétain, qui a participé samedi, avec d’autres responsables religieux, à  une séance de prières pour les victimes des violences au Tibet.

Le dalaï lama avait le 19 mars déjà  réclamé « l’appui » des dirigeants du monde entier.

Renouvelant les gestes d’apaisement envers Pékin, le lauréat 1989 du prix Nobel de la Paix a également réaffirmé qu’il était ouvert au dialogue: « Nous sommes ouverts… nous attendons », a-t-il souligné.

Samedi, il a encore souligné qu’il ne s’opposait pas à  l’organisation des JO par la Chine mais a toutefois estimé important « de rappeler aux Chinois que pour être des hôtes respectés des JO », la situation des droits de l’Homme au Tibet devait s’améliorer.

Ce nouvel appel intervient au lendemain de celui du président américain George W. Bush, qui a appelé la Chine à  dialoguer avec les représentants du dalaï lama et à  faire preuve de retenue au Tibet, dans ses premières déclarations personnelles et publiques depuis le début de la crise.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice s’est dite de son côté opposée au boycottage des JO afin d’éviter d’insulter le peuple chinois.

La commissaire européenne aux relations extérieures Benita Ferrero-Waldner a évoqué dans une interview à  paraître dimanche la menace d’un boycott des JO alors que les ministres des Affaires étrangères de l’Union Européenne, réunis ce week-end en Slovénie, sont partagés sur l’idée d’un boycott de la cérémonie d’ouverture des jeux.

Rappelant qu’il réclamait non pas l’indépendance du Tibet mais une « autonomie significative », le dalaï lama a souligné que les Tibétains demandaient des « garanties sur la protection de notre culture unique, notamment la langue ».

« Dès qu’un certain degré de liberté sera atteint, nous serons heureux de rentrer dans notre pays », a-t-il ajouté, soulignant cependant que « les expressions de déception s’accroissent », avant de renouveler ses accusations de « génocide culturel ».

Le dalaï lama a par ailleurs indiqué qu’il souhaitait avoir plus de temps pour se préparer à  sa « future vie » alors qu’il pourrait d’ici à  quelques années renoncer à  son rôle politique.

« Il est possible que d’ici quelque temps je démissionne complètement, volontairement et de façon heureuse », a-t-il déclaré, sans donner de précision sur le moment où il pourrait se retirer. « Je suis déjà  dans une position de semi-retrait », a assuré le dignitaire âgé de 72 ans.

Le dalaï lama a menacé à  plusieurs reprises depuis les émeutes à  Lhassa, de quitter sa charge de chef spirituel du bouddhisme tibétain mais en liant son départ à  une aggravation de la situation au Tibet.

Son entourage a indiqué récemment que le dalaï lama souhaitait voir le Parlement tibétain en exil à  Dharamsala, dans le nord de l’Inde, jouer un rôle politique plus grand, afin d’alléger sa tâche.

Le gouvernement chinois accuse le dalaï lama d’avoir organisé les violences au Tibet, qui ont fait officiellement 19 morts, pour saboter les Jeux prévus en aoùt à  Pékin. Selon les Tibétains en exil, la répression chinoise a fait environ 140 morts.